BETA MODE
Un vieillard égyptien découvre que son père est français après 92 ans - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Dossiers

Un vieillard égyptien découvre que son père est français après 92 ans

Abdelwaheb Solimen Mitou
Abdelwaheb Solimen Mitou
Abdelwaheb Solimen Mitou

Le Caire- Issameddine Radhi

Un citoyen de la ville égyptienne « le Caire » essaie de prouver sa vraie nationalité à savoir s’il est égyptien ou français. Après 92ans, le vieillard continue de se rendre auprès des autorités aussi bien au Caire qu’à Paris (France) pour savoir s’il est français ou égyptien. Un responsable égyptien précise que les papiers confirment que son père est français alors que l’ambassade de France au Caire mentionne qu’il n’existe aucune preuve dans ce sens.

Abdelwaheb Solimen Mitou, résidant dans la région de Bahri, l’un des anciens quartiers de la ville située au nord-ouest de la capitale égyptienne, est resté plus de neuf décennies comme n’importe quel citoyen portant l’identité égyptienne et ayant les mêmes droits et devoirs tels qu’énoncés par la Constitution et la loi.

Ce vieillard porte un certificat de naissance, un passeport et tous les papiers gouvernementaux qui mentionnent qu’il est égyptien. Idem pour ses enfants qui ont participé à toutes les guerres de l’Egypte. Ceci n’a pas été suffisant dans la mesure où il a eu un énorme choc au moment où les papiers gouvernementaux ont confirmé que son père n’est pas égyptien et qu’il est l’un des ressortissants de l’Etat français.

N’étant pas de ce fait un citoyen égyptien, il a, après 92 ans, commencé une nouvelle étape de sa vie en se déplaçant entre les parties gouvernementales égyptienne et françaises pour prouver à travers les papiers sa vraie nationalité. Les autorités dans les deux pays révèlent que l’enquête est encore en cours.

Cette histoire comme l’a raconté Abdelwaheb Soliman Mitou, a débuté en 2007 avec la décision de mettre fin à l’usage de la carte d’identité en papier et de son remplacement par celle biométrique. Ce fut la surprise qui a bouleversé le courant de sa vie.

Il ajoute que les autorités égyptiennes l’ont informé que son père ne porte pas la nationalité égyptienne et qu’il n’est pas inscrit dans les registres officiels et qu’il dispose de papiers qui confirment qu’il est l’un des ressortissants de l’Etat français. C’est à dire qu’il porte la nationalité française ce qui veut dire que tous ses papiers ne sont pas reconnus s’agissant par exemple de la carte d’identité et du passeport.

Il poursuit son histoire en disant : «Tous les papiers que je porte ont été refusés bien que j’ai effectué le pèlerinage l’année dernière et que mes enfants ont fait le service militaire en Egypte » et d’ajouter «  j’étais obligé à taper sur l’autre porte à savoir l’ambassade de France à la quête de papiers qui confirment que mon père porte la nationalité française pour mettre fin à ce supplice. Toutefois, l’ambassade française a répondu qu’il n’existe aucune trace qui prouve que mon père porte la nationalité française c’est-à-dire « vous êtes égyptien fils d’égyptien et non français ».

Il continue en disant «  depuis 2007, et jusqu’à aujourd’hui, je reste toujours inquiet et je cherche une réponse à ma question : suis-je égyptien ou français ? et le jour où je mourrai, mon certificat de décès sera-t-il égyptien ou français ? je pose ces questions aux responsables, peut-être ils mesureront ma peine et agiront vite pour mette fin à cette incertitude.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *