BETA MODE
La province « Ahvaz » aspire à un siège d’observateur au sein de la Ligue arabe - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Villes

La province « Ahvaz » aspire à un siège d’observateur au sein de la Ligue arabe

Des manifestants iraniens (Getty)
Des manifestants iraniens (Getty)
Des manifestants iraniens (Getty)

Le Caire- Khaled Abou Errous

La province iranienne Ahvaz ou Ahwaz aspire à décrocher un siège en qualité d’observateur au sein de la Ligue arabe. Auparavant émirat arabe indépendant, la province est située à l’ouest de l’Iran. Aaref Al-Kaabi, président de la commission exécutive chargée de la re- légitimé d’Ahvaz a indiqué que des efforts sont déployés pour placer la cause de AHvaz dans l’agenda du prochain sommet arabe qui va se tenir dans la capitale jordanienne Amman. Cette démarche, a-t-il ajouté, constitue un pas pour la libération de l’occupation iranienne qui se poursuit depuis 90 ans.

Présidée par Al- Kaabi, la commission a tenu sa première conférence de presse dans la capitale égyptienne au mi-janvier et a appelé le sommet arabe qui se tiendra au mois de mars prochain a reconnaitre l’Etat arabe de AHvaz et de lui consacrer un siège en qualité de membre observateur au sein de la Ligue des Etats arabes en attendant de soumettre le dossier de la cause au Conseil de sécurité pour appeler l’Etat iranien à se retirer au plus vite des territoires occupés dans un laps de temps réduit. Al Kaabi a précisé que les fondements de l’Etat de AHvaz existent avec un peuple de plus de 12 millions d’habitants, une géographie et une direction politique ».

Al Kaabi s’est exprimé en ses termes « nous sommes venus ici pour expliquer la portée juridique et politique du projet de restitution de l’Etat de AHvaz» mentionnant que le combat pour sa libération a pris plusieurs formes depuis les années 60 du siècle écoulé. Il a dévoilé dans ce sens que des organisations révolutionnaires dans la province de AHvaz sont actives mais que leur situation est similaire à celle de toutes les organisations arabes.  « Chaque organisation dispose d’une idéologie spécifique, et ces organisations constituent le pilier pour soutenir l’établissement de l’Etat arabe de AHvaz et pour que le projet de son établissement soit un couvert pour ces organisations dans les interprétations politiques ».

Al Kaabi a souligné qu’une étude a été élaborée en ce qui concerne le projet de l’établissement de l’Etat avec plusieurs écoles juridiques à l’échelle arabe et internationale. Ainsi, le terme « Etat » signifie la réunion des ingrédients suivants à savoir le peuple, la géographie et la direction politique. Et tous ces éléments, a-t-il mentionné, sont disponibles et sur cette base « nous avons commencé à agir juridiquement sur les plans arabe et international et nous avons eu un écho favorable dans ce sens ».

Plusieurs activistes arabes ont participé à cette conférence notamment de l’Egypte et de la Jordanie ainsi que des experts de la cause de AHvaz. Le journaliste égyptien Sameh Abou Warda a indiqué «  nous œuvrons à internationaliser cette affaire en la soumettant au Conseil de Sécurité et le tribunal international de justice » appelant la ligue arabe à accorder à l’Etat de AHvaz lors du prochain sommet un siège en tant que membre observateur.

L’Ahwaz est l’une des régions riches en ressources naturelles notamment en pétrole et en gaz naturel. Le journaliste jordanien Sami El Khedhr, l’un des experts de la cause de Havaz a souligné que le projet de l’Etat part de l’Egypte jusqu’à Amman et de là vers toutes les instances arabes dans l’espoir qu’il soit présent partout par sa culture dans les instances arabes. Il a, dans ce sens, annoncé le lancement d’une chaine satellitaire prochainement au nom d’Ahwaz à partir de l’une des capitales arabes.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *