• Edition actuelle

Art, Cover Story

Grammys : Le phénomène Adèle 

Adele (Getty)
Adele (Getty)
Adele (Getty)

London – LaMajalla

La diva britannique Adèle, reine des balades mélancoliques, a triomphé dimanche dernier aux Grammy Awards en emportant cinq récompenses, dont celle du meilleur album, du meilleur enregistrement et de la meilleure chanson pour « Hello », entrant ainsi dans l’histoire des plus prestigieuses récompenses de la musique américaine.

Joyaux de son album, ce morceau « Hello », un tube planétaire, fut un hommage époustouflant à George Michael, récemment décédé. Avec cinq Grammys pour lesquels elle était nommée dimanche – soit un palmarès de 15 sur l’ensemble de sa carrière – Adèle est la première artiste à avoir remporté les trophées des meilleurs album, enregistrement et chanson de l’année deux fois.

Le triomphe d’Adèle survient un an après que la pop-star Taylor Swift eut aussi récolté les principaux prix pour son album de tubes légers sur les émois amoureux « 1989 ». Elle avait évincé le rappeur noir Kendrick Lamar et son opus « To Pimp A Butterfly », encensé par la critique et dont le titre « Alright » est devenu un hymne du mouvement Black Lives Matter.

Son précédent album « 21 » – Adèle nomme ses albums d’après son âge au moment de leur enregistrement – avait déjà remporté le Grammy de l’album de l’année en 2012. Le phénomène Adèle ne s’est pas estompé. Après « 21 », la chanteuse s’était absentée pendant 4 ans avant son grand retour en novembre dernier. Résultat ? Un énorme succès porté par son single « Hello » et un album qui est devenu en un mois le plus gros succès de 2015. En réalisant le clip « Hello », Xavier Dolan a eu un véritable coup de foudre artistique pour Adèle. A tel point que le réalisateur québécois vient d’annoncer que la chanteuse jouera dans son prochain film, « The Death and life of John F. Donovan » aux côtés de Kit Harington, star de « Game of Thrones », Jessica Chastain, ou encore Natalie Portman. Du lourd !

Forte d’un répertoire éclectique, spécialiste des balades mélancoliques sur les amours perdues, Adèle a enchanté, avec classe et naturel, la soirée la plus importante de la musique américaine, de sa grâce, de sa gentillesse et de sa générosité avec une interprétation très émouvante de « Hello ». Gênée par un incident technique – similaire à celui qui avait ruiné sa performance aux Grammy Awards de l’année dernière – elle a repris depuis le début finissant sous les applaudissements d’une salle debout. Lorsqu’elle a reçu la récompense suprême pour l’album de l’année, elle a rendu un hommage appuyé à Beyoncé, la grande perdante de la soirée et à son album « Lemonade ».

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *