BETA MODE
L'enchantement "La La Land", comédie musicale de Damien Chazelle - Majalla Magazine
  • Edition actuelle
Critique

L’enchantement « La La Land », comédie musicale de Damien Chazelle

La La Land
La La Land
La La Land

Par Nathalie Simon

Elle a été couronnée par sept Golden globes et est donnée favorite pour les Oscars : La La Land, la comédie musicale de Damien Chazelle avec Emma Stone et Ryan Gosling est un émerveillement.

«Il faut un petit grain de folie pour donner des couleurs à la vie», scande une chanson de La La Land, le long-métrage musical de Damien Chazelle. Le réalisateur de 31 ans a le don de donner des couleurs au cinéma. Il aura bataillé pendant six ans pour voir enfin son film sur grand écran. Il en avait écrit le scénario avant Whiplash (2014). Le succès de ce dernier consacré à la passion d’un jeune batteur l’a aidé à monter La La land.

Agrémentée de fantaisie, l’histoire est romanesque. À Los Angeles, Sebastian (Ryan Gosling), un pianiste, rêve de monter son propre club de jazz. Mais pour vivre, ce fan de Thelonius Monk se retrouve obligé de jouer Jingle Bells dans des bars et restaurants où la musique passe après la dégustation des plats. Sebastian rencontre Mia (Emma Stone), une serveuse qui rêve de devenir comédienne. Leur première prise de contact, dans un embouteillage – une scène d’ouverture enthousiasmante -, commence mal. Pourtant, comme dans toute bonne comédie romantique, les choses s’arrangent.

Romantisme assumé

C’est sûr, Damien Chazelle aime Singing in the Rain, Un Américain à Paris et surtout Les Demoiselles de Rochefort. Son auteur, Jacques Demy, applaudirait cet hommage à l’âge d’or d’un genre aujourd’hui en voie de disparition. Il aurait apprécié la tendresse des sentiments et le charme des personnages, les couleurs en Technicolor et le rythme enjoué de la mise en scène. «Maintenant plus que jamais, nous avons besoin d’espérance et de romantisme sur le grand écran», a lancé Damien Chazelle lors de la présentation du film en avant-première à la 73e Mostra de Venise. Le cinéaste considéré par les critiques comme un prodige depuis le fulgurant Whiplash (trois oscars) a réussi son coup. Son film est un enchantement pour les yeux et les oreilles. On en sort en se prenant pour Ginger Rogers ou Fred Astaire, la joie au cœur ; et amoureux des interprètes principaux.

Jouant, chantant et dansant, Emma Stone et Ryan Gosling sont visiblement heureux de défendre leur personnage. Ils s’étaient déjà donné la réplique dans Crazy, Stupid, Love de John Requa et Glenn Ficarra (2011). Leur complicité apporte beaucoup à leur duo dont les rêves se frottent à la dure réalité de la Cité des Anges. Emma Stone, 28 ans, dit s’être inspirée de Marion Cotillard dans La Môme d’Olivier Dahan. Celle qui fut aussi la fiancée de Spiderman s’était déjà colletée à la danse pour incarner Sally dans Cabaret, le musical de Broadway. Ryan Goslin, 36 ans, a lui appris à jouer du piano en trois mois pour être crédible. Il l’est. Sur les sept Golden Globes qu’a obtenus La La Land, outre celui de la meilleure comédie musicale, deux récompensent Emma Stone et Ryan Gosling comme meilleurs interprètes. Fils d’une enseignante américaine en histoire et d’un professeur français universitaire de science informatique, Damien Chazelle a hérité de son paternel le goût du jazz et du blues. La bande-son de son film en témoigne. Il s’apprête à diriger de nouveau Ryan Gosling dans le costume de Neil Armstrong (First Man).

«La La Land» de Damien Chazelle. Avec: Emma Stone, Ryan Gosling… Durée: 2 h 08.

Source: Le Figaro

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *