BETA MODE
Bouteflika.. question du passé et questionnement du futur - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Politique

Bouteflika.. question du passé et questionnement du futur

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika le 25 janvier 2015 à Alger (Getty)
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika le 25 janvier 2015 à Alger (Getty)
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika le 25 janvier 2015 à Alger (Getty)

Par Nasreddine Ben Hadid

L’actuel Président algérien, Abdelaziz Bouteflika, peut prétendre à tous les records. Ministre à très jeune âge à 25 ans, en 1962, à la Libération, au premier gouvernement d’Ahmed Ben Bella. Mais aussi un «passage à vide» assez long, de 1981 à 1999, passé en dehors de l’Algérie. Sans oublier une présence à la tête du pays, des élections anticipées de 1999 à nos jours. De loin mieux que les quatre qui lui ont précédé…

L’image actuelle de l’homme se distingue plus, par sa maladie et son immobilisme sur un fauteuil roulant, mais rien n’a pu toucher sa clairvoyance, et surtout sa manière de trancher, et faire la part des choses dans un entourage hétéroclite…

Abdelaziz Bouteflika, se pose et même s’est imposé, dans un pays, qui depuis le déclanchement de sa Révolution en 1954, a banni «le culte du chef». Lui a pu créer, entretenir et surtout savourer l’image du sauveur, et surtout «père» d’une réconciliation nationale, qui a mis fin à une décennie noire.

Sur la base de cette légitimité, il a pu avec aisance et facilité, se faire élire quatre fois, et même se poser et se positionner au-dessus de toute la classe politique. Mieux encore, l’armée algérienne, qui l’a accepté, faute de trouver mieux, il a su la mettre dans sa poche, et surtout faire qu’elle soit à ses ordres…

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika

Autant les Algériens, vivent sa maladie à la fois avec forte compassion et une tendresse réelle, autant toute la classe politique du pays, est entre attente et surenchère.

En premier, une opposition, vacillant entre l’exigence d’activation de l’Article 88 de la Constitution, sur la base d’un constat «d’incapacité» de la personne du président, que chercher à glaner des avantages, sur la base d’un troc de cette position surtout en cette période d’élections législatives.

Le «clan présidentiel» est lui aussi, dans une réelle course et vraie concurrence. Chose qui a poussé l’actuel Secrétaire Général du Front de Libération Nationale, à savoir Djamel Ould Abbes à évoquer un cinquième mandat pour le président !!!!

L’après Bouteflika est une question actuelle, mais tributaire d’un conditionnel que personne ne maitrise. Chacun se pose une version et veut l’imposer. Mais tous se cherchent un éclaircissement capable de dissiper un horizon que chacun le veut à sa manière.

La maladie du président semble sans effet néfaste sur les machines de l’Etat. Même mieux, cette machine militaire, sécuritaire et surtout politique, présente une image, en tout cas, qui ne semble pas affectée par cette maladie, ou du moins, pas au point d’en souffrir autant…

Au bon peuple, manque surtout ces discours, d’un président, qui a su ensorceler tout auditoire, avec un verbe éloquent, et une aisance dans la parole, qui l’ont réellement distingué. Certes, l’image de l’orateur prime et surtout constitue (presque) l’unique image que le peuple veut garder, mais n’est plus que cette «image» réellement en contradiction avec les rares «images» que présente actuellement la télévision publique….

La situation actuelle de l’Algérie, semble à la fois étroitement liée avec la situation actuelle de son président, mais à la fois distance et sans réel lien. A la fois semble aussi, induire une confiance absolue en la machine politico-militaire qui guide le pays, mais aussi poser toutes les questions des positions possibles et pensables, que puissent dégager un conscient populaire et un auditoire international, qui considèrent l’un et l’autre ce pays, comme un des clés de toutes les combinaisons possible et pensable, d’une sécurité qui semble s’éloigner et faire partie du passé, à l’image de ces beaux discours d’antan…

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *