BETA MODE
La présence de la femme saoudienne dans le secteur de l’énergie… et la «Vision Arabie Saoudite 2030» - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Arabie Saoudite

La présence de la femme saoudienne dans le secteur de l’énergie… et la «Vision Arabie Saoudite 2030»

Des jeunes femmes assises devant l’ordinateur dans un bureau d’embauche des femmes au Ryad (Getty)
Des jeunes femmes assises devant l’ordinateur dans un bureau d’embauche des femmes au Ryad (Getty)
Des jeunes femmes assises devant l’ordinateur dans un bureau d’embauche des femmes au Ryad (Getty)

Djeddah : Imen Aman

Le secteur de l’énergie est dominé par un stéréotype qui propage la domination masculine sur le secteur en général. Ceci, en raison de l’orientation de ces forces du travail masculines vers des études des sciences de l’ingénierie et de la terre, et les disciplines professionnelles requises par le secteur pétrolier et gazier en particulier. Cet écart entre les opérateurs du secteur des deux sexes, a attiré l’attention des compagnies pétrolières internationales ainsi que des compagnies pétrolières nationales, et contribue de la sorte à porter une attention à la concrétisation de l’égalité, et porter ainsi, un appui à la nomination de toute femme disposant des compétences requises, à des postes de direction dans ce secteur.

Le message est clair dans le but de copter les meilleures compétences sans distinction de sexes, ainsi que la nécessité d’œuvrer à l’effort de concrétisation de la diversité des sexes sur les lieux de travail, surtout que le secteur des énergies, vit une métamorphose rapide dans le sens de variation de ses sources. A savoir, ajouter aux sources d’énergies classiques fossiles, les énergies renouvelables, à l’instar, du solaire et l’éolienne, en plus du renforcement du rendement de la consommation énergétique.

Par conséquent, il est nécessaire de prendre la question au sérieux et œuvrer dans le but d’éliminer les obstacles afin de permettre à la force de travail féminine de collaborer à la concrétisation du futur. Le Royaume d’Arabie Saoudite en tant que leader mondial dans le secteur pétrolier, doit impérativement relever les défis, mais aussi saisir les opportunités énormes dans l’industrie de l’énergie qui soutiennent les économies et les collectivités locales.

Comment inciter les femmes à travailler dans le secteur énergétique ?

En Arabie Saoudite, la gente féminine représente 16% de la force active du travail, ce qui signifie que les femmes saoudiennes disposent de nombreuses perspectives et des possibilités de travail dans divers secteurs économiques, y compris le secteur de l’énergie. L’un des meilleurs moyens de copter les femmes, est l’éducation et l’orientation des filles sur les bancs des écoles. A savoir les aider à découvrir leurs propres compétences, à hausser le plafond des ambitions de chacune, et l’envie de participation dans divers secteurs du développement économique, dans le but de servir la nation. Un des moyens efficaces pour attirer la force de travail féminine, est l’existence de modèles de réussite dans l’industrie, qui feraient office d’exemples capables d’inciter les filles à opter pour des études d’ingénierie et des disciples corolaires de géologie et des secteurs professionnels importants. Aussi, en aidant les filles à occuper les divers niveaux de direction dans le secteur de l’industrie l’énergétique.

Partout à travers le monde, existent des plates-formes et organisations qui soutiennent l’entrée des femmes dans le secteur du pétrole et du gaz, par exemple: les organisations gouvernementales et organismes à but non lucratif aux États-Unis, en l’Australie, au Canada, en Afrique du Sud et au Norvège. Aussi, dans le secteur des énergies propres, sont nombreux, les groupes et les organisations actifs dans le secteur de l’introduction des femmes, dans la participation à la révolution des énergies propres, à l’instar de l’initiative de participation des femmes et leur éducation aux énergies propres (C3E), dans le but de renforcer la participation de la femme à la révolution des énergies propres, et aussi à combler l’écart entre les deux sexes, dans un cadre national spécial, se rapportant aux Etats qui participent à cette initiative, à l’instar des Emirats Arabes Unis…

Comme exemple de soutien institutionnel pour les femmes, dans la gestion de l’énergie aux Etats-Unis, existent des partenariats avec les écoles et les universités pour soutenir les filles à travers le programme STEM, qui met l’accent sur l’étude des sciences, des technologies, l’ingénierie et les mathématiques, dans le but de développer une génération de femmes qualifiées pour le marché du travail dans le secteur de l’énergie.

Les organisations internationales œuvrent également à travers des programmes orientés, vers la promotion de l’introduction des femmes et de l’emploi des capacités féminines dans le secteur de l’énergie. Tel que l’Agence américaine pour le développement international, qui œuvre sur le continent africain à travers un programme visant à accroître le nombre de femmes dans le secteur de l’énergie, tout en sachant l’importance d’une telle action, à aider les économies des pays africains, et à dynamiser leurs développements, ainsi que l’amélioration du secteur affaires, et l’élargissement des possibilités de carrières pour les femmes.

Effet de «vision de l’Arabie Saoudite 2030» sur la femme saoudienne

La «vision de Arabie Saoudite 2030» porte une version économique, sous la forme d’un document national, qui soutient la diversification économique, nécessaire au pays, mais aussi pour mettre l’accent sur le partenariat réel et la productivité réelle de la femme saoudienne, l’autre partenaire de l’homme dans la société saoudienne. La femme saoudienne est une femme ambitieuse, tant elle représente 50% des diplômés de l’enseignement universitaire de base. Elle ne s’est pas arrêtée à ce point, mais essaye de continuer son cursus universitaire, dans les plus prestigieuses des universités aux Etats-Unis, et bien d’autres pays. D’ailleurs, La «Vision Arabie Saoudite 2030» insiste quant au rôle de la femme comme partenaire économique. Dans ce sens, l’un des objectifs de la vision consiste à augmenter la proportion des femmes sur le marché du travail de 22% à 30% à l’horizon de l’année 2030. Afin de concrétiser cet objectif, un ensemble de dispositifs et législations doivent être mis en pratique, dans le but de permettre à la femme d’accéder au travail dans des secteurs spécialisés, avec un fort impact sur l’économie du pays. Par exemple, permettre à la femme saoudienne d’accéder à des secteurs de développement, à l’instar du secteur pétrolier, et des énergies renouvelables et alternatives.

Le plan «transformation nationale saoudienne 2020», vise à permettre aux femmes d’accéder aux postes de haut niveau, et d’importance moindre, en augmentant les opportunités dans de nouveaux secteurs professionnels en faveur de la femme saoudienne. Il est à noter que les femmes saoudiennes vivent des restrictions qui limitent leur capacité à travailler dans les nouvelles disciplines. Chose qui fait de la présence de ces femmes, l’une des plus basses au monde. La volonté est bien réelle dans le but de hausser la participation de la femme de moins de 1% pour les hauts postes à 5%. Cependant, nous ne pouvons occulter l’ouverture des femmes saoudiennes et leurs engagements dans des secteurs nouveaux, sans pour autant omettre le soutien de la sage direction politique du pays, qui insiste quant à la nécessité de mettre à la disposition de la femme, l’occasion de participer au développement du pays. La femme saoudienne a prouvé sa maitrise et sa créativité à réussir, et percer dans des secteurs qui étaient jadis monopole des hommes. Après approbation par le Conseil des ministres, le plan «Transformation nationale 2020», tous les secteurs ont commencé à pourvoir et aménager les entreprises dans le but d’engager des cadres féminins et instaurer une ambiance de travail adéquate.

Pourquoi les secteurs de l’énergie au Royaume d’Arabie Saoudite ?

Pendant de longues décennies, le Royaume d’Arabie Saoudite a été connu pour la richesse de son sous-sol en pétrole et en gaz, qui ont permis sans aucun doute, d’engager un essor économique, et d’assurer la modernité que vivent les habitants du Royaume actuellement. Les secteurs pétrolier et gazier, ont engendré le plus grand apport à l’économie saoudienne, et aussi ont constitué la source principale du pouvoir financier, ainsi que du poids politique mondial. Le sous-sol du Royaume regorge du quart des réserves mondiales du pétrole, à savoir le quatrième au rang des réserves à l’échelle mondial.

La femme dans le secteur de l’énergie

La diversité des forces de travail dans le secteur de l’énergie, l’industrie du pétrole, du gaz ou les énergies renouvelables, ajoute une valeur à la participation de la femme à la force du travail, au développement économique, et la compétitivité du secteur énergétique. Par conséquent, la non-participation des femmes dans ce secteur, qu’elle soit en ingénierie au niveau professionnel, ou même dans des postes de direction, fait perdre à l’industrie une opportunité de diversité des connaissances et des compétences. Aux États-Unis, par exemple, uniquement 5% d’un ensemble de 500 directeurs exécutifs sont des femmes. Ces femmes ne représentent que 17% aux conseils d’administration et 25% des postes de direction, bien qu’elles représentent près de la moitié de la population active. Selon les publications de l’Organisation des pays de l’OCDE, en Australie, les femmes constituent 20% de la population active dans les secteurs de l’électricité, du gaz et du de l’eau, et occupent moins de 5% des emplois techniques. En Allemagne, elles détiennent 6% du personnel technique, et dans les départements supérieurs, moins de 1% ! Certains pays européens appliquent le système des quotas pour permettre aux femmes d’accéder à l’ingénierie, le travail administratif et exécutif dans le secteur de l’énergie.

Dans les pays arabes, il y a les tentatives louables, en Tunisie par exemple, dans la société de l’électricité et du gaz, où les femmes opèrent dans les divers secteurs d’activité. Chose surprenante, il y a une croissance dans le nombre des femmes, à occuper les postes de prise de décisions, et dans les comités consultatifs.

Dans d’autres pays, à l’instar de l’Afrique du Sud, de l’Ouganda et du Brésil, nous constatons une représentation des femmes à la plus haute responsabilité, au poste de ministre de l’énergie.

Le travail dans le secteur énergétique pour assurer la femme économiquement

La prestation économique s’opère aussi bien par des femmes que des hommes, qu’elle soit pour la participation à la concrétisation du développement, et l’augmentation de la valeur ajoutée à l’économie nationale. De quoi augmenter les chances pour les femmes de disposer de ressources économiques, et des opportunités de développement des compétences et des connaissances. Cette présence est essentielle pour la concrétisation de l’égalité entre les deux sexes, et un incitateur pour le développement et la promotion sociale.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *