BETA MODE
Un tableau de Norman Rockwell retrouvé 41 ans après sa disparition - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Art

Un tableau de Norman Rockwell retrouvé 41 ans après sa disparition

Une toile de Norman Rockwell datant de 1919
Une toile de Norman Rockwell datant de 1919
Une toile de Norman Rockwell datant de 1919

Philadelphie: La Majalla

La police fédérale américaine aurait retrouvé une toile de Norman Rockwell datant de 1919 et disparue depuis plus de 40 ans après un vol dans une résidence du New Jersey.

La toile, parfois appelée Lazybones ou Boy Asleep with Hoe, était parue sur la couverture de l’édition du 6 septembre 1919 du magazine Saturday Evening Post. L’huile sur canevas faisait partie des biens dérobés à la suite d’une entrée par effraction à Cherry Hill, en banlieue de Philadelphie, en 1976.

Le tableau représente un petit garçon à bretelles, assoupi contre un mur avec son chien. Il appartenait au père de M. Grant et a été dérobé en 1976 par des cambrioleurs, il y a plus de quarante ans. La famille avait depuis perdu tout espoir de le récupérer. Jusqu’à ce que le département spécialisé dans le trafic d’art du FBI le retrouve alors qu’il était proposé à la vente chez un antiquaire près de Philadelphie. Les experts ont pu identifier l’œuvre grâce à une légère rayure faite par un malencontreux coup de queue de billard de l’ancien propriétaire. Un article publié l’an dernier dans l’Inquirer racontait que le propriétaire de la toile avait dû la payer 75 $ US après l’avoir accidentellement endommagée avec une baguette de billard, en 1954.

Selon l’Associated Press, le tableau aurait fait la couverture du Saturday Evening Post du 6 septembre 1919. Le père de John Grant l’avait à l’époque acquise pour… 50 dollars. Le temps a passé et Le Fainéant vaudrait, selon les experts, aujourd’hui plus d’un million de dollars.

La toile, aujourd’hui estimée à 1 million de dollars, ne devrait pourtant pas rejoindre les cimaises de l’habitation de John Grant. « Je la voudrais, oui et non » a-t-il reconnu lors de la cérémonie de restitution à Philadelphie. « Mais voilà, j’ai 5 frères et sœurs qui la voudraient bien, eux aussi. » Le garçon endormi devrait donc rejoindre une institution où tous pourront la contempler à loisir.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *