BETA MODE
Le responsable de l'attentat à Saint-Pétersbourg arrêté par le FSB - Majalla Magazine
  • Edition actuelle
Actualités

Le responsable de l’attentat à Saint-Pétersbourg arrêté par le FSB

Abror Azimov, suspecté d'avoir organisé l'attaque du métro de St Petersburg Metro après une audience de tribunal au Moscow's Basmanny District Court le 18 avril 2017 (Getty)
Abror Azimov, suspecté d'avoir organisé l'attaque du métro de St Petersburg Metro après une audience de tribunal au Moscow's Basmanny District Court le 18 avril 2017 (Getty)
Abror Azimov, suspecté d’avoir organisé l’attaque du métro de St Petersburg Metro après une audience de tribunal au Moscow’s Basmanny District Court le 18 avril 2017 (Getty)

London – Majalla

La Russie a été frappée par un attentat sanglant le 3 avril 2017. Quinze personnes ont été tuées dans une explosion survenue dans un wagon du métro de Saint-Petersbourg. Les autorités russes ont ouvert une enquête pour «acte terroriste».

Sur une vidéo publiée par le FSB (les services secrets russes), des agents encagoulés plaquent à terre un homme, avant de retirer un pistolet Makarov glissé dans sa ceinture. «Nom ? Azimov. Prénom ? Abror. Motif de l’interpellation, vous devinez ? Oui»… C’est ainsi qu’a été arrêté le 3 avril, dans le sous-bois d’une banlieue moscovite, l’organisateur présumé d’un attentat qui a fait 15 morts dans le métro de Saint-Pétersbourg, le 3 avril. Le suspect a d’abord reconnu sa culpabilité, avant de nier en bloc, devant le juge censé prononcer son arrestation, rapportent les médias russes.

Selon les enquêteurs, Azimov, né en 1990 au Kirghiztan et ayant obtenu la nationalité russe en 2013, «a formé le terroriste kamikaze Akbarjon Djalilov», l’auteur présumé tué dans l’attentat, qui aurait appelé son «supérieur» peu avant l’explosion (selon une source du quotidien Kommersant). Depuis, Azimov, recherché par la police, avait disparu de la circulation : il a abandonné son logement de location et désactivé cartes SIM et téléphones. On sait seulement qu’il avait travaillé, comme deux autres suspects déjà arrêtés, Sadyk Ortykov et Chokhiste Karimov, dans le café autoroutier Lesnoe, toujours selon Kommersant. Mais le 17 avril, il a été finalement repéré par la police, après avoir rallumé son téléphone.

La Russie n’a pas été aussi durement touchée depuis l’explosion en plein vol le 31 octobre 2015 d’un vol reliant l’Egypte à la Russie avec 224 personnes à bord, un attentat revendiqué par l’EI.

Depuis, plusieurs attaques ont touché les instables républiques russes du Caucase et les services de sécurité russes avaient annoncé à plusieurs reprises avoir démantelé des cellules jihadistes s’apprêtant à frapper Moscou et Saint-Pétersbourg.

Les autorités ont annoncé le renforcement des mesures de sécurité dans le métro de Moscou et les aéroports. Après plusieurs heures de fermeture complète, le réseau métropolitain de Saint-Pétersbourg a recommencé à fonctionner partiellement dans la soirée, à la veille de la première des trois journées de deuil décrétées dans l’ancienne capitale impériale.

De nombreux chefs d’état ont par ailleurs manifesté leur solidarité avec la Russie.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *