• Edition actuelle

Profile

Oum Kalthoum: Une voix immortelle

Texte de Moncef Mezghani et dessin de Ali Mandalawi

  • Née Fatma en 1898, Oum Kalthoum est la fille de Cheikh Ibrahim Al Sayed Al Baltagi, imam de la mosquée de Tmaïe El Zahayira en Égypte. Après son décès en 1975, sa voix demeure immortelle défiant le temps à travers des siècles, sans la permission de personne, rendant Oum Kalthoum immortelle.
  • “L’Immortelle”, “la Quatrième Pyramide”, « l’Astre de l’Orient » ou tout simplement “la Dame” : autant de surnoms témoignant de l’ampleur de la légende entourant la chanteuse d’une civilisation entière. Et comme toute légende, elle conserve sa part de mystère, tant sur ses opinions politiques que sa personnalité.
  • Elle était différente des filles de son village, mais l’éducation des filles, dans son village égyptien et conservateur, était mal vue à l’époque. Malgré cela, sa mère était déterminée à éduquer sa fille et défier l’ignorance. Fatma, qui était très douée, apprit le Coran a un très jeune âge. Quant à sa passion pour la chanson, elle a commencé à mémoriser les paroles et les notes musicales étant très jeune.
  • Son père a vite remarqué le don de sa fille à l’âge de 12 ans et l’emmenait chanter avec lui, habillée en garçon pour ne pas déroger à la bienséance. Or la voix de la petite Thuma n’ouvre pas seulement les portes, elle force le destin. Lors d’une soirée privée, Oum Kalthoum fait des rencontres qui ont changé sa vie, telles que Cheikh Abu El-Ela Mohamed et Zakaria Ahmad. C’est ainsi qu’elle quitte son village natal pour aller au Caire, ville des arts.
  • Oum Kalthoum, avec sa voix exceptionnelle, a marqué l’esprit de son publique, attirant ainsi de plus en plus d’admirateurs. Elle ne se contente pas du Caire mais elle se produit dans les capitales arabes, et à Paris, seul concert occidental de sa carrière. Malgré une renommée mondiale, Oum Kalthoum reste attachée au Caire, la ville ou elle est aimée et admirée par le peuple et les chefs d’Etats égyptiens et arabes.
  • La carrière d’Oum Kalthoum est un exemple de l’ambition qui n’a pas de limites. Elle fut une femme symbole de son siècle, passant de la ruralité aux concerts prestigieux sans renier ses origines ni sa culture traditionnelle. C’est une chanteuse exceptionnelle qui cherche les paroles et les notes musicales uniques pour ses chansons. De nombreux poètes et compositeurs de l’époque ont écrits et composes ses chansons.
  • Sa gloire passe par sa rencontre avec de quelques grands musiciens comme Abu El-Ela Mohamed, Mohammed Kasabgi, Riadh Al-Sanbati, Mohamed Abdel Wahab et le jeune Baligh Hamdi.
  • Sa gloire passe aussi par son initiation à la grande culture portée par les poètes établis et les jeunes auteurs d’avant-garde, tels Firas Hamdani, Omar Khayam, Ahmad Shawqi, le tunisien Mahmoud Bayram et Ahmed Rami. Les poèmes de Nizar Qabani ont aussi été chantés par la Diva.
  • Parmi mes souvenirs au Caire, je me rappelle avoir été surpris par un chauffeur de taxi qui écoutait Oum Kalthoum le matin. Ce dernier m’a répondu « La Dame est reine de tous les temps, de la nuit au jour ».

 

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *