BETA MODE
Présidentielles françaises : Emmanuel Macron Président - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Cover Story

Présidentielles françaises : Emmanuel Macron Président

Emmanuel Macron

 

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron

 

Par Maymana Azzam

Emmanuel Macron est le huitième président de la République. Le fondateur du mouvement En marche ! recueille 65,8 %, ce qui fait de lui le deuxième président le mieux élu de la Ve République (depuis l’instauration de l’élection au suffrage universel). Son adversaire, Marine Le Pen, obtient 34,2 % et décroche, tout de même, un record en nombre de voix (plus de 11 millions). À noter, une forte abstention pour une présidentielle : 25, 3 % des électeurs ne se sont pas déplacés.

L’ex-ministre de François Hollande a réussi son pari : devenir le plus jeune président de la République. Encore inconnu il y a cinq ans, où il conseillait le candidat François Hollande, il a gravi les marches du pouvoir : de secrétaire général adjoint de l’Élysée à ministre de l’Économie. Après avoir quitté le gouvernement, il a mené campagne sans passer par la case primaire de la gauche. Pour Marine Le Pen, son score apparaît comme une déception après une première semaine d’entre-deux-tours où elle a semblé réduire l’écart avec son adversaire avant un débat raté. (Le point)

 

Marine Le Pen
Marine Le Pen

Largement battue au second tour, la candidate du Front Nationale Marine Le Pen a pris la parole dès l’annonce de sa défaite pour annoncer une transformation de son parti.

Du Chalet du Lac où se déroule la soirée du Front National, La candidate du Front National Marine Le Pen s’est exprimée quelques minutes après l’annonce de sa lourde défaite selon les estimations à 20h  pour remercier les 11 millions de Français qui ont accordé leur voix a elle, ainsi que les militants et Dupont-Aignan. (Paris Match)

3 Mai 2017. Débat de l’entre-deux-tours. Emmanuel Macron affronte Marine Le Pen, une affiche inédite suivie par 16,5 millions de téléspectateurs sur l’ensemble des chaînes qui diffusaient le rendez-vous.

Une quinzaine de médias ont dénoncé dimanche une « interdiction » d’assister à la soirée électorale FN pour le second tour de la présidentielle, entraînant un « boycott » par « solidarité » de Libération, Le Monde, L’Humanité, Les Inrocks et L’Obs, tandis que le parti de Marine Le Pen a évoqué un « manque de place ». (France Soir)

On n’avait pas vu cela depuis 1969. A l’époque, l’abstention avait atteint un record de 31,1% au second tour, dans un contexte particulier à la suite de la démission du général De Gaulle. Cette année, le taux atteint entre 25 et 26%, selon les premières estimations publiées dimanche soir. Jamais, depuis près de 50 ans, l’abstention n’avait atteint un tel niveau. (L’express)

Moralisation de la vie publique, réforme du code du travail, de l’école, « droit à l’erreur pour tous » et réorganisation de la lutte antiterroriste: les priorités du président Macron.Emmanuel Macron veut mettre en branle très vite son projet de moralisation politique qui interdira entre autres le népotisme pour les parlementaires. Il devrait être « mis sur la table du Conseil des ministres avant les législatives » de juin, afin d’être voté ultérieurement.

Avant son élection, Emmanuel Macron avait annoncé son intention de présenter « dès l’été (…) un projet de loi d’habilitation » qui permettra à son gouvernement de préparer des ordonnances destinées à « simplifier le droit du travail » et de « donner plus de place à l’accord majoritaire d’entreprise ou de branche » notamment pour fixer la durée du travail.

limitation à 12 du nombre d’élèves par classe en zone d’éducation prioritaire (contre 24 en moyenne aujourd’hui) et « retour » des classes bilangues, supprimées en partie par la réforme du collège. Pour mettre en place – progressivement – cette réforme, il compte sur le redéploiement des 5 000 enseignants du dispositif « Plus de maîtres que de classes » et la création d’environ 5 000 postes d’enseignants.

Le candidat veut créer un droit à l’erreur pour tous face aux administrations, notamment en matière fiscale. Dans le but de provoquer une « réforme profonde de la relation entre nos concitoyens et l’administration ».

Toujours à l’été, Emmanuel Macron veut la création d’un état-major permanent des opérations de sécurité intérieure, de renseignement et de lutte contre le terrorisme, ainsi que d’une cellule spéciale du renseignement dédiée au groupe ISIS.

Le nouveau président de la République prendra ses fonctions le week-end prochain. Le locataire de Matignon devrait alors être connu le 15 mai.(Le parisien)

Les responsables européens ont été parmi les premiers à réagir dimanche à l’élection du centriste Emmanuel Macron à la présidence française, saluant « une victoire » pour l’Europe.Union européenne

Les Français ont fait le choix d’un « avenir européen », s’est félicité le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.Le président du Conseil européen Donald Tusk a salué la décision des Français en faveur de « la Liberté, l’Egalité, la Fraternité ».

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron

Le nouveau président espère obtenir une majorité à l’Assemblée pour pouvoir appliquer son programme.

Emmanuel Macron replonge dans la campagne. Certes pas en première ligne, mais tout de même suffisamment impliqué puisqu’il s’agit pour lui d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale pour pouvoir appliquer le programme sur lequel il a été élu. Dès lundi, le nouveau président voulait mettre les socialistes sous pression en sommant les candidats aux législatives de choisir entre l’étiquette PS et celle de la majorité présidentielle à venir. Elle ne concourra pas sous l’étiquette En marche!. Conçu pour accompagner Emmanuel Macron dans sa conquête du pouvoir, son mouvement est désormais appelé à évoluer pour se structurer en un vérita

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *