BETA MODE
Le drapeau européen, revu et corrigé par Banksy - Majalla Magazine
  • Edition actuelle
Art

Le drapeau européen, revu et corrigé par Banksy

Un graffitti recemment paint par l'artiste britannais Banksy, a Douvres, en Angleterre le 8 mai 2017 (Getty)

 

Un graffitti recemment paint par l'artiste britannais Banksy, a Douvres, en Angleterre le 8 mai 2017 (Getty)
Un graffitti recemment paint par l’artiste britannais Banksy, a Douvres, en Angleterre le 8 mai 2017 (Getty)

London – Majalla

L’artiste de rue britannique Banksy a réalisé sa première fresque inspirée par le Brexit, montrant un homme en train de casser une étoile du drapeau européen à coups de burin.

Elle est apparue comme par magie sur la façade d’un immeuble de Douvres, au Royaume-Uni. Une peinture murale grand format dont l’auteur n’est autre que Banksy. On y voit un immense drapeau européen fissuré duquel un ouvrier du bâtiment est en train de décrocher une des douze étoiles d’or. Une façon pour le célèbre artiste urbain de dénoncer à sa manière le Brexit.

Les 12 étoiles dorées sur un fond bleu symbolisent «les idéaux d’unité, de solidarité et d’harmonie entre les peuples d’Europe», comme le rappelle le site internet de l’Union européenne. Mais ces idéaux sont mis à mal depuis le vote sur le Brexit, l’an dernier, et les âpres négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Le lieu n’a pas été pris au hasard puisque la ville du sud de l’Angleterre est la plus proche de l’Europe continentale. Cette œuvre apparaît à un moment crucial dans les négociations de sortie du Royaume-Uni de l’Europe. La procédure de déclenchement du Brexit a été engagée le 29 mars.

L’artiste a revendiqué lundi sa responsabilité dans deux publications sur son compte Instagram certifié, avec pour seul commentaire la localisation de cette oeuvre à la symbolique très forte. Une photo de l’œuvre a également été postée sur le site officiel de Banksy, confirmant son authenticité, bien que la fresque ne soit pas signée.

Au pied du mur, de nombreux passants s’arrêtaient et se prenaient en photo avec la fresque en arrière-plan, a constaté lundi un photographe de l’AFP. L’œuvre, peinte sur un édifice bordant un square, est visible à plusieurs dizaines de mètres à la ronde.

Connu pour son sens de la satire, Banksy avait réalisé fin 2015 des graphes de l’autre côté de la Manche, à Calais, consacrés aux migrants et dépeignant notamment le fondateur d’Apple, Steve Jobs, lui-même fils d’un immigré syrien, portant un baluchon et un ordinateur.

Qui est Banksy ?

Son identité reste un mystère… Restait. En plus d’une décennie, l’artiste britannique Banksy a maintenu son anonymat. Mais voilà que des scientifiques de l’université londonienne Queen-Mary affirment l’avoir identifié. Ils se sont servis d’une méthode de profilage utilisée par la police pour confondre des criminels en série et en ont déduit que le street artist s’appelle en réalité Robin Gunningham.

Dans l’étude publiée le 3 mars dans le Journal of Spatial Science, l’équipe de chercheurs a exploité 140 œuvres attribuées à l’artiste, à Londres et à Bristol, sa ville d’origine, et des informations publiques. Ils ont mis en lumière des points névralgiques dans ces villes comme un pub, des terrains de sport, une adresse à Bristol et trois autres à Londres. Leur point commun est d’avoir été fréquentés par un certain Robin Gunningham, dont le nom était apparu dans une enquête du journal Mail on Sunday en juillet 2008.

Alors, Banksy est-il bien Robin Gunningham ? «Je serais surpris que ce ne soit pas lui, même sans notre analyse. Mais elle apporte une preuve supplémentaire, a déclaré Steve Le Comber à la BBC.

Le blog spécialisé dans les nouvelles technologies Gizmodo a dénoncé le fait de démasquer un artiste qui a choisi l’anonymat touche à la vie privée. Reste que Banksy restera sans doute Banksy, et connaître son vrai nom n’apporte peut-être rien de plus.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *