BETA MODE
Michel Field, le directeur de l'information de France Télévisions, démissionne - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Economie

Michel Field, le directeur de l’information de France Télévisions, démissionne

Michel Field (Getty)
Michel Field (Getty)
Michel Field (Getty)

Par Caroline Sallé

Les relations avec une partie de la rédaction s’étaient à nouveau tendues depuis l’éviction de David Pujadas, le présentateur du JT de 20 H sur France 2. Pour l’heure, on ne connaît pas le nom de son successeur.

Michel Field a finalement décidé jeter l’éponge. Lundi matin, le directeur de l’information de France Télévisions a remis sa démission sur le bureau de Delphine Ernotte, la présidente du groupe audiovisuel public. L’annonce en a été faite au comité de direction dans la matinée, après un week-end de réflexion. «Je ne suis pas la personne qui apaise cette rédaction», aurait expliqué l’intéressé.

Un nouveau coup de théâtre qui intervient quelques jours après l’éviction surprise de David Pujadas, le présentateur vedette du 20 heures de France 2. Depuis, le torchon brûlait entre la rédaction et la direction du groupe. À tel point que jeudi dernier, la société des journalistes de France 2 avait convoqué une assemblée générale afin d’ «envisager les réponses à apporter à une déstabilisation inédite de l’ensemble de la rédaction». Michel Field était présent. «Il s’est rendu compte à ce moment-là des tensions très vives dirigées contre lui. Il n’est pas parvenu à créer de consensus au sein de la rédaction, il était clairement dans le viseur», indique-t-on en interne.

Intérêts convergents

Deux motions de défiance, l’une contre Michel Field et l’autre contre Delphine Ernotte, devaient être soumises au vote de la rédaction de France 2 en ce début de semaine. Le patron de l’information, déjà sous le coup d’une première motion de défiance votée en avril dernier, n’a visiblement pas voulu prendre le risque d’être à nouveau désavoué et a du coup préféré prendre les devants. A moins que Michel Field n’ait été gentiment poussé vers la sortie. Depuis plusieurs jours, l’entourage de Delphine Ernotte plaidait pour son retrait. Les choses se sont accélérées lorsque la présidente a découvert la formulation de la motion de défiance mise au vote: «Delphine Ernotte est-elle en mesure de préserver l’indépendance de la rédaction?». «Cela l’a rendu furieuse», témoigne un journaliste de la rédaction. «Il fallait a tout prix faire redescendre la pression avant le vote. Michel Field a servi de fusible. Il en avait marre de toutes les manières, et il ne s’en cachait plus. En fin de compte, les intérêts ont convergé», analyse-t-il.

«Ils ont eu leur trophée», déplore pour sa part un membre du SNJ. «Il n’y a pas de trophée», rétorque Karine Comazzi, la vice-présidente de la Société des journalistes (SDJ). Au sein de la rédaction, la rumeur de son départ circulait depuis quelques jours. «Beaucoup disaient que Delphine Ernotte allait lâcher Michel Field. De toutes les manières, il aurait été très compliqué de le maintenir, vu le climat», confie une journaliste.

Ce matin, les présidents de toutes les sociétés des journalistes du groupe étaient réunis dans le bureau de Delphine Ernotte pour avoir une explication. La SDJ de France 2 a prévu de tenir une nouvelle AG dans l’après-midi. Pour l’heure, on ne connaît pas encore le nom du successeur de Michel Field. «Toutes les pistes sont à l’étude, en interne comme en externe», indique France Télévisions.

Source: Le Figaro

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *