BETA MODE
Mort de Roger Moore, l'acteur aux sept James Bond - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Art

Mort de Roger Moore, l’acteur aux sept James Bond

Roger Moore sur le tournage de « Vivre et laisser mourrir » de Guy Hamilton, son premier James Bond, en 1972.
Roger Moore sur le tournage de « Vivre et laisser mourrir » de Guy Hamilton, son premier James Bond, en 1972.
Roger Moore sur le tournage de « Vivre et laisser mourrir » de Guy Hamilton, son premier James Bond, en 1972.

Par Majalla

Il avait incarné James Bond, Simon Templar dans la série « Le Saint », Brett Sinclair dans « Amicalement vôtre »… Roger Moore, décédé en Suisse à l’âge de 89 ans, n’a cessé d’incarner les défenseurs de la veuve et de l’orphelin. Et ce toujours avec l’humour, la distinction et le flegme d’un vrai gentleman anglais.

Son nom était Moore. Roger Moore. Il fut sans conteste, après Sean Connery, l’un des plus grands James Bond du cinéma. L’élégant et toujours distingué acteur britannique est mort des suites d’un cancer.

«C’est le cœur lourd que nous devons annoncer le décès de notre père aimant, sir Roger Moore, aujourd’hui, en Suisse, après un court mais courageux combat contre le cancer», ont écrit les enfants de l’acteur, sa fille Deborah et ses fils Geoffrey et Christian, dans un communiqué.

Comme il aimait volontiers le rappeler, il aura passé son existence à «jouer les boy-scouts». De la série Ivanhoé (d’après Walter Scott) à James Bond (Ian Fleming) en passant par Simon Templar, Le Saint (d’après les romans de Leslie Charteris), sans oublier bien sûr son rôle dans la série-culte Amicalement vôtre (The Persuaders!), où il incarnait avec distinction et désinvolture le très spirituel aventurier Lord Brett Sinclair aux côtés de Tony Curtis, Moore aura toujours su incarner à merveille une certaine idée du gentleman anglais.

Né près de Londres, à Stockwell, le 14 octobre 1927 d’un père policier et d’une mère caissière, Roger Moore arrête ses études en 1943. A 18 ans, il sert dans le Royal Army Service Corps, en Allemagne de l’Ouest. Victime d’un accident, il est démobilisé et rentre au Royaume-Uni, où il entame, en 1944, sa carrière artistique par de la figuration dans César et Cléopâtre, avec Vivien Leigh. Il suit en parallèle des cours à la Royal Academy of Dramatic Art à Londres. Il y rencontrera l’actrice Lois Maxwell, la future Moneypenny de la saga James Bond.

Séries et cinéma

Si le cinéma lui fait très tôt de l’œil, c’est d’abord à la télévision britannique qu’il fait ses armes, et connaît le succès.

L’acteur britannique s’est d’abord rendu célèbre pour son rôle d’Ivanhoé, personnage éponyme de la série télévisée en noir et blanc, créée par Peter Rogers et diffusée en 1958 et 1959. De 1962 à 1969, il incarne Simon Templar dans « Le Saint », série qui le propulse parmi les célébrités internationales. En 1971, dans la série « Amicalement vôtre », il devient Brett Sinclair, un aristocrate britannique associé à un riche homme d’affaires américain (incarné par Tony Curtis) – et l’acteur le mieux payé de la télévision.

Entre-temps, au cinéma, son ami Sean Connery a fait de James Bond l’espion le plus célèbre de la planète. Un comble pour un métier qui doit s’exercer dans l’ombre. Lassé du rôle qui a fait sa gloire, Connery jette l’éponge après Les Diamants sont éternels, en 1971. En 1973, Roger Moore reprend donc le flambeau et incarnera à sept reprises l’agent secret créé par Ian Fleming vingt ans auparavant. «J’ai passé ma vie à passer d’un costume à l’autre, de l’armure d’Ivanhoé au smoking de James Bond, je n’ai jamais cessé d’incarner des héros bondissants, valeureux défenseurs de la veuve et de l’orphelin», disait-il avec humour. Et quand on lui demandait la différence existant entre son interprétation de Bond et celle de Sean Connery, Moore répondait: «Je pense que j’apporte une touche d’humour supplémentaire au personnage, ainsi qu’une décontraction toute britannique. Sean, qui est écossais, a quant à lui imposé un James Bond plus brutal et dangereux. Moi, quand je menace un méchant de lui régler son compte, on croit toujours que je l’invite à prendre un verre au bar. Sean lui, quand il menace un type, on y croit vraiment!»

Entre 1973 et 1985, Roger Moore entre donc dans la peau de James Bond. De Vivre et laisser mourir à Dangereusement vôtre, il popularise le personnage de 007 avec toute l’élégance dont il est capable.

Il est apparu dans d’autres films, comme Gold (1974), Les Oies sauvages (1978) ou encore Le Commando de Sa Majesté (1980). Il a même donné la réplique aux Spice Girls en 1997 dans le film Spice World. Après 45 films au compteur, Roger Moore avait décidé de mettre fin à sa carrière en 2002, alors qu’il avait 75 ans.

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *