BETA MODE
L'Arabie saoudite et ses alliés rompent avec le Qatar - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Actualités

L’Arabie saoudite et ses alliés rompent avec le Qatar

Par Majalla

Riyad et ses alliés, Le Caire, Abou Dhabi et Manama, ont rompu leurs relations diplomatiques avec le petit émirat, accusé d’un double jeu vis-à-vis du voisin iranien. Ceci quinze jours après un voyage de Donald Trump qui avait exhorté les pays musulmans à se mobiliser contre l’extrémisme.

Doha est en effet accusé de financer le terrorisme islamique. Les répercussions économiques peuvent être très importantes pour le petit Etat gazier du Golfe.

Le Qatar, qui se targue de jouer un rôle régional et d’avoir été choisi pour organiser le Mondial-2022 de football, a également été exclu de la coalition militaire arabe qui combat des rebelles pro-iraniens au Yémen. Doha a répondu en accusant ses voisins du Golfe de chercher à le mettre sous tutelle. Ces mesures sont « injustifiées » et « sans fondement », a réagi le ministère des Affaires étrangères du Qatar dans un communiqué. Elles ont un « objectif clair: placer l’Etat (du Qatar) sous tutelle, ce qui marque une violation de sa souveraineté » et est « totalement inacceptable », a-t-il ajouté.

Enfin par les Qatari eux-mêmes (la population est de 2,7 millions), qui se sont précipités lundi dans les supermarchés pour faire des provisions. La plupart des approvisionnements (40 %) se font par la route et par la frontière saoudienne. Inflation et pénuries diverses pourraient se faire rapidement ressentir. Beaucoup de projets d’infrastructures en cours (métro, hôpitaux, stades pour la Coupe du monde de football de 2022 ) pourraient s’interrompre faute de matériaux et de main d’oeuvre. Pour compléter la pression et accentuer l’isolement, plusieurs compagnies aériennes (dont Emirates, Etihad…) suspendent ce mardi leurs liaisons avec Doha, tandis que l’espace aérien des pays impliqués est dorénavant interdit à Qatar Airways.

Il s’agit de la crise la plus grave depuis la création en 1981 du Conseil de coopération du Golfe (CCG: Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar). Trois de ces pays (Arabie, Emirats, Bahreïn), ainsi que l’Egypte, ont tour à tour annoncé à l’aube la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu’ils accusent de « soutien au terrorisme », y compris Al-Qaïda, le groupe Etat islamique (EI) et la confrérie des Frères musulmans.

L’agence officielle saoudienne SPA a annoncé que Ryad rompait ses relations diplomatiques et fermait ses frontières terrestres, aériennes et maritimes avec le Qatar pour « protéger sa sécurité nationale des dangers du terrorisme et de l’extrémisme ». « L’Arabie saoudite a pris cette mesure décisive en raison des sérieux abus des autorités de Doha tout au long des dernières années (…) pour inciter à la désobéissance et nuire à sa souveraineté », a déclaré un responsable saoudien.

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *