BETA MODE
Salma Elloumi prévoit l’arrivée de 6,5 millions de touristes en Tunisie - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Interviews

Salma Elloumi prévoit l’arrivée de 6,5 millions de touristes en Tunisie

Salma Elloumi, Ministre tunisienne du Tourisme (Getty)
Salma Elloumi, Ministre tunisienne du Tourisme (Getty)
Salma Elloumi, Ministre tunisienne du Tourisme (Getty)

Tunis – Boubaker Ben Amor

Salma Elloumi, ministre du Tourisme tunisienne, a annoncé que son pays a enregistré depuis le début de l’année, une augmentation de l’affluence des touristes de 34%, par rapport à la même période de l’année écoulée. Et qu’elle table sur une attraction meilleure des touristes russes, chinois, et des pays du Golfe, en plus des marchés classiques, précisément les pays européens, et qu’elle prévoit 6,5 millions de touristes pour cette année.

Salma Elloumi ministre tunisienne du Tourisme, dans une interview exclusive pour «Majalla» déclare que la Tunisie est toujours ouverte aux touristes aussi bien arabes qu’étrangers. La promotion de la Tunisie, comme étant une destination toujours sure, sera intensifiée, ainsi que l’encouragement de l’investissement arabe dans le secteur du tourisme en Tunisie. Elle a souligné que son pays s’est engagé dans une réforme et un développement global du secteur du tourisme. Un processus est mis en place pour l’instauration d’un label de qualité touristique concernant tous les types de services requis par les touristes.

Pour Salma Elloumi, le secteur touristique dispose de plusieurs atouts, mais considère que le plus important est de remédier les points faibles, ainsi que se mettre au niveau de la nouvelle réalité touristique à l’échelle mondiale. Selon la ministre, l’année 2017, sera celle du décollage du tourisme tunisien, pour que le pays enregistre lors des prochaines années, des chiffres meilleurs aussi bien au niveau du flux des touristes que des recettes.

Nous sommes presque en été, quel est l’état des indices pour la prochaine saison, aussi bien au niveau de l’affluence des touristes, que des réservations pour la haute saison ?

Le nombre des touristes qui ont visité la Tunisie pendant cette année (2017), et ceci jusqu’à la date du 20 mai dernier, avoisine 1 908 000 touristes. Une augmentation de 34% par rapport à la même période de l’année précédente. Aussi, le nombre de touristes algériens a augmenté de 68%. Les Européens de 31% pour la même période. Ceci laisse envisager de bons résultats, à savoir 6,5 millions de touristes pour cette année en Tunisie.

Concernant les réservations pour les deux mois de juillet et aout, nous avons enregistré un maximum, et les hôtels connaîtront une affluence record pour ces deux mois. 

Quels sont les pays de provenance de ces touristes, et si vous avez pensé à conquérir de nouveaux marchés ?

Les pays européens en général, la France et l’Allemagne constituent notre marché traditionnel. La Russie vient en tête des marchés émergeant, vient ensuite la Chine, dont le nombre de touristes est en nette augmentation. L’absence d’une ligne aérienne directe avec ce pays, constitue le principal handicap. En réponse à cette augmentation, nous œuvrons en coopérations avec les propriétaires des hôtels, à admettre la langue chinoise, à l’accueil, l’orientation, les lieux de distraction, les aéroports, ainsi que la gastronomie chinoise… Ceci sans pour autant délaisser nos marchés conventionnels (l’Europe en particulier).

Portez-vous un intérêt pour le marché arabe, et essentiellement celui des pays du Golfe, à savoir en attirer encore plus de touristes ?

La Tunisie est ouverte aux touristes arabes, et ils sont les bienvenues et sujet d’une attention particulière. Nous constatons que les touristes des pays du Golfe, se dirigent vers des destinations lointaines, et rencontrent des problèmes au niveau de la langue. Aussi, la Tunisie n’est pas très connue comme destination touristique dans les pays du Golfe. Dans ce sens, nous œuvrons au niveau des responsables politiques afin d’attirer un nombre plus grand de ces touristes, sans oublier l’encouragement des investisseurs à la promotion de projets touristiques gigantesques en Tunisie. Sachant que le pouvoir d’achat du touriste des pays du Golfe est supérieur à celui de son homologue européen, nous avons entamé des contacts dans ce sens, avec l’Arabie Saoudite puis les Emirats Arabes Unis, le Qatar, le Koweït, le Sultanat d’Oman, et le Bahreïn. Nous avons constaté une excellente résonnance, et la volonté de venir dans notre pays et nous allons intensifier la promotion de la Tunisie dans ces pays, particulièrement pour les zones touristiques importantes, et les potentialités d’investir dans les lieux de divertissement.

Aussi, nous comptons organiser une journée consacrée à l’investissement arabe dans le secteur touristique, afin de présenter les opportunités d’investissement en Tunisie, et nous avons invité à cet évènement, nombreux investisseurs arabes, intéressés par le secteur touristique.

Quel intérêt portez-vous pour la promotion du tourisme tunisien à l’étranger? Et quels moyens et outils admettez-vous pour la promotion de l’image de la Tunisie comme destination touristique?

Un grand nombre des grands pays touristiques, à l’instar de l’Espagne et autres, ont adopté une nouvelle manière pour la promotion de leur image à l’étranger. Cette méthode consiste à promouvoir chaque région à part. Nous comptons en Tunisie adopter cette manière de promotion, pour de l’île de Djerba, par exemple, aussi pour Hammamet, Tabarka, et Sousse, ainsi que la promotion des régions désertiques, chacune à part, sans oublier les zones côtières. Nous avons fourni un excellent effort pour l’année 2016, en promotion de la Tunisie comme étant une destination touristique sure, dans les pays européens, et beaucoup d’autres pays, en utilisant des techniques et des moyens modernes de communication, l’Internet principalement. Nous avons axé en particulier sur les blogueurs bien connus dans leurs pays, et les journalistes spécialistes du secteur du tourisme. Nous avons aussi invité les grandes agences de voyages internationales, à visiter la Tunisie et constater le potentiel touristique dans notre pays. Nous attendons en conséquence une croissance des arrivées de touristes par rapport aux années précédentes.

Parallèlement à l’amélioration des indicateurs et des chiffres, y a-t-il une amélioration de la qualité des services offerts aux touristes?

Le secteur du tourisme et de l’artisanat en Tunisie, connait actuellement une restructuration. Nous avons opéré un certain nombre de réformes, y compris un audit des textes juridiques et du cadre législatif, qui permettront la mise en place de réformes substantielles dans les secteurs du tourisme et de l’artisanat. Les réformes englobent la gestion et la direction. Nous avons développé, à cet effet l’Office du Tourisme pour améliorer ses performances, ainsi que la mise en place d’une agence de formation pour divers métiers du tourisme (accueil, animation, hébergement, cuisine et autres …). Sa mission est de superviser les institutions de formation spécialisées dans le tourisme. Actuellement, nous axons nos efforts sur la classification des hôtels, ainsi que sur le respect des normes requises, sans oublier la qualité des services et un réexamen du nombre d’étoiles.

Notre attention s’oriente vers les services en forte relation avec le tourisme, et dont a besoin le touriste, à l’instar du transport, les aéroports, les bureaux d’informations, la location des voitures, les restaurants touristiques, et autres…. Nous œuvrons en coopération avec un bureau européen spécialisé à admettre un label d’excellence spécial pour la Tunisie, et concerne toutes les activités touristiques.

 Quels sont les atouts du tourisme tunisien?

Le tourisme en Tunisie, dispose de plusieurs atouts, à savoir que le pays est ancré dans l’histoire, avec 3000 ans de civilisation. A octroyé son nom ancestral «Ifriqiya» à tout le continent africain. La Tunisie est au bord de la Méditerranée, proche de l’Europe. Avec un peuple tolérant et ouvert, très accueillant, qui s’adapte très vite avec les touristes, et sait comment bien les servir.

La Tunisie dispose aussi de très belles plages, avec 1300 km de littoral. Ainsi que des sites et monuments dispersés dans tout le pays du Nord au Sud. Nous avons lancé en coopération avec le ministère de la culture un programme de restauration des monuments et sites, ainsi qu’un entretien permanant au niveau de la restauration, l’éclairage et la mise en place de lieux de repos sur ces sites. Outre le tourisme culturel, la Tunisie s’est lancé depuis des années dans le tourisme thérapeutique, qui voit défiler des touristes, pas uniquement de l’Algérie, la Libye, et les pays africains, mais aussi de plusieurs pays européens. Actuellement, nous voulons mettre l’accent sur la qualité des touristes, et s’adresser aux personnes disposant d’un pouvoir d’achat élevé.

Et concernant les points faibles et les failles? Qu’avez-vous pour les dépasser ?

L’intérêt pour le tourisme en Tunisie a commencé dans les années soixante-dix du siècle dernier, avec la création des hôtels et des lieux de divertissement et le développement de l’artisanat. Au fil des années le secteur a acquis de l’expérience, connu un grand succès, et la Tunisie est devenue une destination populaire. Actuellement avec le développement du tourisme à travers le monde, il se fait obligatoire de s’adapter à cette nouvelle réalité, et de se concentrer par conséquence sur la qualité, ainsi que l’amélioration du potentiel dans le but d’attirer plus de touristes. L’attention actuelle, s’oriente plus vers le tourisme durable, le tourisme vert et l’utilisation des énergies renouvelables et la rénovation de nombreux hôtels, bâtiments et infrastructures, tout en respectant la spécificité de chaque région.

Nous pensons aussi promouvoir la gastronomie tunisienne, et la présenter aux touristes. Nous disposons à ce niveau d’une richesse et variété de plats tunisiens, qui plaisent aux touristes, mais qu’ils ne peuvent trouver dans les hôtels. Nous œuvrons en coopération avec les patrons des restaurants et des hôtels, à axer sur la présentation des plats tunisiens.

Que faut-il faire pour obtenir le meilleur, en termes de nombre de touristes et de revenus, afin que le tourisme tunisien reprenne ?

Il y a des marchés, qui sont redevenus normaux en termes du nombre de touristes qui visitent la Tunisie, mais il y a d’autres marchés en phase d’amélioration, à l’instar de l’Allemagne, la Grande Bretagne et la France, que nous espérons voir revenir à leurs niveaux d’avant 2011. Nous pensons que la chose va se faire en 2017, pour un résultat meilleur pour 2018. Il est impératif actuellement de se concentrer sur la promotion, ainsi que la poursuite de la restructuration. Mais aussi l’amélioration de la qualité, et l’implication des spécialistes du secteur en tout stade de la mise en œuvre des programmes de réforme et de développement.

 

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *