BETA MODE
L’actualité de la semaine en bref - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Cover Story

L’actualité de la semaine en bref

Par Maymana Azzam

Le président de la République a prononcé un discours devant d’une heure trente le Parlement réuni en Congrès à Versailles. Il a annoncé qu’il y reviendrait chaque année pour « rendre compte » de son action. Il a proposé une réduction d’un tiers du nombre de députés et sénateurs, dont une partie seront élus à la proportionnelle et une limitation du cumul des mandats dans le temps pour les parlementaires. Cette réforme des institutions devrait être prête d’ici un an. Emmanuel Macron a également confirmé la suppression de la Cour de Justice de la République (CJR) et la mise en place d’un avis conforme du CSM (Conseil supérieur de la magistrature) pour la nomination des magistrats du parquet. Sur la question du terrorisme, le chef de l’État a promis mesures renforcées. Il souhaite encore que le droit d’asile soit réformé en profondeur. Il envisage aussi de réformer le Conseil économique, social et environnemental (Cese). Emmanuel Macron, promesse de campagne oblige, a annoncé la tenue d’une conférence des territoires prochainement. Enfin, le président de la République a promis une lutte accrue contre l’impunité de quelques puissants, tout en appelant à la retenue et au respect de la présomption d’innocence.

À Paris, plusieurs centaines de personnes ont manifesté pour protester contre le projet de loi antiterroriste qui doit prendre le relai de l’état d’urgence.

Le projet de loi de prorogation de l’état d’urgence du 15 juillet au 1er novembre a été adopté. Cette sixième prolongation de ce régime d’exception, mis en place au soir des attentats du 13 novembre 2015, doit être la dernière.

Nouvelle polémique. Emmanuel Macron a parlé « des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien », lors de son discours d’inauguration de la Station F à Paris. Des propos qui passent mal.

Une dizaine de jeunes atteints d’autisme ont été reçus à l’Élysée par Emmanuel et Brigitte Macron pour une visite privée. Visite qui marque le lancement d’une concertation de six mois, préalable à l’annonce du 4e plan national.

Édouard Philippe a obtenu la confiance, après son discours de politique générale à l’Assemblée nationale, avec 370 voix pour, 67 contre et 129 abstentions. Le Premier ministre a décliné la feuille de route de l’exécutif. Il a notamment annoncé des mesures pour encadrer le droit d’asile, une loi quinquennale de programmation des moyens de la justice en 2018, la construction de 15.000 places de prison, le paquet de cigarettes à 10 euros, l’accès généralisé au très haut débit d’ici à 2022, la suppression du régime social des indépendants (RSI), le report de la réforme de l’ISF…

Lors de la présentation de son « plan climat », Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, a confirmé que la France allait cesser de délivrer des permis d’exploration d’hydrocarbures sur son territoire, en métropole comme en outre-Mer. Cela concernera le pétrole, le gaz naturel, le charbon et le gaz de schiste. Un projet de loi, modifiant le Code minier, sera déposé « dès la fin de l’été, et au début de l’automne » au plus tard. Si elle passe, en 2040, la France n’extraira plus aucune énergie fossile de son sous-sol.

Afin de lutter contre le « micro-absentéisme qui désorganise les services, alourdit la charge de travail des collègues en poste et coûte environ 170 millions d’euros par an « , le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé le rétablissement du jour de carence dans la fonction publique. Cette mesure avait été décidée par Nicolas Sarkozy, avant d’être abrogée par François Hollande. Elle figurera dans le projet de loi de finances pour 2018.

Macron a annoncé, qu’en accord avec sa famille, Simone Veil entrerait bien au Panthéon.

Trente ans après la condamnation du « Boucher de Lyon », les archives du procès de Klaus Barbie sont désormais ouvertes. Le chef de la Gestapo de la région lyonnaise avait été reconnu coupable de dix-sept crimes contre l’humanité par la cour d’assises du Rhône lors de son procès en 1987.

Le week-end dernier, Benoît Hamon a annoncé qu’il abandonnait le PS, lors du premier meeting de son mouvement. Il a déclaré : « J’ai passé trente et longues et belles années au Parti socialiste. J’ai aimé ce parti, je l’ai aimé passionnément. Aujourd’hui, je quitte le parti mais je ne quitte pas le socialisme et les socialistes ». Il a affirmé qu’il était temps de « tourner la page » et a donné rendez-vous à ses soutiens à l’automne.

Selon les révélations du Canard enchaîné, Nicolas Hulot aurait perçu 290.000 euros de salaire en 2013 grâce aux produits Ushuaïa. De plus, l’hebdomadaire assure que la fondation du nouveau ministre de la Transition écologique aurait perçu jusqu’en 2012 460.000 euros de chèques versés par EDF. Ce qui pourrait être considéré comme des conflit d’intérêts, alors que Nicolas Hulot doit bientôt prendre position sur l’EPR de Flamanville qui appartient… à EDF.

Rebondissement dans l’enquête sur la soirée organisée pour Emmanuel Macron à Las Vegas. Des e-mails internes à Business France sont entre les mains de la justice. Selon ces messages, Muriel Pénicaud, aujourd’hui ministre du Travail (mais qui était directrice de Business France à ce moment-là), aurait eu connaissance de certains problèmes budgétaires. L’évènement avait coûté 289.000 euros, versés à Havas, et 45.000 euros de frais d’hôtel. Une enquête judiciaire avait été ouverte en mars par le parquet de Paris pour favoritisme.

Marine Le Pen a été mise en examen dans l’affaire des assistants parlementaires européens pour abus de confiance et complicité d’abus de confiance.

Dans l’affaire Fillon, les enfants, Charles et Marie Fillon, n’ont pas été mis en examen. Ils ont été placés sous le statut de témoin assisté.

Quatre syndicalistes de l’usine Ford à Blanquefort, dont Philippe Poutou, l’ex-candidat à la présidentielle, ont été condamnés à des amendes pour dégradations au Salon de l’automobile à Paris en 2012.

Le week-end dernier, un homme de 23 ans qui menaçait de tuer Emmanuel Macron lors du défilé du 14 Juillet et de s’en prendre à diverses minorités, a été interpelé à Vitrolles, mis en examen pour entreprise individuelle terroriste et écroué. Sans emploi, psychologiquement instable et proche de l’idéologie d’extrême droite, le suspect aurait tenté d’acquérir une kalachnikov. Trois couteaux de cuisine ont été retrouvés dans son véhicule, et l’analyse de son ordinateur a révélé qu’il avait effectué des recherches sur Internet concernant des cibles potentielles. Il avait déjà été condamné en 2016 pour apologie du terrorisme à trois ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis.

À Avignon, un commando de quatre hommes cagoulés a ouvert le feu devant une mosquée, faisant huit blessés légers. Les enquêteurs ont écarté la piste terroriste, privilégiant la thèse du règlement de comptes.

À Toulouse, une fusillade a fait un mort et six blessés, dont deux graves, place Abbal, dans le quartier de la Reynerie. Les enquêteurs privilégient l’hypothèse du règlement de compte.

À Calais, dans une zone industrielle, une rixe opposant une centaine de migrants a fait seize blessés, dont un grave.

Près d’un an après l’attentat de Nice, qui avait coûté la vie à 86 personnes, le corps du terroriste Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a été rapatrié en Tunisie.

Soupçonnés d’avoir aidé Amedy Coulibaly à s’armer pour commettre l’attaque contre l’Hyper Cacher, en janvier 2015 à Paris, deux femmes et un homme ont été interpelés et placés en garde à vue, à Roubaix et en région parisienne.

Après l’attentat raté sur les Champs-Élysées, le ministre de l’Intérieur avait promis une « nouvelle évaluation ». « Une centaine » de personnes susceptibles de détenir légalement une arme tout en étant inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (fichés S) ont été recensées par les services de l’État.

Le diocèse de Saint-Étienne a révélé les abus présumés d’un prêtre de 84 ans dans les années 80 à l’encontre de trois mineurs. Si les faits sont aujourd’hui prescrits, le prêtre avait été relevé de son ministère. Lors d’une conférence de presse, Mgr Sylvain Bataille a déclaré : « Le prêtre en question, que j’ai rencontré à trois reprises, reconnaît et regrette profondément ses gestes qui ont été dénoncés au fil du temps ». Les victimes présumées se sont rencontrées sur une plateforme en ligne de mise en contact de victimes d’abus sexuels.

Les résultats de la contre-expertise demandée par la famille d’Adama Traoré sont tombés. Et ils contredisent les affirmations données par le magistrat lors de la mort du jeune homme, décédé lors d’une interpellation par les gendarmes, le 19 juillet, à Beaumont-sur-Oise. Le nouveau rapport note qu’ »aucun signe ne permet d’évoquer un état infectieux antérieur » et entérine la mort par asphyxie. Lors de son arrestation, Adama Traoré avait été maintenu au sol sous le poids des corps de trois gendarmes. Ces derniers devraient être à nouveau entendus.

Dans l’affaire Grégory, Murielle Bolle, qui a été mise en examen et écrouée la semaine dernière, a entamé une grève de la faim pour protester contre sa détention.

Depuis le week-end dernier, le trajet Paris/Bordeaux s’effectue en seulement 2h04. Et il ne faut plus qu’1h25 pour relier la capitale à Rennes. Les deux Lignes à grande vitesse (LGV) ont été inaugurées en grande pompe, avec plusieurs personnalités à bord, dont le chef de l’Etat Emmanuel Macron.

En Iran, le groupe pétrolier français Total, à la tête d’un consortium international, a signé à Téhéran un accord de 4,8 milliards de dollars pour développer un important champ gazier. Un contrat historique qui fait de Total, la première compagnie occidentale du secteur à revenir dans le pays.

Le groupe américain General Electric, qui a racheté en 2015 la branche énergie d’Alstom, va réduire ses effectifs en supprimant environ 345 emplois dans une filiale à Grenoble.

Dans le dossier GM&S, la situation ne s’arrange pas. 150 salariés bloquent l’accès au site de PSA de Sept-Fons pour protester contre les perspectives de suppression de postes.

Le Groupement des Mousquetaires, qui possède déjà Bricomarché, va reprendre les magasins Bricorama, devenant ainsi le numéro trois du marché du bricolage.

Le ministère de l’Éducation nationale a publié les chiffres provisoires de réussite au baccalauréat, avant les épreuves de rattrapages : 78,6 %. Des résultats en baisse par rapport à 2016 (- 1 point). 53.300 candidats ont été recalés. 96.500 vont devoir passer par les épreuves de rattrapage.

L’Établissement Français du Sang tire la sonnette d’alarme : les stocks sanguins sont insuffisants pour assurer les besoins des malades au cours des prochaines semaines. Il lance donc un appel au don. La campagne doit s’étendre jusqu’au 12 juillet prochain et a pour objectif d’atteindre les 100.000 poches de sang rapidement. Pour savoir si vous pouvez donner votre sang, rendez-vous sur le site officiel de l’Établissement Français du Sang.

La cour d’appel de Paris a annulé une partie de l’enquête visant Jean-Marc Morandini, mis en examen pour corruption de mineurs, pour un vice de forme concernant la perquisition.

En Libye, le quartier Souk al-Hout, dans le centre-ville, est tombé aux mains de l’autoproclamée Armée nationale libyenne. Le maréchal Khalifa Haftar a annoncé que la deuxième ville du pays était nettoyée des groupes terroristes. Une victoire attendue depuis plusieurs jours. La bataille n’a pas été simple. Les hommes de Khalifa Haftar ont perdu près de 100 combattants en 40 jours. Des dizaines de milliers d’habitants ont fui la ville. Et une grande partie des bâtiments a été rasée.

En Irak, huit mois après le lancement de l’offensive pour reprendre la ville de Mossoul des mains du groupe État islamique, l’assaut final se fait attendre. Les forces irakiennes ont du mal à avancer dans la vieille ville face à la multiplication des attentats suicide menés par les djihadistes. Jusqu’à 20.000 civils sont encore pris au piège. Le premier ministre irakien, Haïder Al-Abadi, est venu saluer, dimanche 9 juillet, la victoire contre les djihadistes qui contrôlaient la ville depuis trois ans.

Un attentat suicide à la voiture piégée a fait au moins sept morts et 13 blessés dimanche sur la place Tahrir, dans le centre de Damas, rapporte la police syrienne.

Le kamikaze s’est fait exploser après avoir été encerclé par les forces de sécurité. Deux autres voitures piégées ont été détruites par les autorités dans l’ouest de la capitale.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), organisme basé à Londres qui rend compte de la guerre en Syrie grâce à un réseau d’informateurs sur le terrain, fait état pour sa part d’un bilan de 21 morts.

Selon la télévision d’Etat syrienne, les services de sécurité ont empêché « les terroristes d’atteindre leurs objectifs », des quartiers animés en ce jour de reprise du travail après la fête de l’Aïd el Fitr, qui marque la fin du mois de jeûne de ramadan.

Damas a été le théâtre de plusieurs attentats suicides très meurtriers au mois de mars, revendiqués pour les uns par le groupe Etat islamique pour d’autres par l’alliance rebelle islamiste Tahrir al Cham, formée par l’ex-Front al Nosra.

Mais globalement, depuis le début de la guerre en Syrie en mars 2011 qui a fait plus de 320.000 morts, la capitale a été relativement épargnée par les attentats et les combats.

Les forces du président Bachar al Assad ont repris ces derniers mois plusieurs quartiers et villes de la région de Damas à la suite de sièges et de bombardements intensifs qui ont contraint les insurgés à accepter des accords d’évacuation.

Des combats se déroulent à l’heure actuelle dans deux secteurs périphériques à l’est de la capitale syrienne, Djobar et Aïn Tarma.

Bavure au Niger. L’armée a tué par erreur 14 paysans dans le sud-est du pays, les prenant pour des jihadistes de Boko Haram.

En RDC, après un mois de procès, huit militaires congolais ont été condamnés à de lourdes peines, allant de 12 mois à vingt ans de prison, dans l’affaire d’une vidéo montrant un présumé massacre de civils par des soldats au Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo.

L’armée a annoncé que le groupe islamiste philippin Abou Sayyaf avait décapité deux marins vietnamiens qu’il détenait en otage depuis huit mois. Leurs dépouilles ont été découvertes sur l’île de Basilan. L’armée philippine, malgré l’appui des forces américaines, n’arrive pas à mater ce soulèvement qui a fait plus de 460 morts et 400.000 déplacés.

Dans le dossier de la crise du Golfe, l’Arabie saoudite et ses alliés avaient donné jusqu’à mercredi au Qatar pour se conformer à treize conditions. Doha leur a opposé une fin de non-recevoir. Les sanctions ont donc été maintenues. Le Qatar peut toutefois compter sur le soutien de la Turquie. Recep Tayyip Erdogan a estimé que les treize requêtes adressées n’étaient « en aucun cas acceptables ».

Depuis l’affaire CNN et la démission de trois journalistes de la chaîne après le retrait d’un article affirmant que le Congrès américain enquêtait sur les liens entre des membres de l’équipe Trump et un fonds d’investissement russe, le président américain s’acharne contre la chaîne. Le week-end dernier, Donald Trump a publié sur Twitter une vidéo où on le voit frapper un homme affublé du logo de CNN. La chaîne a répondu : « Triste jour que celui où un président des États-Unis d’Amérique encouragea la violence envers les journalistes. (…) Nous continuerons à faire notre travail. Il devrait commencer à faire le sien ». Les propos de Donald Trump ont provoqué un tollé au sein même du parti républicain.

Selon Vox, sur 165 jours de mandat, le président américain a passé 35 jours dans les golfs qu’il possède aux États-Unis, en Floride, dans le New Jersey et à Washington. Il avait pourtant affirmé, durant la campagne présidentielle, qu’il n’aurait « pas le temps d’aller golfer en permanence » s’il était élu à la Maison-Blanche.

Aux États-Unis, une fusillade dans une boîte de nuit de l’Arkansas a fait 28 blessés. Une dispute serait à l’origine du drame.

Toujours aux États-Unis, une autre fusillade a eu lieu dans un hôpital de New York où un ancien médecin a ouvert le feu sur ses collègues. Un médecin a été tué et six personnes gravement blessées. Le suspect a ensuite retourné son arme contre lui-même.

Aux États-Unis, un chauffeur de taxi a renversé des piétons à l’aéroport de Boston, après avoir perdu le contrôle de sa voiture. L’accident a fait dix blessés.

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *