BETA MODE
G20 : Pas très clair dedans.. Du lacrymogène dehors - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Economie

G20 : Pas très clair dedans.. Du lacrymogène dehors

Angela Merkel, Donald Trump et Emmanuel Macron au sommet du G20 (Getty)
Angela Merkel, Donald Trump et Emmanuel Macron au sommet du G20 (Getty)
Angela Merkel, Donald Trump et Emmanuel Macron au sommet du G20 (Getty)

Par Nasreddine Ben Hadid

Des G8, G20 et autres sommets analogues, personne ne s’attend à des accords politiques contraignants, tout au plus des «engagements» verbaux, qui visent tout au plus, à confectionner une image politique plaisante, ou faire passer un message à tel pays et/ou son dirigeant. De ce fait, l’ambiance apparente devant les médias et les «fuites» voulues et orchestrées, constituent la matière essentielle, que doivent véhiculer médias.

Il faut rappeler que le premier G 20 s’est tenu la première fois en 2008, en réponse à la crise financière, et rassemble de ce jours, aussi bien les pays industrialisés membres déjà du G8, que 12 pays émergents, dans le but de dialoguer autour des grands sujets mondiaux, politiques, sécuritaires mais aussi économiques:

Le G20, qui vient de se tenir en Allemagne, à Hambourg, du 7 au 8 juillet 2017, était attendu pour plus d’un titre. En premier, la première rencontre entre les présidents américain Donald Trump et russe Vladimir Poutine, mais aussi la première sortie de cette taille, du président français Emmanuel Macron. Sans oublier la possibilité pour Angela Merkel de perdre les prochaines élections législatives de son pays, et de ce fait, vivre sa dernière sortie internationale.

Les moindres détails de la première rencontre entre Trump et Poutine, valait bien le détour pour la majorité des journalistes, aussi bien pour scruter l’ambiance générale que le comportement de chacun des présidents.

Trump en soi, était attendu, et surtout sa manière de se comporter face aux autres dirigeants de ce monde. Il ne s’est fait pas attendre, essentiellement, en annonçant très haut et tellement fort, la sortie de son pays de l’accord de Paris sur l’environnement. A l’inverse d’Emmanuel Macron qui a exprimé son vouloir de «nouvelles actions», et même annonce un nouveau sommet pour le 12 décembre prochain.

Comme a été le cas toujours, les sommets de ce genre, constituent l’occasion propice, pour des rencontres duales, entre les dirigeants présents. La rencontre entre Poutine et Trump, était certes la plus attendu et surtout la plus médiatique, mais d’autres rencontres ont constitué des occasions d’échanges très importants. En premier entre les deux présidents, américain Donald Trump et chinois Xi Jinping, pour débattre essentiellement et surtout de la crise avec la Corée du Nord.

Manifestation anti G20 a Hamburg (Getty)
Manifestation anti G20 a Hamburg (Getty)

Face au sommet du G 20 entre les dirigeants présents, étaient présents dans les rues de Hambourg des dizaines de milliers de manifestants. Tous étaient contre ce «sommet» mais ne partaient pas de la même référence idéologique. Les extrémistes, à la fois refusaient le «système» en soi, et recouraient à la violence extrême, tandis que d’autres, tout en contestant les décisions de ce genre de sommets, sont plutôt pour la manifestation pacifique.

Des dizaines de magasins pillés, et autant de voitures calcinées. Avec des dizaines de blessés des deux bords, mais surtout des centaines d’arrestations. Tel était le bilan de la contestation.

Personne ne s’attendait à des décisions fracassantes ou des prises de positions tranchantes. Tout au plus, des annonces d’intentions, mais surtout l’instauration d’une nouvelle «ambiance» mondiale, qui pourrait arrondir les angles et réduire les clivages, tant la liste des sujets brûlants, est longue.

De la violence terrorise qui a frappé plusieurs pays, au protectionnisme américain, sans oublier le retrait américain de l’accord de Paris sur l’environnement, la liste et longue, et les enjeux sont de taille. Surtout avec l’obstination des uns et des autres, sur un fond de tension permanente, et une opposition claire des intérêts. Sans oublier le refus grandissant de ce genre de manifestions ou plutôt ce genre de politiques.

Evoquer le G 20, revient à parler de 20 pays présents, représentés par 20 dirigeants. Mais il ne faut pas se leurrer, car il y a bien, comme a été toujours le cas, des pays forts et pesants, en face de pays qui (presque) ne sont sur place que pour faire de la figuration, et même affichent une joie éclatante pour la simple participation à ce genre de manifestations.

Les plus pessimistes et récalcitrants, se demandent à quoi peuvent servir ces sommets, mais d’autres se demandent plutôt : Que serait le monde sans ces sommets. Certes, personne ne peut espérer voir une «baguette magique» convertir le monde en paradis sur terre, mais personne aussi, et surtout n’espère ou n’imagine le monde courir vers la catastrophe….

 

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *