BETA MODE
Pascale Machaalani : je suis très heureuse pour la réussite de mon nouvel album... - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Culture

Pascale Machaalani : je suis très heureuse pour la réussite de mon nouvel album…

Par Nour Houda Bahlaq

De retour à l’art, après une absence de deux ans, pour prouver à son public qu’elle ne va pas s’éclipser de nouveau.

Être une star est devenue chose accessible, mais faire perdurer la chose, est la question. Pascale Machaalani, malgré son éloignement de la scène artistique pour une longue période d’éclipse, afin de s’occuper son unique fils Elie, et malgré son éloignement des galas, et la rareté de ses apparences médiatiques, elle a pu sauvegarder son nom, et ce malgré un nombre élevé d’artistes sur la scène.

De retour, après deux ans du lancement de son dernier album, à savoir «Hobbi mouch Haky», Pascale Machaalani est de retour avec un nouvel album, comportant 9 œuvres musicales, variant entre les styles classiques, libanais, égyptiens et populaires. Elle a coopéré avec les plus importants paroliers et compositeurs du Monde Arabe, dont son mari, le musicien Malham Abou Chedid, qui a mis en musique la plus part des chansons de l’album, ainsi que la chanson «Alallah taeud» du célèbre artiste disparu Wadie Alsafy, avec une partition nouvelle.

L’album est produit par Pascale Machaalani, qui a opté pour la diversification, au niveau des accents et des genres musicaux, dans le but de se garantir un retour réussi et qui ne passerait pas inaperçu, de façon à compenser ses multiples éclipse. Chose qui a rendu son public en manque de sa voix et en attente de ses chansons.

Les neuf chansons sont : «hibi moush haky», «saab alaya», «sabaa rijala», «ma bitafruq maeya», «ma kunaa irtahana», «bay bay», «rah maout la shawfka», «malu habibi», ainsi que la chanson du défunt Wadie Alsafy «Alallah taeud», avec une partition nouvelle.

Pascale Machaalani dévoile pour «Majallah» le secret de ses éclipses répétées. Et évoque son dernier album :

Tout d’abord, parlez-nous de votre nouvel album.

Tout d’abord, je suis très heureuse pour la réussite fulgurante de mon album en un temps si court. Un album, ou j’ai essayé de diversifier les sujets et éviter de la sorte la répétition. Et qu’aucune chanson ne ressemble à une autre, au niveau du sujet, de la composition ou de la partition. Ceci a nécessité un effort consistant. Celui qui écoute l’album comprend la chose, ou plutôt celui comprend en l’art, décele l’effort fourni à cet effet. La diversification est une chose importante afin de satisfaire tout le monde. A cet effet, j’ai retiré 5 chansons qui devaient paraitre dans l’album, afin d’éviter la monotonie et faire que l’auditeur jouisse en écoutant. Je me sens actuellement en perdition devant le grand nombre de chansons qu’on me propose.

Est-ce que vous vous préparez au tournage d’une autre chanson de l’album, après le tournage de  «hibi moush haky» ?

Naturellement, je vais tourner cette chanson après un mois, pour laisser au premier clip faire son parcourt, et aussi pour constater quelle chanson le public va préférer.

Pourquoi avoir choisi un réalisateur turc pour tourner ce clip ?

Sa manière de réaliser m’a plu. Je me suis mise en contact avec lui, on s’est mis d’accord, et on a tourné mon premier clip «hibi moush haky», et nous tournerons un nouveau clip prochainement.

Pourquoi une éclipse si longue. Est-ce pour laisser le public en questionnement continu ?

(rire)… C’est vrai, mais cette fois, je suis de retour vraiment pour ne plus m’éclipser. Au début, j’avais mes raisons, que je n’ai plus. Il est vrai que mon éclipse a duré deux ans. Mais réellement, la réalisation de l’album a duré ans de travail et de fatigue. Mais grâce à Dieu, une réussite fulgurante en un temps si court.

Quel calendrier avez-vous pour l’été 2017 ?

Je suis de retour aux festivals, avec une liste de galas. Au Maroc et Charm Cheikh en mois d’aout. Des festivals au Liban au mois d’octobre. Sans oublier des apparitions dans des chaines de télévisions, terrestres et satellitaires. Il va de soi que je vais choisir les meilleures opportunités.

Que pensez-vous de la participation de stars de la chanson, au jury d’émissions pour amateurs ? Avez-vous reçu d’offres dans ce sens ?

Je n’ai pas reçu d’offres, mais l’idée me plait bien, car elle rapproche le public de sa star préférée, et présente ce côté réellement spontané de sa personnalité. L’idée est extraordinaire.

Dans quelle émission, seriez-vous tentée de participer si l’occasion se présente ?

Je choisirai «The Voice» naturellement. Il est extraordinaire d’écouter une voix sans voir la personne. De cette manière, la concentration se fera la voix et la sensibilité. Ensuite, il y a une forme de défi, qui encourage et donn

 

e du goût pour le public et les téléspectateurs. En cas de retour du temps en arrière, je choisirai «Studio de l’Art» naturellement, qui avait en son temps son prestige.

Que pensez-vous du nombre élevé des chanteurs ces derniers temps, surtout que le niveau est bas ?

 

Ceci est vrai, je ne sais pas si vous avez remarqué, j’ai dit récemment que ce phénomène est en récession, car les grandes stars produisent leurs propres albums, à l’instar de Melhum Zein et autres. Et que ces vois nulles vont disparaitre devant les belles voix. En cette période, les sociétés de production se font rares, et l’artiste est obligé d’assumer la production de son propre album.

La maternité prend trop de temps de l’artiste ?

La maternité prend une grande dimension chez moi. J’ai actuellement un seul enfant. Si j’en avais deux, j’aurai certainement quitté l’art. J’ai révoqué des galas pour cause de maternité, et ceci ne devrait pas se faire. De nature, je suis casanière et j’aime la famille, même si je dois m’absenter de la scène artistique. Mais je dispose d’une grande culture artistique, et j’ai accompli beaucoup de réussite. Sans ma mère à mes côtés, je n’aurai nullement pu concrétiser un nouvel album ou continuer mon travail. Même en cas d’absence, je reviens avec encore plus de force. Je suis une personne simple et je ne veux priver mon fils de ma présence, car la vie est courte. En conclusion, à tout artiste, ses conditions, et l’artiste est humain avant tout. J’ai donné 20 ans de ma vie à l’art, et il est de mon droit de me reposer quelques années.

Que pensez-vous des prix et leur nombre élevé ?

Le grand nombre de prix, réduit la qualité. Contrairement à avant… l’artiste se faisait distinguer réellement. Actuellement la chose est devenue une mode pour certains. Il y a certainement ceux qui méritent actuellement des distinctions pour leurs œuvres, mais pas autant qu’avant. On m’a proposé des prix qui ne me disaient rien.

 

Quelle relation avez-vous avec les forums sociaux ?

Je suis heureuse avec ces sites, car me ils me rapprochent de mon public, tout en me gardant certaines spécificités. Je suis tout ce qui concerne mon art et mes œuvres, et je constate le degré de présence de mon public.

Songez-vous à être actrice ?

J’aime bien les rôles de comédie et romantiques, je pense pouvoir accomplir des rôles de comédies. J’attends des offres de ce genre, et je pense pouvoir accomplir une grande réussite.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *