BETA MODE
Hajj 2017 : L’Arabie Saoudite veille au bon déroulement du pèlerinage - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Cover Story

Hajj 2017 : L’Arabie Saoudite veille au bon déroulement du pèlerinage

Par Chokri Ben Nessir

Chaque année le Royaume d’Arabie saoudite déploie tous les efforts pour préparer à bien l’accueil des hôtes du Tout Clément et assurer les bonnes conditions du déroulement du pèlerinage (Hajj).  Du point de vue de l’organisation, cela représente un énorme défi, comportant aussi la prestation des soins de santé.

Le  Royaume d’Arabie saoudite a accumulé des siècles d’expérience pour accueillir des vagues de pèlerins en provenance du monde entier. Les préparatifs de chaque Hadj commencent dès la fin de la saison précédente du pèlerinage pour en tirer tous les enseignements. Son Altesse Royale le Prince Khalid Al Faisal,  conseiller du Serviteur des Deux Saintes Mosquées, gouverneur de la région de la Mecque et Président du Comité central du Hajj a annoncé que le nombre des pèlerins attendus pour le pèlerinage de cette année 2017 (1438H) est d’environ 2.038.000 pèlerins, soit en hausse de 11% par rapport à l’année dernière. Il a déclaré que l’Arabie saoudite est fin prête à accueillir les pèlerins de toutes les parties du monde, mettant à leur disposition toutes ses potentialités, sans distinction ni discrimination.
Son Altesse a indiqué par ailleurs que l’Autorité de développement de la région de la Mecque a mis en œuvre 14 nouveaux projets de développement dans les Lieux Saints d’une valeur de 300 millions de riyals. Ces projets ont été exécutés en un laps de temps très raisonnable et sont entrés en service durant le pèlerinage de cette année.
Il a indiqué que le coût de l’exécution de ces projets a dépassé les 300 millions de riyals, et que tous ont été réalisés dans les lieux saints, notamment en vue de faciliter la circulation des pèlerins et assurer leur confort dans les lieux de pèlerinage. Il a également fait savoir que le Comité de logement a émis 3902 permis de construction de logements adéquats dans les saints Lieux pouvant abriter environ 1.745.614 pèlerins, et que 45 bâtiments appartenant aux services gouvernementaux dans les lieux saints ont été évacués pour les utiliser au profit direct de pèlerins et ce en vue de réunir toutes les conditions de confort et de sécurité aux pèlerins.

Des projets au bénéfice des pèlerins

Pour sa part, le vice-gouverneur de la région de la Mecque a précisé que ces projets finalisés se présentent comme suit: fixation de vaporisateurs d’eau pour rafraîchir la zone des Jamarats, installation de toits métalliques pour couvrir les zones d’accès au train des Jamarats à Mina et Azizia, construction d’un pont pour piétons à proximité de l’hôpital de Mina, aménagement des voies de transport par autobus pour les pèlerins de l’Iran et des pays non arabes d’Afrique à Mouzdalifah, construction d’un pont séparant le trafic des piétons du mouvement des autobus à Mouzdalifa en faveur des pèlerins de Turquie, aménagement de la zone d’habitation des pèlerins turcs à Mina, projet visant à faciliter l’entrée et la sortie des bus pour les pèlerins de l’Afrique sur les terrasses supérieures d’Arafat, mise en place d’un escalier pour piéton en béton sur le côté nord de la montagne d’Arrahma à Arafat jusqu’aux cours environnantes et projet de séparation du trafic piéton sur le mont d’Arrahma des camps de pèlerins situés dans la zone.

Soucieuses  de la protection de l’environnement, les autorités locales ont mis en service une usine de recyclage des déchets des abattoirs d’une capacité de traitement de 9 mille tonnes des résidus d’animaux sacrificiels pouvant être convertis en engrais organiques.

La veille sanitaire au point

Et comme le pèlerinage à la Mecque réunit chaque année entre deux et quatre millions de musulmans, dont près de deux millions d’étrangers et que cela augmente les risques de propagation de maladies telles que la dengue, la fièvre jaune, le virus Zika, la méningite et le choléra, le ministère saoudien de la santé a relevé que dans le cadre de ses préparatifs pour le Hajj de cette année, de nombreux centres de surveillance sanitaire aux postes frontaliers saoudiens aériens, maritimes et terrestres, ont été mis en place en vue de veiller et de surveiller les pèlerins venus au Hajj et d’inspecter leurs différents moyens de transport et les aliments importés au Royaume par les hôtes du Tout Clément et ce, pour prévenir les maladies infectieuses. Le ministère de la Santé a annoncé à cet effet que les autorités sanitaires procèderont à la vaccination des pèlerins contre la méningite, aux centres sanitaires à l’aéroport Prince Mohammad Bin Abdulaziz à Médine, au Port Islamique et à l’aéroport Roi Abdulaziz à Jeddah, et aux postes frontaliers terrestres de Arar, Batha, Pont Roi Fahd, Ruqui, Haditha, Salwa et Halat Ammar.
Pour sa part, le ministère des finances a construit un centre d’accueil supplémentaire pour les évacuer les sinistrés, en cas de catastrophe, d’une capacité d’accueil de plus de 6 mille personnes portant ainsi la capacité d’accueil en cas de sinistre à plus de 30000 places.

Ces centres offrent des services de santé aux pèlerins des Etats arabes, aux pèlerins des pays d’Afrique et aux pèlerins d’Asie du Sud. Ils sont équipés pour traiter les cas d’insolations, le stress, l’empoisonnement et les maladies infectieuses, et fournissent également des services thérapeutiques et d’urgence, en coordination avec les services du Croissant Rouge saoudien et du ministère de la santé.

 Un plan d’urgence 
Par ailleurs, Son Altesse Royale le Prince Abdulaziz bin Saoud bin Nayef, ministre de l’Intérieur et président du Conseil de la défense civile, a adopté le plan général d’urgence pour le pèlerinage de cette année.
Le directeur général de la défense civile le général Suleiman bin Abdullah Al-Amr a indiqué que cette approbation traduit les efforts déployés par le gouvernement du Serviteur des Deux Saintes Mosquées pour fournir tout ce qui assure la sécurité des pèlerins et leur permet d’effectuer leurs rites en toute aisance à la Mecque, dans les Lieux saints et à Médine.
Le général Al-Amr a précisé que 32 organes publics sont impliqués dans la mise en œuvre du plan qui nécessite la participation de volontaires chargés d’accomplir certaines tâches qui leur sont assignées pour aider les autorités concernées à sécuriser les pèlerins, leur permettre d’accomplir les rituels en toute facilité et les guider dans les différents lieux de pèlerinage.

Dans le même ordre d’idées, le commandement général de l’aviation de sûreté au hajj a donné le coup d’envoi de ses services pour le hajj de cette année à La Mecque et à Médine pour servir les hôtes du tout Clément et soutenir les différents secteurs publics et privés sur terrain.
Les missions ont débuté dans les Lieux Saints (Mina, Muzdalifah et Arafat), par des vols d’exploration des sites et des essais d’atterrissage dans les différents lieux pouvant servir de points d’atterrissage et de décollage sur les toits des hôpitaux, les tours d’habitation, les routes et les zones de concentrations des pèlerins.
Puis les vols se renforcent à mesure que les rites du hajj se concentrent lors des différentes journées de pèlerinage.
Selon le commandant de l’aviation du Hajj, le général pilote Mohamed Al Harbi, l’escadron alloué au Hajj comporte 16 avions multitâches (S92) et Black Hawk (S70I) utilisés sur la base aérienne de sécurité à La Mecque, les points saisonniers dans les Lieux saints et la base aérienne de Médine.

Les jeunes volontaires s’activent

Par ailleurs, pour la 13e année consécutive, le «programme des jeunes mecquois au service du Hajj» a été lancé  ses activités saisonnières avec la participation de 500 jeunes de la sainte ville de La Mecque au service du pèlerinage de cette année. Le projet qui entre dans le cadre de la vision du royaume 2030 offre huit principales activités de volontariat en faveur des hôtes du Tout Clément et notamment les personnes âgées, les infirmes et les handicapés parmi eux. Les services rendus sont entièrement gratuits. Les jeunes saoudiens travaillent dans ce projet par alternance 24 heures sur 24 heures en coordination avec la présidence générale pour les affaires de la Sainte Mosquée Al Haram à la Mecque et la Mosquée Nabawi à Médine et les autres organes publics.
Les volontaires mecquois rendent aux pèlerins toutes sortes de services leur facilitant l’accomplissement de leurs rites dans le recueillement et la méditation.
Le directeur du projet Saoud Al-Rehaily a indiqué que les activités bénévoles de la jeunesse mecquoise menées depuis 13 ans ont bénéficié au cours des dernières années à plus de 9 millions de pèlerins et de visiteurs, avec la participation de plus de 30 mille jeunes saoudiens de la sainte ville.

Il est à noter dans le même cadre le déploiement de 7000 volontaires dans les aéroports et autres points d’accès au royaume et qui ont pour mission d’informer et d’assister les pèlerins.

La traque aux fraudeurs

Afin d’assurer l’accès aux rites dans des conditions légales et en conformité avec les normes établis au Royaume, le Haut comité du transport des pèlerins, qui s’attend à transporter deux millions de pèlerins au cours de la saison du pèlerinage de cette année avec toutes sortes de moyens de transport tels les bus, les minibus et les trains, a confisqué 20 mille véhicules utilisés pour le transport clandestin des pèlerins et au retrait des permis de 1899 chauffeurs employés illégalement dans le transport des pèlerins non règlementaires.

Dans le même sillage, les autorités compétentes ont mis fin à l’activité illégale de 64 faux bureaux de pèlerinage, et procédés à la sanction de 235.154 contrevenants aux règlements du Hajj. De plus 655 personnes enfreignant les règlements dans les Lieux saints ont été interpellées.

Il a indiqué par ailleurs que personne ne serait pas autorisé à enfreindre les règlements du Hajj, affirmant qu’il n’y a pas de conditions particulières pour les pèlerins iraniens, car la loi prévaut pour tous, de même que l’Etat saoudien accueille tous les pèlerins et leur offre tous des services sans discrimination.

La Saudi à plein régime

Pour le transport aérien, la Compagnie aérienne saoudienne Saudia, qui poursuit la mise en œuvre de son plan opérationnel pour le Hajj de cette année,  table sur le transport des pèlerins venant des quatre coins du monde au Royaume d’Arabie Saoudite via l’aéroport international Roi Abdulaziz à Jeddah et l’aéroport Prince Mohammed bin Abdulaziz à Médine.

A cet effet, le Directeur général de la Saudi Arabian Airlines, l’ingénieur Saleh Bin Nasser Al-Jasser a indiqué que la compagnie Saudi et ses filiales et unités privatisées exploitent leur potentiel humain et matériel pour servir les pèlerins et assurer le succès du plan opérationnel du pèlerinage de cette année visant à fournir tous les services aux hôtes du tout Clément en vue de leur permettre d’accomplir leurs rituels avec aisance et tranquillité.
Il a ajouté que le plan opérationnel de cette année cible le transport d’un million de pèlerins lors des deux phases d’arrivée et de départ, avec une augmentation de 40% par rapport à la saison du pèlerinage de l’an dernier, la Saudia se servant pour cela de sa flotte principale se composant de 138 avions modernes et de 20 avions supplémentaires pour assurer des vols intérieurs et internationaux à plus de 100 destinations.

Dans le même sillage, Son Altesse Royale le Prince Abdullah bin Bandar bin Abdulaziz, vice-gouverneur de la région de la Mecque a inspecté le train des Lieux Saints devant transporter 350 mille passagers au cours des journées du Hajj. Son Altesse est monté à bord du train chargé de transporter 350 mille pèlerins à travers 1000 voyages durant 7 jours. Le train des Machaars passe par 9 stations à Arafat, Muzdalifah et Mina. Chaque train est composé de 12 voitures climatisées d’une capacité de 250 passagers, en plus de deux voitures à l’avant et l’arrière.

Le top 10 des pays au plus grand nombre de pèlerins

Il à signaler que parmi les dix premiers pourvoyeurs des plus grands contingents de pèlerins, quatre pays d’Asie du Sud-Est truste chaque année les premières places des pays émetteurs de pèlerins au Hajj. Il s’agit de l’Indonésie (221.000 pèlerins) , du Pakistan (179.000 pèlerins),  du Bengladesh (127.000 pèlerins), de l’Inde (123.000 pèlerins). L’Afrique n’est néanmoins pas en reste avec le Nigéria qui envoi 95.000 pèlerins.

Pour les pays arabes il y a lieu de signaler l’Egypte (87.000 pèlerins) suivie de l’Algérie avec 36.000 pèlerins, du  Maroc (32.000 pèlerins) et du Soudan (32.000 pèlerins). Pour sa part, l’Iran enverra cette année 86.500 pèlerins tandis que le quota de la Turquie s’élèvera à 80.000 pèlerins cette année.

Trajets hors du commun

Mais la quête du pèlerinage n’est plus l’apanage des fidèles nantis et à même de débourser une somme importante pour effectuer ces rites. En effet, longtemps, ce pèlerinage fut accessible à un nombre très limité de personnes tant le périple pour traverser les déserts et montagnes jusqu’à la cité sainte était difficile. Il s’agissait bien souvent du voyage d’une vie et les pèlerins n’étaient pas sûrs de revenir sains et saufs chez eux. Les temps ont changé mais, chaque année, des aventuriers de l’extrême tentent le challenge à pied ou encore à vélo pour des raisons tout à fait différentes. Ce qui était auparavant une norme est devenue hors du commun tant l’écrasante majorité des pèlerins partent à La Mecque en avion, en bateau et en bus.

Mais voilà que depuis des années, aller à pied ou à vélo à La Mecque est devenu une aventure hors du commun. Cette année, Focus sur sept cas récents de pèlerins qui ont choisi de se rendre à La Mecque pour accomplir le Hajj à la force de leurs mollets et surtout d’un mental d’acier. En 2007,  un Tchétchène a réalisé l’incroyable exploit de rallier, à 63 ans, son petit village d’Ourous Martan (à 30km de Grozny, capitale de la Tchétchénie) à La Mecque. En 2012, Senad Hadzic, originaire de la Bosnie-Herzégovine a parcouru à pied les 5700 Km qui séparent sa ville de La Mecque. Cette année, ce sont les Hajj Riders. sept musulmans originaires de Grande-Bretagne qui ont décidé de rejoindre La Mecque pour le grand pèlerinage (Hajj) en se déplaçant à vélo. En l’espace de six semaines, ils ont traversé 3 500 km et huit pays dont la France, la Suisse, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce et l’Egypte.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *