BETA MODE
L'actualité de la semaine en bref - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Cover Story

L’actualité de la semaine en bref

Par Maymana Azzam

L’ouragan Maria, de catégorie 5, la plus élevée sur l’échelle de Saffir-Simpson, a fait deux morts et deux disparus en Guadeloupe, après son passage dans les Antilles dans la nuit de lundi 18 à mardi 19 septembre, a annoncé la préfecture de l’île. Le bilan dans toute la Caraïbe est de 18 morts. D’abord dépression tropicale, son changement rapide d’intensité et de trajectoire a surpris et entraîné de nombreux dégâts. L’état de catastrophe naturelle va être signé samedi. A lire sur lemonde.fr et 20minutes.fr

Un homme armé d’un couteau s’en est pris vendredi dernier à un soldat qui patrouillait dans le quartier de Châtelet-Les Halles.

Une note confidentielle de la police dévoilée cette semaine alerte les services sur un nouveau mode opératoire prôné par les jihadistes pour les actions terroristes : le déraillement des trains. Le texte appelle à une attention de tous les instants.

132.000 personnes ont défilé dans les rues de toute la France ce jeudi, pour protester contre le projet du gouvernement. C’est moins que lors de la première journée d’action, mais la CGT affirme qu’il ne s’agit que d’une étape dans la contestation.

La manifestation a aussi été marquée par un mouvement de contestation des CRS qui devaient encadrer les défilés. Ils sont environ 2000 à se s’être fait porter pâles ce jeudi pour protester contre les nouvelles règles liées à la fiscalisation de leurs primes de déplacement.

Lundi, pas de blocages mais des actions menées dans toute la France par les chauffeurs poids-lourds. Le mouvement pourrait en revanche se durcir car déçus par une rencontre avec le gouvernement, les syndicats de routiers CGT et FO ont promis une « mobilisation massive » dès lundi 25 septembre

Dans un entretien au Journal du Dimanche, la ministre des Transports Élisabeth Borne a assuré réfléchir à de nouvelles ressources pour améliorer le réseau routier, parmi lesquelles une écotaxe pour les poids-lourds qui ne participent pas à son financement.

Les policiers ont manifesté samedi dans les principales villes de France pour réclamer plus de moyens.

Les syndicats veulent une enveloppe supplémentaire de 1,5 milliard d’euros. Mais pendant des années, autant pour le matériel que pour l’entretien des commissariats, les investissements ont été insuffisants. Seuls les travaux les plus urgents sont effectués. Selon les syndicats, pour rattraper ce retard, « il faudrait une enveloppe supplémentaire de 1,5 milliard d’euros notamment sur l’insalubrité des commissariats, la rénovation de ceux-ci et le matériel inexistant avec l’entretien des véhicules », estime Fabien Vanhemelryck, du syndicat Alliance Police nationale.

D’autant qu’avec Vigipirate, des charges supplémentaires sont apparues. Avec celui-ci, tout est multiplié : équipements, tenues, et aussi heures supplémentaires des fonctionnaires.

A l’occasion de l’Assemblée générale des Nations Unies, le président de la République a pris la parole pour la première fois à la tribune et notamment défendu sa vision d’une politique « multilatéraliste.

Lors de son discours devant l’ONU, Emmanuel Macron a souhaité présenter une vision d’un monde « résolument multipolaire ». « Face aux crises, nous devons avoir une réponse dont le socle est le multilatéralisme des Nation unies. C’est le message que j’enverrai à l’ONU. Non pas pour reproduire des habitudes passées mais pour réussir à le réinventer », a-t-il dit mardi à des journalistes, peu avant sa première prise de parole. « Il veut défendre le multilatéralisme comme ambition universelle et le renouveler pour qu’il soit adapté aux enjeux du XXIe siècle », a précisé l’Elysée.

Le gouvernement a présenté mercredi 20 septembre les grandes lignes de son plan de relance pour le logement. Locataires du parc social ou privé, accédants à la propriété, bailleurs privés et sociaux, professionnels de la construction : de nombreux Français sont concernés.

Fort de ce constat, le ministère de la Cohésion des territoires a présenté  sa stratégie pour le logement. Construire plus, mieux et moins cher, répondre aux besoins de chacun, notamment les plus fragiles, et améliorer le cadre de vie sur tout le territoire : voilà les trois objectifs.

Premièrement, construire plus, mieux et moins cher. Le gouvernement souhaite accélérer le rythme de construction et simplifier l’acte de construire, en facilitant notamment la transformation de bureaux en logements, en simplifiant les réglementations existantes et en ne créant aucune nouvelle norme technique, en généralisant la dématérialisation des actes, des documents d’urbanisme et des autorisations, et enfin en accordant aux collectivités et aux propriétaires de terrains une incitation fiscale à vendre leurs biens dans les zones tendues.

L’augmentation des pensions de retraites 2017 est attendue par de nombreux retraités cette année. Le point sur la prochaine hausse des retraites à venir, aussi bien en ce qui concerne les pensions du régime général que celles des régimes complémentaires.

Elles devraient être revalorisées de 0,8% au 1er octobre, après trois ans de stagnation.

Nicolas Hulot a dévoilé lundi les « quatre premières mesures phares » de ce plan, notamment un coup de pouce financier pour les changements de chaudière et une prime à la casse étendue.

Première annonce : la prime à la conversion des véhicules polluants voit son périmètre élargi.

Pour les ménages non imposables, la prime sera doublée pour atteindre 2 000 €. Elle sera de 2 500 € pour ceux qui se tournent vers une motorisation électrique (s’ajoutant au bonus de 6 000 €). Au total, 3 millions de voitures anciennes et polluantes devraient être éligibles. Dans le même temps, le ministre abaisse le seuil de déclenchement du malus pour les véhicules les plus émetteurs en CO2.

Alors que Marlène Schiappa a annoncé l’intention du gouvernement d’élargir la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, d’autres voix se sont faites entendre et le calendrier semble flou. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a notamment déclaré que ce n’était pas « une priorité ».

Après des débuts laborieux, les élus de la majorité se sont réunis pendant deux jours en région parisienne pour « réussir » leur rentrée et « construire une aspiration de groupe ».

Avec 75% de nouveaux députés, une priorité s’impose à La République en Marche : se former. Alors, la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale s’est rassemblée à huis clos dans une salle de séminaire à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). S’ils reconnaissent qu’ils ont besoin d’apprendre, leur patron Richard Ferrand, critiqué pour son manque de combativité, réfute les couacs de l’été. « Nous estimons que le travail accompli pendant la session extraordinaire démontre que nous sommes en capacité d’agir. Le but c’est que nous nous connaissions mieux », a commenté l’intéressé.

Le candidat à la présidence des Républicains, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a suscité de nombreuses critiques après que l’on ait appris qu’il continuait à cumuler des points de retraite en tant que haut fonctionnaire, bien qu’en détachement du Conseil d’Etat compte tenu de ses fonctions actuelles et celles occupées depuis une dizaine d’années. En réaction, s’il a exclu de démissionner, Laurent Wauquiez a annoncé qu’il se mettait en disponibilité de la fonction publique.

Après la « polémique » du couscous, les relations entre le vice-président du Front National et le parti, ainsi que Marine Le Pen, se sont à nouveau dégradées cette semaine. Après s’être vu retirer ses attributions pour avoir refusé de quitter la présidence de son association Les Patriotes, il a annoncé son départ jeudi.

Le Parti Socialiste a annoncé mardi qu’il avait décidé de mettre en vente son siège de la rue de Solférino, situé dans le 7ème arrondissement de Paris. Le PS espère ainsi retrouver de fonds, suite à ses échecs électoraux successifs qui ont vu passer son budget annuel de 28 à 8 millions d’euros.

Un ancien responsable du cimentier franco-suisse aurait reconnu devant des enquêteurs que le groupe avait versé des centaines de milliers d’euros à l’Etat Islamique en 2013 et 2104 pour pouvoir continuer à faire fonctionner son usine dans le nord de la Syrie.

La présence d’une quarantaine de réfugiés, dont quinze enfants, sur le campus rémois Croix-Rouge a entraîné la suspension des cours pour près de 8.000 étudiants.

L’université de Reims n’est pas restée indifférente à l’urgence de la situation des occupants, précise le président. Suite à la fermeture nécessaire à la sécurité de tous, l’ensemble des autorités compétentes ont cherché les solutions permettant de retrouver une activité normale le plus rapidement possible dans le respect des valeurs humanistes de l’université. »Lundi après-midi, l’université a annoncé avoir saisi le tribunal administratif par la voie d’un “référé mesures utiles” (également nommé référé conservatoire)”.Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les images avaient marqué en mai 2016, celle du véhicule en flammes et d’un agent qui sort et pare des coups de barre de fer. Le procès des neufs accusés s’est ouvert sous tension mardi à Paris. « J’ai cru mourir », a témoigné le policier agressé lors de l’audience. De nombreuses personnes souhaitent pouvoir suivre l’audience mais la taille de la salle ne permet pas de tous les accueillir.

La fillette de 9 ans est portée disparue depuis fin août. Un suspect a été mis en examen et écroué mais les enquêteurs n’ont toujours pas retrouvé l’enfant.

D’après l’ancien maître-chien engagé dans l’armée, la fillette serait montée lors de la soirée sur la banquette arrière de son Audi A3, en compagnie d’un petit garçon blond, tandis qu’il fumait une cigarette. Les deux enfants auraient voulu voir si ses chiens, dont il leur aurait parlé auparavant, étaient dans le coffre, avant de ressortir et de retourner dans la salle des fêtes.

De quoi justifier la trace ADN ? Les investigations, depuis, n’ont pas permis de confirmer cette version parmi les enfants présents au mariage pouvant correspondre au petit garçon, selon une source proche du dossier.

Incarcéré depuis 40 ans pour le meurtre de Philippe Bertrand, 7 ans, le détenu a obtenu une suspension de sa peine pour raisons médicales. Patrick Henry est atteint d’un cancer du poumon et a pu sortir samedi de l’unité sécurisée dans laquelle il était hospitalisé.

Condamné en 1977 à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de Philippe Bertrand, sept ans, Patrick Henry est régulièrement pris en charge depuis le 15 mai dans une unité hospitalière sécurisée. Atteint d’un cancer, son état de santé a été jugé « durablement incompatible avec la détention », selon le jugement du tribunal de l’application des peines (TAP) de Melun, que l’AFP a pu consulter.

Son avocat, Hugo Lévy, a jugé cette décision « conforme à la loi et nécessaire, tant il est inconcevable que les lieux de privation de liberté soient aussi des lieux où les hommes meurent ».

Symbole en son temps de la lutte contre la peine de mort, Patrick Henry avait échappé de peu à la guillotine lors de son procès, à la fin des années 1970, grâce notamment à la plaidoirie de son avocat Robert Badinter.

Il était ensuite devenu un visage de la réinsertion, obtenant en 2001, après vingt-cinq ans de détention, une libération conditionnelle.

Condamnée à 20 ans de prison en première instance, la mère infanticide de Berck s’est vue infliger une peine de 15 ans de réclusion en appel aux Assises du Nord, vendredi dernier.

Fabienne Kabou, d’origine sénégalaise, a été condamnée en appel, ce vendredi à 15 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises du Nord, à Douai (en République française). Le 24 juin 2016, en premier instance, elle avait été condamnée à 20 ans de prison pour le meurtre de sa fille de 15 mois, Adélaïde.

Le 19 novembre 2013, Fabienne Kabou, résidente à Saint-Mandé dans le Val-de-Marne, se rend en train à Berck (Pas-de-Calais), accompagné de sa fille de 15 mois, Adélaïde. Un voyage qu’elle-même n’arrive pas à justifier.

Pourtant, elle s’y rend avec un but précis. Mme Kabou enlève « Adé » de la poussette et la dépose sur la plage, après l’avoir allaitée une dernière fois et lui avoir « demandé pardon », dira-t-elle à son procès. Le lendemain, un promeneur retrouve la petite fille morte noyée.

Lors de son arrestation, 10 jours après son acte, Fabienne reconnait immédiatement les faits, rapporte Libération. Mais selon elle, des forces obscures liées à la « sorcellerie » l’auraient poussé à agir ainsi.

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *