BETA MODE
Tunisie  : La ville de Tunis désignée ville créative en matière d’artisanat et des arts populaires - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Villes

Tunisie  : La ville de Tunis désignée ville créative en matière d’artisanat et des arts populaires

Tunis (Getty)
Tunis (Getty)
Tunis (Getty)

Par Hammadi Wiem

Depuis les attaques terroristes qui ont secoué la Tunisie ces dernières années, les volets culturel et touristique ont subi de plein fouet des conséquences désastreuses. Les autorités de tutelle fournissent des efforts considérables pour miser de nouveau sur le site tunisien en tant que destination culturelle et touristique de premier rang.

Partant de cette réalité, la Tunisie a déposé l’année courante sa candidature pour intégrer le réseau des villes créatives de l’organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO)  afin de  trouver de nouvelles alternatives capables de favoriser l’émergence d’une nouvelle facette du tourisme culturel et patrimonial du pays.

Dans un texte rendu public fin octobre 2017 sur le site de l’Unesco, la Capitale tunisienne a adhéré  finalement une liste de 15 villes qualifiées créatives en matière d’artisanat et des arts populaires, réparties sur les quatre continents qui sont par ailleurs relativement distinctes sur les plans géographique, démographique et économique.

Selon les détails avancés par l’organisation onusienne, les nouvelles désignations témoignent d’une plus grande diversité dans les typologies des villes et d’un meilleur équilibre géographique avec un encouragement particulier pour les candidatures de villes issues de la région d’Afrique.

Ce réseau qui date depuis 2004, met en valeur la créativité de ses membres autour de sept domaines à savoir la gastronomie, la littérature, la musique, les arts numériques, le design, et le film. Il  admet  que les zones urbaines sont désormais les principales pépinières où se développent de nouvelles stratégies, politiques et initiatives visant à faire de la culture et de la créativité un catalyseur moteur du développement durable, capable de régénérer la croissance, l’innovation et la cohésion sociale.

Du patrimoine à la créativité

Le choix de la ville de Tunis pour intégrer ce réseau n’est pas gratuit, mais émane d’un effort considérable fourni par les Tunisois (habitant de la ville de Tunis) pour garder le mélange interculturel, associer les cultures anciennes aux cultures modernes, et conserver les traces et les traditions  qui marquent fortement l’identité arabo-musulmane de cette ville.

La Tunisie qui n’avait jamais figuré sur la liste des villes choisies, a pu compter cette fois-ci sur ses atouts culturels en matière d’artisanat et d’arts populaires, afin d’intégrer  la nouvelle liste des 64 villes de 44 pays désignées villes créatives de l’UNESCO.  Elle bénéficiera respectivement et d’une façon prioritaire des efforts de l’UNESCO pour promouvoir l’innovation et la créativité en tant que moteurs clés d’un développement urbain plus durable et plus inclusif.

Les différentes cultures et civilisations qui se sont succédé en Tunisie ont certainement impacté la capitale et ses habitants, des influences qu’on peut discerner de nos jours à travers le patrimoine culturel existant qualifié selon les expert en la matière comme riche et authentique.

La capitale tunisienne veut  alors profiter  de cette richesse inédite pour  partir du local et instaurer une approche plus large réconciliant ainsi tout le pays avec ses gloires et ses perspectives.

Garantir son image et son patrimoine à l’international pour attirer du monde, est le principal avantage de cette adhésion à la charte du réseau onusien. Une reconnaissance qui enchante, certes, tous les tunisiens mais qui place devant eux un grand défi ; c’est celui de l’exigence du marché dans une économie plus ou moins fragile.

Il va de soi, que l’artisanat tunisien, cette petite industrie pleine d’idées originales ou plutôt ce savoir-faire ancestral  qui a excellé depuis des années, garde toujours une place importante dans le tissu économique et culturel du pays. D’ailleurs les métiers de l’artisanat tunisien sont  impossibles à énumérer dans leur totalité, avec une palette de métiers répartis en secteurs (bijouterie, habillement, tapis et tissage…), mais prouvent jusqu’à ce jour une volonté farouche de résister et de continuer.

L’artisanat tunisien, s’est toujours adapté à des motivations et des besoins culturels et usuels qui définissent sa réelle fonction et sa vraie valeur, et a frayé un chemin entre tradition et modernité avec un appui considérable des organismes de tutelle et des organisations non gouvernementales qui ont mis tout le paquet pour  booster, préserver, rénover et développer  un esprit créatif chez les artisans qui viennent de s’affirmer sur scène.

D’ailleurs en Tunisie, sont nombreux les colloques, les foires et les salons qui s’intéressent à la valorisation du patrimoine et l’encouragement de la créativité artistique. Sans oublier les actions et les hashtag sur les réseaux sociaux pour promouvoir les activités artisanales notamment en périodes de crises à l’instar du hashtag  « jamais sans mon couffin » destinée pour refamiliariser les gens avec le couffin traditionnel tunisien.

Les arts populaires un refuge culturel

L’art populaire étant apprécié et propagé dans toutes les classes sociales en Tunisie, représente d’une façon à part entière une force culturelle qui affirme l’identité culturelle du pays et qui marque de son tour la richesse de la Tunisie en général et de sa capitale d’une manière plus précise.

Souvent assimilés aux genres musicaux variés; folkloriques, soufies ou religieuses les arts populaires jouissent d’un auditoire large qui assiste à sa conservation. Bien évidemment un art bien supplié, c’est un art qui ne connaîtra jamais le déclin.

C’est un héritage culturel et artistique tellement admiré que les jeunes artistes ne cessent de l’enrichir et de l’évoluer à travers des idées et des concepts modernes et créatifs, qui essayent de garder l’authenticité du patrimoine traditionnel tout en rajoutant une touche du doigt magique pour répondre aux exigences de la modernité.

D’ores et déjà, l’enjeu sera plus grand, les Tunisois sont mandatés à travailler sur le plan culturel sur  la base d’un plan d’action concret, une approche prospective, un engagement à long terme et d’une contribution potentielle à la réalisation des objectifs du réseau sur des chapitres ayant un grand titre : « le respect, la valorisation et la préservation des atouts de la ville de Tunis ».

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *