BETA MODE
Un Taxi Culturel pour répandre la joie et la fête - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Culture

Un Taxi Culturel pour répandre la joie et la fête

Par Samira Ghannouchi Behi

Il y a mille et une manières de promouvoir la culture, dans ses diverses dimensions.

Les idées ne manquent pas. Il suffit de laisser libre court à son imagination pour parvenir à l’objectif recherché. Et les jeunes tunisiens n’en manquent pas. Loin de là, il suffit, simplement, de leur donner la chance de s’épanouir.

C’est le cas de Souheil Henchiri, un jeune de Gafsa, gouvernorat situé au sud ouest de la Tunisie qui s’est lancé dans une aventure, car c’en est une, dont il ne connaît pas l’issue. Ce jeune dont l’ambition est de répandre la fête et la joie, partout où il passe, est un audacieux. Son ambition est que la joie règne dans les cœurs de tous les enfants, jeunes et même adultes.

Un taxi et des spectacles pour bagages

Selon les déclarations mêmes de Souhail Henchiri, le projet trotte dans sa tête depuis sa prime enfance. Un « taxi ambulant » qui diffuse l’animation sans que cela ne coûte de l’argent aux bénéficiaires. Et le rêve est devenu réalité, quand l’initiateur a financé, avec ses propres deniers son projet avec pour seul objectif, faire profiter le plus d’enfants, de jeunes et d’adultes des services gratuits de ce « Taxi Culturel », particulièrement en milieu rural. Là où les gens n’ont pas la chance de voir, souvent, des spectacles d’animation ou des projections de films.

Souheil Henchiri a entamé son aventure au sein de l’école de la « Cité Bourguiba », l’institution où il a poursuivi ses études primaires. Et il ne compte pas s’arrêter là. Son périple se poursuit dans les villes minières de Rdeyef, d’Om Laarayes, de Mdhilla et du Sned.

Souheil a concocté 5 actions pour divertir : – de l’animation pour enfants. – Un Spectacle pour étudiants, jeunes et adultes.- « El Hakawati » ou Conteur. – Du Cinéma pour enfants avec projection de films.- Une pièce de théâtre pour enfants.

Ayant commencé par sa ville d’origine, le jeune Henchiri ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il a exprimé l’ambition de voyager à travers toutes les villes tunisiennes, là où le besoin en divertissement s’en ressent.

Seulement, voilà ! Pour pouvoir donner plus d’ampleur et enrichir son « Taxi Culturel », Souheil souhaite recevoir une aide du ministère de la Culture, auprès duquel il a déposé une demande en ce sens.

En attendant, le « Taxi Culturel » roule toujours, même si Souheil Henchiri paie, de sa poche, les cachets des comédiens et autres artistes qu’il sollicite pour ses spectacles.

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *