BETA MODE
L’actualité de la semaine en bref - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Cover Story

L’actualité de la semaine en bref

Par Maymana Azzam

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a affirmé ce jeudi matin que le remaniement gouvernemental serait annoncé « dans la journée », indiquant qu’il « pourrait y avoir deux secrétaires d’Etat qui arrivent ». Interrogé quelques minutes plus tard, Christophe Castaner, qui suite à  sa nomination samedi à la tête de La République En marche devrait perdre son rôle de porte-parole  mais rester dans le gouvernement, a indiqué que le remaniement aurait lieu Mardi 28 Novembre.

Alors qu’ Edouard Philippe a ouvert la voie mardi au maintien de Christophe Castaner dans le gouvernement, celui-ci a déclaré souhaiter « poursuivre mon action ».
Interrogé sur les rumeurs d’entrée au gouvernement d’Amélie de Montchalin et Olivier Dussopt, Christophe Castaner a estimé que la députée LREM est « une des révélations de ce début de mandature » et que le député socialiste est lui aussi « une option possible ». 

Dans un discours fleuve en clôture du 100e congrès des maires, le chef de l’État a tenté de rassurer les élus sur ses intentions, sans revenir sur ses engagements. Principale annonce : la refonte de la fiscalité locale d’ici 2020.

Le chef de l’État a promis une stabilité des concours financiers pour les collectivités locales

Le chef de l’État a défendu son projet contesté de supprimer la taxe d’habitation pour 80% des ménages, expliquant qu’elle pesait sur les «classes moyennes». Mais il compte aller plus loin, laissant entendre qu’il souhaite une suppression pure et simple de la taxe.

En lieu et place, et pour compenser intégralement la suppression de la taxe, le chef de l’État souhaite la mise en place d’une nouvelle fiscalité locale.

À partir de mardi, le gouvernement va consulter les partenaires sociaux sur la réforme des retraites promise par le chef de l’État, dont le projet de système universel risque de se heurter aux prévisions économiques et à l’hostilité de certains syndicats. Le haut-commissaire aux retraites ne va pas chômer dans les prochains jours : deux mois après sa nomination, Jean-Paul Delevoye va recevoir une à une les organisations syndicales et patronales pour une première prise de contact officielle. La CFE-CGC ouvrira le bal mardi, suivie mercredi par l’organisation patronale U2P, les syndicats FO et CFDT le 27, la CFTC le 28, ou encore l’Unsa le 30, a annoncé lundi le cabinet de Jean-Paul Delevoye, confirmant une information du quotidien Le Monde.

L’exécutif doit mettre en œuvre la promesse de campagne du candidat Macron : remplacer la trentaine de régimes de retraite existants par un système universel  où un euro cotisé garantirait à tous les mêmes droits à pension.

C’est une mesure phare du quinquennat d’Emmanuel Macron. La réforme de la taxe d’habitation devrait permettre à 80% des Français de ne plus en payer d’ici 2020. Retrouvez ville par ville, le manque à gagner par commune et le nombre de foyer exonérés.

La promesse présidentielle la plus populaire a en effet été inscrite noir sur blanc dans le projet de budget pour 2018.

Avant Noël, elle devra passer l’épreuve du Parlement pour être définitivement gravée dans le marbre. Mais si la grande majorité des contribuables se frottent les mains à l’idée d’économiser 1 000 euros par an en moyenne, les élus locaux, eux, se rongent les ongles. Car la taxe d’habitation leur permet d’engranger des recettes directes et d’être indépendants de l’Etat pour mener à bien leurs projets locaux : rénover les routes, réhabiliter les écoles, construire des gymnases…

Le Premier ministre Edouard Philippe a présenté ses projets pour soutenir la compétitivité des entreprises industrielles. Outre la création d’un fonds public, il se dit prêt à envisager la baisse des cotisations sociales. Il a notamment précisé le fonctionnement de l’important fonds de 10 milliards d’euros voulu par Emmanuel Macron. Ce fonds, qui « sera opérationnel au 1er janvier 2018 »« sera alimenté en cash par le produit des récentes cessions de participations dans Engie et Renault », d’un montant d’environ 2 milliards d’euros (dont  1,5 milliard pour Engie). Le reste sera constitué « de participations publiques n’ayant pas vocation à être cédées mais versant des dividendes réguliers », a-t-il expliqué lors d’une visite ce lundi sur un site de l’équipementier automobile Valeo à Bobigny.

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer a évoqué sur BFMTV sa plainte contre le syndicat Sud Education 93 qui souhaite organiser des ateliers « en non-mixité » afin de dénoncer le « racisme d’État ». Des polémiques « inutiles » et « inacceptables », estime Jean-Michel Blanquer.

La République en marche a porté à sa tête samedi Christophe Castaner, le parti présidentiel comptant sur ce proche d’Emmanuel Macron pour lui donner un nouvel élan après les critiques essuyées sur son absence du paysage politique et son manque de démocratie interne.

Castaner dit vouloir « remettre le mouvement en mouvement » et développe un programme en trois axes: que chacun trouve de « l’utilité et de la responsabilité »; « élaborer le corpus idéologique » d’un parti centré sur le programme présidentiel; et « préparer les échéances politiques », dont les européennes de 2019.

Après une baisse en octobre, la cote de popularité du Président et du Premier ministre connaît une légère hausse, sans toutefois rattraper le niveau de mai 2017. La cote de popularité du président Emmanuel Macron a cru de 4 points en un mois et s’établit à 46 %, selon un sondage Ifop publié dans le Journal du Dimanche.

Une centaine de forains et manifestants ont protesté notamment contre la suppression du Marché de Noël sur la célèbre avenue et de la Grande Roue de la Concorde. La maire de Paris Anne Hidalgo a inauguré le dispositif lumineux au côté de l’actrice et mannequin franco-américaine Lily-Rose Depp, marraine des illuminations cette année, souriante et « très heureuse d’être là ».Quelques heures auparavant, les élus de Paris avaient décidé de ne pas renouveler l’an prochain la célèbre grande Roue au bas des Champs-Elysées, gérée par le « roi des forains » Marcel Campion. Ils avaient déjà décidé en juillet, à l’unanimité, de mettre fin au marché de Noël organisé depuis 2008 sur les Champs Elysées.

Après un court discours difficilement audible, Anne Hidalgo a souligné que « c’est la fête à Paris quand même ». « Il faut respecter les décisions de justice et les décisions collectives. Les élus de Paris sont légitimes, et en plus unanimes », a-t-elle ajouté, interrogée sur la manifestation.

Décriée, la piétonisation des voies sur berge à Paris avait donné lieu dès le début à un suivi confié à un comité présidé par Pierre Carli, médecin-chef du Samu de Paris. Une initiative voulue par Valérie Pécresse, présidente LR de la région. Les conclusions du suivi réalisé entre septembre 2016 et septembre 2017 rendues publiques ce lundi sont sans appel et confirment une aggravation des embouteillages dans la capitale et autour de Paris.

Une proposition de loi émanant du MoDem, examinée en commission des lois, souhaite faire de la garde alternée le principe général. Certains toussent déjà. Très fort.

Mars 2002 : dans un élan d’égalité entre les femmes et les hommes, Ségolène Royal, alors en charge de la famille au sein du gouvernement Jospin, fait adopter une loi qui permet au juge de fixer la résidence des enfants en alternance chez leur père et chez leur mère en cas de divorce.

Dans un pays où les couples se défont de plus en plus , 71% des enfants de parents passés devant un juge résident chez la mère, 12% chez le père et 17% sont en résidence alternée. Une injustice criante entre les femmes et les hommes à l’heure l’on brandit tant une nécessaire égalité ?

un texte porté par le député MoDem Philippe Latombe vise – à nouveau – à instaurer le principe général de résidence alternée des enfants chez chacun de leurs parents, pour mieux «traduire leur égalité», et tout cela, bien sûr, «dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant».

La Cour de cassation a rendu ce mercredi un arrêt confirmant qu’une entreprise privée peut interdire le port de signes religieux aux salariés en contact avec les clients, à condition de l’inscrire dans son règlement intérieur.

L’ingénieure concernée avait toujours porté le voile au travail, mais lorsqu’un client a refusé son intervention, son employeur lui a demandé de le retirer. Elle a refusé de le faire. Il s’est ensuivi un licenciement contesté en justice. Ayant perdu en appel, la salariée s’était pourvue en cassation où elle a eu gain de cause, car rien n’était prévu dans le règlement intérieur de Micropole.

François Fillon, candidat malheureux à la présidentielle, a estimé que « dans la défaite, le chef se retire sans chercher d’excuses », lors d’une intervention dimanche devant les militants de son micro-parti, Force républicaine, dont il a cédé la présidence à Bruno Retailleau.

Son successeur à la tête de Force républicaine, Bruno Retailleau, a estimé qu’« en tournant la page, François Fillon nous permet un nouveau recommencement ». « Je voudrais saluer François Fillon et lui montrer notre attachement, notre affection », a-t-il encore ajouté, en se faisant largement applaudir par une salle en partie debout.

François Fillon a donné 300 000 euros à Nicolas Sarkozy après la primaire de la droite pour la présidentielle pour lui permettre de boucler ses comptes de campagne, écrit Patrick Stefanini dans un livre, « Déflagration » (Robert Laffont), cité dans un article de Paris Match paru en ligne mercredi.

L’entourage de Nicolas Sarkozy a confirmé mercredi soir « un accord entre (le micro-parti de François Fillon) Force Républicaine et l’Association de Soutien à l’Action de Nicolas Sarkozy (ASANS) concernant le remboursement des moyens détachés par le parti pour la campagne des primaires de Nicolas Sarkozy ». Mais « il ne s’agit en aucun cas d’un ‘deal financier’ entre Nicolas Sarkozy et François Fillon », a-t-on insisté.

Marine Le Pen a également annoncé mercredi son intention de déposer plainte, à titre personnel, contre la banque HSBC.

Selon France Inter et Mediapart, qui publie notamment une lettre interne au FN daté de lundi, la Société Générale a demandé au parti de Marine le Pen de clôturer l‘ensemble de ses comptes, ceux du siège comme ceux de plusieurs fédérations.

Le FN est dans une très mauvaise posture financière, lourdement endetté après la campagne présidentielle et les résultats décevants aux législatives, dont le parti chiffrait en décembre 2016 la somme nécessaire pour les mener à bien à 27 millions d‘euros.

La seule présidentielle a représenté une dépense de 12,5 millions d‘euros pour le parti. Cette somme doit être remboursée intégralement par l‘Etat, mais pas avant l‘examen et la validation des comptes de campagne.

Marine Le Pen doit tenir une conférence de presse mercredi au siège du FN à Nanterre sur le thème “La démocratie française menacée par les oligarchies financières”.

L’association anticorruption Cicero29 poursuit Jean-Jacques Urvoas pour « détournements de bien public ». Elle lui reproche l’acquisition de sa permanence parlementaire, achetée via son indemnité de parlementaire, et sa mise en location depuis que l’ancien garde des Sceaux n’est plus parlementaire.

Le président de Radio France est jugé pour « favoritisme » pour des contrats passés lorsqu’il dirigeait l’Institut national de l’audiovisuel.

Après onze heures d’audience, le parquet de Créteil a réclamé dans la nuit du jeudi 16 au vendredi 17 novembre 18 mois de prison avec sursis et 40 000 € d’amende à l’encontre de l’actuel président de Radio France, qui a dirigé l’INA entre 2010 et 2014. Le haut fonctionnaire est soupçonné d’avoir « favorisé »certaines sociétés de conseil, auxquelles l’établissement public a versé plus de 400 000 €.

L’ancienne sous-préfète avait été condamnée en 2016 pour des faits de corruption d’une « extrême gravité » étant donné la fonction de l’accusée, selon le juge du tribunal correctionnel.

Elle est soupçonnée d’avoir avantagé le propriétaire d’un hôtel de luxe via un arrêté préfectoral, qui facilitait indirectement ses opérations de construction. Son mari, Jean-Jacques Mallemanche, s’était vu promettre dans le même temps une commission de 200 000 euros en tant qu’intermédiaire dans la vente de l’hôtel.

L’ancienne ministre de la francophonie était poursuivie pour avoir fourni une déclaration de patrimoine incomplète à trois reprises entre 2012 et 2014.  L’un de ses avocats, Me Antoine Vey, a immédiatement annoncé un pourvoi en cassation, qui est suspensif. Yamina Benguigui pourra ainsi continuer à siéger au Conseil de Paris. Comme en première instance, Yamina Benguigui a été relaxée pour une partie des faits qui lui étaient reprochés et condamnée pour le reste. Mais à l’issue du premier procès, elle avait été dispensée de peine.

Interpellée sur les personnages qui fument à l’écran, la ministre de la Santé, Agnés Buzyn, a promis une « action ferme » en ce sens, rapporte Public Sénat. La question consiste désormais à savoir si le gouvernement va faire complètement disparaître les cigarettes des films, ou plus simplement (et plus probablement) limiter leurs apparitions à l’écran. Pour mémoire, en 2015, l’ancienne ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, Michèle Delaunay, avait proposé que la loi Evin soit appliquée aux films français. Avant que l’Organisation mondiale de la santé ne suggère aux gouvernements, en 2016, d' »appliquer une classification aux films dans lesquels on consomme du tabac et la diffusion préalable d’avertissements antitabac ».

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *