BETA MODE
L’actualité de la semaine en bref - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Cover Story

L’actualité de la semaine en bref

Par Maymana Azzam

Olivier Dussopt et Delphine Gény-Stephann sont les deux nouveaux entrants au gouvernement. Cristophe Castaner, nouveau délégué général de La République En Marche, garde sa place en tant que secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement. C’est Benjamin Griveaux qui devient porte-parole du gouvernement.

Le remaniement du gouvernement Philippe, annoncé depuis plusieurs jours, a été finalement dévoilé vendredi et pour la presse, c’est un remaniement a minima, qui s’apparente même plutôt à un réajustement après pourtant une longue attente.

« Tout ça pour… ça », ironise Le Parisien, en pages intérieures. « Attendu pour une semaine, le mini-remaniement n’est apparu qu’en  24 Novembre, le soir à 19 heures, a été annoncé. Un porte-parole, deux secrétaires d’État… rien de franchement révolutionnaire », s’agace le quotidien qui enfonce le clou, « et pourtant le suspense aura duré toute la semaine. »

La décision tient en une phrase : « A la suite de sa décision de rejoindre le gouvernement Macron-Philippe, trois jours après son vote contre le projet de loi de finances 2018 de ce même gouvernement, Olivier Dussopt n’est plus membre du Parti socialiste. » C’est ainsi que le PS a commenté vendredi soir l’entrée au gouvernement de l’un de ses 31 députés. Elu de l’Ardèche, Olivier Dussopt a été nommé à Bercy en tant que secrétaire d’Etat à la Fonction publique, sous l’autorité de l’ex-LR Gérald Darmanin. Le socialiste sera donc notamment chargé d’appliquer un Budget contre lequel il vient effectivement de voter contre, comme n’a pas manqué de le rappeler Solférino dans sa réaction.

Le président français a fait une visite de plusieurs jours en Afrique cette semaine. Mais c’est son passage au Burkina Faso qui a marqué. Mardi, interrogé par une étudiante sur l’ouverture d’une centrale électrique française et son impact sur la climatisation à l’université de Ouagadougou, le chef de l’Etat a estimé qu’il n’était pas le président du pays et plus « une puissance coloniale » donc que ce n’était pas de son ressort. Et alors que son homologue burkinabè quittait la salle quelques instants, Emmanuel Macron a lancé « il est parti réparer la clim », un trait d’humour qui n’a pas été apprécié par tout le monde.

ll n’était plus venu en France depuis qu’il a quitté la Maison Blanche. Barack Obama sera samedi en France, à Paris, où il doit déjeuner avec Emmanuel Macron. «Il s’agit d’un déjeuner privé», a précisé la présidence de la République.

L’ex-président des États-Unis doit participer samedi au 7e sommet des Napoléons, un réseau d’acteurs de l’industrie de la communication parrainé par Stéphane Richard, le PDG d’Orange. La proximité entre les deux hommes n’est pas nouvelle, même s’ils ne s’étaient pas encore rencontrés. Barack Obama avait notamment apporté son soutien à Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle.

Le président français Emmanuel Macron a précisé jeudi son projet de lutte contre les réseaux criminels de passeurs de migrants en Libye, plaidant pour le déploiement de forces policières africaines, l’envoi de troupes française n’étant pas à l’ordre du jour. Une des idées : une « task force » qui rassemblerait plusieurs pays.

Le drame de l’immigration clandestine et ses dérives comme les marchés d’esclaves en Libye a été au coeur des discussions du 5e sommet Europe-Afrique, auquel a participé M. Macron, et qui s’est achevé jeudi à Abidjan.

En marge du sommet, les dirigeants de neuf pays européens et africains, dont la Libye, avaient décidé mercredi soir de mettre en place « une coopération étroite » pour démanteler les réseaux et mener des « opérations d’évacuation d’urgence dans les prochains jours ou semaines » des migrants bloqués en Libye.

C’est la ministre de la Santé elle-même qui l’a annoncé vendredi dernier sur LCI. La prochaine réforme des retraites « prendra du temps » et le calendrier n’est d’ailleurs « pas fixé ». C’est pourtant un véritable big-bang des retraites qu’Emmanuel Macron a promis durant sa campagne et confirmé au lendemain de son élection.

La révision à la hausse de la croissance pour les années à venir va diviser par quatre le déficit des retraites en 2020 ! Celui-ci n’atteindra plus que 0,1 % de la richesse nationale (2,2 milliards d’euros), contre 0,4 % il y a six mois. La bonne nouvelle a été annoncée le 22 novembre par les très sérieux experts du Conseil d’orientation des retraites (COR).

La proposition du revenu de base fait son chemin et avance à grand pas, tant chez les citoyens que parmi les politiques. L’idée est simple : donner à tous un revenu sans contrôle de ressource ni exigence de contrepartie. De l’idée à la concrétisation en France, il manquait une étape : celle de l’expérimentation. C’est sur cette étape que Martine Alcorta, conseillère régionale Europe Écologie-Les Verts en Aquitaine, a souhaité avancer ce lundi 6 juillet en présentant au Conseil Régional une motion d’expérimentation, votée à l’unanimité.

Cette motion prévoit le financement d’une étude de faisabilité de l’expérimentation. Cette dernière devra quant à elle faire l’objet d’un partenariat entre un département volontaire et l’État.

Huit présidents de département se sont dits prêts à tester le dispositif à l’horizon 2019, avant une éventuelle généralisation du concept.

Le patron des députés La République en marche monte au créneau ce lundi et invoque la présomption d’innocence du député LREM de Moselle Christophe Arend. Une plainte pour harcèlement et agression sexuelle a été déposée contre lui par son ex-assistante parlementaire.

Le parquet de Sarregemines a estimé que la plainte déposée à l’encontre de l’élu pour « harcèlement et agression sexuelle » présentait « de nombreuses incohérences et contradictions ».

Un mois après leur exclusion des Républicains, les deux membres du gouvernement Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu ainsi que le député Thierry Solère ont adhéré à La République En Marche.

Gérald Darmanin a adhéré, via Internet, samedi matin, Thierry Solère et Sébastien Lecornu dans la soirée. Ils ont prévenu le Premier ministre, leur ami Edouard Philippe, et le patron de LREM Christophe Castaner

Thierry Solère a également décidé de finalement laisser le poste de questeur qu’il occupait à l’Assemblée Nationale.

Enchantés de voir François Bayrou gâcher la fête macronienne dans son nouveau costume de frondeur en chef, les dirigeants de LR et de l’UDI célèbrent dans tous les micros «l’unité» de la famille, rassemblée derrière son projet de «franche alternance». Quant à ceux qui pourraient se laisser tenter de rejoindre la majorité présidentielle, ils sont prévenus que cela pourrait leur coûter très cher.

Le bureau de l’Assemblée nationale est finalement revenu sur cette mesure de remboursement sur justificatif pour les parlementaires. Un contrôle aléatoire de 120 députés par an sera en revanche réalisé.

Selon FranceInfo, 32 anciens députés ont financé l’achat de leur permanence, ainsi intégrée à leur patrimoine personnel, via leur enveloppe pour frais de mandat.

Le palais du Luxembourg a adopté mardi la partie recettes du budget avec plusieurs changements actés en séance, sur nombre de mesures phares comme la réforme de l’ISF et la suppression progressive de la taxe d’habitation.

Le Sénat a adopté mardi la partie recettes du budget 2018 après l’avoir profondément modifiée, supprimant totalement, contre l’avis du gouvernement, la réforme de la taxe d’habitation ainsi que le nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Les députés devraient rétablir en nouvelle lecture ces deux mesures emblématiques du premier projet de loi de finances (PLF) du quinquennat Macron.

La nouvelle version a été adoptée par 195 sénateurs, LR et centristes, 92 ayant voté contre, les socialistes et les communistes. RDSE (à majorité radicale), LREM et Indépendants se sont abstenus. Si les sénateurs avaient rejeté cette partie recettes, cela aurait mis fin à l’examen du budget par la Haute Assemblée, comme cela avait eu lieu l’an dernier.

Les députés ont voté mardi en première lecture le projet de loi pour la réforme du droit du travail par ordonnances. Aux sénateurs de l’examiner maintenant.

L’ancien directeur de campagne du candidat LR à la présidentielle, Patrick Stéfanini, a publié cette semaine « Déflagration, dans le secret d’une élection impossible », un livre qui analyse la défaite de la droite.

Le Canard Enchaîné a également rejeté cette semaine les accusations de complot pour faire tomber le candidat Fillon à quelques mois de l’élection.

Alors que la perte de vitesse de Marine Le Pen irriterait certains membres du parti, le FN rencontre aussi des problèmes financiers. La présidente a ainsi dénoncé une « fatwa bancaire » et annoncé un dépôt de plainte après que la Société Générale ait fermé six de ses comptes cet été. La Banque de France a estimé mardi qu’aucune réglementation n’avait été enfreinte.

 

Un rapport de la Chambre régionale des comptes d’Ile de France a mis en avant le sureffectif du cabinet de la maire de Paris, comptant 165 collaborateurs au lieu des 135 autorisés.

Le rapport de la Chambre régionale des Comptes d’Ile-de-France, dont l’AFP a eu copie, indique que la chambre a recensé 165 collaborateurs du cabinet d’Anne Hidalgo, partagés avec ses adjoints, au 31 décembre 2015. Or, une limite de 135 collaborateurs avait été voté en 2014, un plafond «nettement dépassé», pointe le rapport qui rappelle que la Ville de Paris est la seule collectivité en France qui puisse fixer le nombre et la rémunération des collaborateurs de cabinet, après vote en Conseil de Paris.

 

 

Samedi dernier, de nombreuses manifestations ont été organisées dans toute la France, dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. A l’Elysée notamment, le chef de l’Etat Emmanuel Macron a annoncé vouloir faire de l’égalité femmes-hommes la grande cause du quinquennat.

Dans la rue et à l’Elysée: la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, samedi, prend cette année une résonance particulière avec le contrecoup du scandale Weinstein et l’engagement attendu d’Emmanuel Macron pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Le président de la République doit s’exprimer à la mi-journée à l’Elysée devant 200 personnes représentant les associations, les institutions et la classe politique.

Il décrètera l’égalité entre les femmes et les hommes « grande cause du quinquennat » et dévoilera un « plan contre les violences sexistes et sexuelles », engagé pour cinq ans.

Macron « a pleinement conscience de la gravité de la situation et de l’urgence à agir », a expliqué vendredi son entourage.

 

Alors que l’ancien leader de Noir Désir sort un nouvel album, une enquête du journal Le Point affirme avoir recueilli le témoignage anonyme d’un ex-membre de Noir Désir, qui révèle que le chanteur aurait tenté d’étrangler sa petite-amie en 1989. Bertrand Cantat aurait également frappé plusieurs fois son ex-femme Kristina Rady.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *