BETA MODE
Humour anglais : un pont sur la Manche ? - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Economie

Humour anglais : un pont sur la Manche ?

Boris Johnson le 29 janvier 2018 a Londres (Getty)
Boris Johnson le 29 janvier 2018 a Londres (Getty)
Boris Johnson le 29 janvier 2018 a Londres (Getty)

Par Nasreddine Ben Hadid

Les Britanniques sont connus et se distinguent par deux choses : Le sang froid et même glacial, mais aussi par un humour non moins glacial. Avec un Brexit qui a fait l’effet de toutes les bombes du monde, et une tension palpable entre les deux rives de la Manche à consommer ce divorce, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson veut construire un pont géant à travers la Manche pour relier la Grande-Bretagne à la France.

L’idée passe pour une matière première à travailler dans le but de dégager un scénario pour le cinéma. Pas n’importe quel cinéma. Celui qui aime les scénarii les plus excentriques.

Boris Johnson dispose de la propriété intellectuelle de la version actuelle de cette idée. Il ne l’a présenté sur le plateau d’une émission de télévision comique,, mais en marge du 35e sommet franco-britannique.

Vingt-quatre ans après l’ouverture à la circulation du tunnel sous la Manche reliant le sud-est du Royaume-Uni au nord de la France, un ministre britannique vient proposer un pont par-dessus la Manche ?

Pour le secrétaire au Foreign Office, l’idée n’est pas une simple proposition dans l’air ou même un souhait angélique. Boris Johnson a confié au président français, à l’Académie royale militaire de Sandhurst, qu’il trouvait «ridicule» que leurs deux pays, à savoir «deux des plus grandes puissances économiques du monde» ne soient reliés que par une seule ligne ferroviaire.

A travers Twitter l’ex-Maire de Londres a ajouté : «Nos succès économiques dépendent de bonnes infrastructures et de bonnes connexions. Et si le tunnel sous la Manche n’était qu’une première étape?». Tout en rappelant que ce ministre de Sa Majesté est un fervent défendeur du Brexit

Selon le Daily Telegraph, le secrétaire au Foreign Office à ses conseillers, «la technologie évolue en permanence et il y a des ponts bien plus longs ailleurs dans le monde». Tout en étant convaincu qu’un pont de 34 kilomètres au-dessus de la Manche est envisageable. Financé par des capitaux privés, ce pont permettrait, d’accroître les échanges touristiques et commerciaux après le Brexit.

Une chose est certaine, et même plus que certaine, aucun de la partie française ne porte le même enthousiasme pour ce projet. Tout au plus, les français ont écouté avec politesse. Même si la presse britannique a insisté sur une phrase prêtée à Emmanuel Macron «I agree. Let’s do it» (Je suis d’accord, faisons-le), L’Élysée a confirmé vendredi que le sujet avait bien été évoqué avec Emmanuel Macron mais a démenti que le président français ait pu tenir ces propos.

Toujours selon l’Elysée : «Le président de la République lui a dit que le sujet des accès était important mais il n’a pas dit la phrase qui lui est attribué par les médias anglais». La présidence de la République a souligné dans ce sens, que le tunnel sous la Manche n’était utilisé qu’à 55% de sa capacité, «donc avant de faire un pont, utilisons le tunnel».

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, a lui aussi joué dans la finesse et la diplomatie. De passage à sur la station Europe 1 vendredi matin, il a déclaré : «Écoutez pourquoi pas, toutes les idées, mêmes celles qui sont parfois les plus farfelues, doivent être étudiées». En ajoutant aussi: «Essayons de rentabiliser le tunnel, essayons de faire le Lyon-Turin. Tout ça coûte cher. Avant d’envisager de nouvelles infrastructures, regardons comment est-ce qu’on peut achever celles qui sont lancées.».

Il se fait certain que ce projet, encore à l’état de souhait simple, dresse un ensemble de défis que la technologie actuelle est loin de maitriser totalement. Pour le site anglo-saxon d’actualité économique Business Insider, «les défis posés par un tel projet seraient considérables ». La distance entre le Royaume-Uni et la France va de 34 kilomètres entre Douvres et Calais à 240 kilomètres entre Exmouth et Saint-Malo. Mais même à l’endroit le moins large, « ce serait l’un des ponts les plus longs du monde»,

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *