BETA MODE
Chine – Etats-Unis : une guerre de taxes sans limites ? - Majalla Magazine
  • Edition actuelle

Economie

Chine – Etats-Unis : une guerre de taxes sans limites ?

Coin de vente de supermarché de Hong Kong affichant quelques marques de collations américaines. Comme le président des États-Unis Donald Trump a signé le projet de loi pour augmenter le tarif commercial contre les produits importés chinois entrant aux États-Unis. La Chine réagit en augmentant le tarif douanier des produits américains importés en Chine. (Getty)

 

Par Majalla

Les guerres les plus dévastatrices et les plus douloureuses, n’ont plus besoin ni de chars, ni d’aviations, et encore moins de fantassins ou armements lourds. Il suffit de hausser le taux d’intérêts pour absorber le maximum de liquidité sur les marchés financiers, ou opérer une OPA (offre public d’achat) sur une bourse à l’encontre d’une société opérant dans un secteur stratégique, pour que le monde de l’économie, et le monde tout court, bascule. Avec des répercussions que le commun des mortels ne voit pas de suite. Ou plutôt, ne lui accorde pas l’importance qu’il accorde à une attaque militaire classique.

Aussi, les guerres économiques se jouent en continu. Nul besoin parfois de les annoncer ou même de les clore en public. Tout se fait et se joue, avec le sourire aux lèvres et échanges des déclarations les plus diplomatiques.

Parmi les guerres économiques qui se jouent depuis quelques décennies, celles qui intéressent les Américains et les Chinois : Les premiers restent disposer de la première économie au monde, avec un billet vert (encore) prédominant sur les marchés et les transactions. Les seconds sont en trains de rattraper le retard, mais surtout en devenant tout simple «l’usine du monde».

Deux économies complémentaires disent certains : Tant l’économie chinoise dégage un excèdent budgétaire énormes, faisant gagner au pays et son économie des «montagnes de dollars» que les Chinois placent par intérêt dans les bons de trésor américain.

Deux économies contradictoires disent d’autres : Tant les américains crient haut et fort depuis des années, que les Chinois pratiquent une monnaie faible délibérément dans le but de doper l’exportation, mais aussi pratiquent un protectionnisme flagrant, afin de limiter les importations.

Donald Trump, depuis son arrivée à la Maison Blanche, et même depuis sa campagne électorale, a bien annoncé la couleur : Si besoin d’une guerre économique avec les Chinois, et même les Européens, le Monsieur ne va pas reculer…

Les Chinois sans pour autant opter pour le même ton colérique, ne cachent pas et l’annonce tout sourire, qu’ils ne laisseront personne marcher sur leur pelouse.

Conséquence : Les listes américaines et chinoises de produits appelés à être soumis à des droits de douanes, s’allonge de jour en jour, et annoncent un agenda politique très chargée pour les deux adversaires commerciaux.

L’administration Trump annonce son intention de taxer 50 milliards de dollars de produits «made in China». Les Chinois ne laissent pas attendre, ils décident d’imposer des taxes concernant 34 milliards de dollars d’exportations américaines. Telle une partie de pingpong, les Américains ripostent en annonçant l’intention d’imposer des droits de douanes sur des exportations chinoises d’une valeur de 200 milliards de dollars. Des listes qui valent des milliards. Washington et Pékin sont entrés, depuis quelques jours, dans une course : Qui va taxer le plus de produits exportés par l’autre.

A la manière des soldats d’engager une balle en prévision d’un prochain tir, les deux adversaires engagent des milliards de dollars dans cette guerre économique. Aussi, tout soldat chercherait à viser la zone fragile afin de rendre le tir mortel, les deux adversaires chercheraient chacun, à imposer la taxe qui fait le plus mal.

Selon le China Law blog, un site spécialisé dans l’analyse des lois chinoises, les taxes chinoises viseraient plutôt les produits agricoles et piscicoles. La raison de ce «tir ciblé» est très simple : le Soja, par exemple, provient d’Etats majoritairement ruraux qui votent traditionnellement pour les républicains.

Trump a usé du même stratagème : Frapper le point le plus faible de l’économie chinoise. Affaiblir les secteurs de l’économie chinoise jugés prioritaires par Pékin dans le cadre du plan «Made in China 2025», qui vise à faire du pays le leader mondial dans certains domaines technologiques. C’est ainsi que tout ce qui a trait à la robotique ou aux batteries électriques sera soumis aux taxes à l’importation de 10%.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *