• Edition actuelle

Santé

Pourquoi Alzheimer «aime» plus les femmes que les hommes ?

Linguistique expérimentale. Effectuer une électroencéphalographie (EEG) pour enregistrer l’activité électrique du cerveau en mesurant les fluctuations de tension le long du cuir chevelu. (Getty)

 

Par Nasreddine Ben Hadid

Dans un monde occidental, et même ailleurs, où le moindre signe de sexisme ou misogynie, est banni et surtout puni, la science vient de nous révéler que la maladie d’Alzheimer, qui touche de plus de personnes âgées et même moins âgées, «préfère» les femmes aux hommes.

Pourquoi une telle «discrimination» surtout basée sur le sexe ?

Dans le monde, cinquante millions de personnes vivent avec la maladie d’Alzheimer. Cette démence concerne le sexe féminin dans un peu plus de la moitié des cas. En France, la plupart sont des femmes aussi, plus de 60% des malades. Alzheimer est la quatrième cause de décès chez le sexe dit «faible».

Selon une étude américaine, chez les femmes de plus de 60 ans, la probabilité de développer un Alzheimer, est deux fois celles concernant un cancer du sein.

Le facteur démographique explique bien cette disparité. Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, six ans de plus en moyenne en France. Il serait normal pour les plus de 50 ans, par exemple, de constater à travers le monde, un nombre de femmes supérieur à celui des hommes.

Dans toutes les sociétés, ou presque, on compte plutôt les personnes âgées qui ont pu éviter cette démence, comme si elle devenait presque une fatalité, ou même un fléau. Les chiffres prouvent une inversion de la courbe. Les récentes recherches montrent qu’Alzheimer n’est plus un «destin». Au Royaume-Uni, les nouveaux cas ont diminué de 20% depuis vingt ans, majoritairement chez les hommes de plus de 65 ans. Certains experts expliquent bien ce phénomène, par les effets des campagnes de prévention contre le tabac et les problèmes cardiaques, tous deux étant des facteurs aggravants d’Alzheimer.

Le facteur démographique ne serait pas l’unique explication de l’attraction que porte la maladie d’Alzheimer envers les femmes plutôt que les hommes. La dépression, dont le lien a été établi avec Alzheimer, touche davantage les femmes. Certaines études ont prouvé que le déclin cognitif des femmes peut aussi être lié à la ménopause chirurgicale. Sans oublier les complications de grossesse qui peuvent entrainer une démence des années plus tard.

«Une prévention plus spécifique par sexe afin de donner plus d’informations sur les facteurs de risque qui concernent les femmes», serait plus que nécessaire. Telle est la conviction de Maria Teresa Ferretti, une chercheuse en biomédecine spécialisée dans la maladie d’Alzheimer.

Le groupe The Women’s Brain Project (WBP) fondé par plusieurs chercheuses a publié une analyse des recherches sur Alzheimer des dix dernières années en analysant les données par sexe et ce pour la première fois.

Pour les chercheuses du WBP, si le cerveau des femmes a tout de même tendance à décliner plus vite que celui de l’homme, il serait nécessaire et même vital d’ajuster les niveaux d’analyse en fonction de cette donnée.

Aussi, il faut noter la maladie progresse-t-elle plus vite chez les femmes, potentiellement à cause de la diminution des hormones œstrogènes avec l’âge. D’autres recherches tendent à montrer que les femmes réussissent mieux les tests dans les phases initiales. Chose qui démontre la nécessité d’adapter la détection de la maladie dans les cerveaux féminins.

Tout en sachant qu’à l’heure actuelle, on ne dispose d’aucun traitement curatif d’Alzheimer. Les scientifiques expliquent ce manque par le fait que les recherches ne sont pas adaptées et qu’elles n’incluent pas assez de femmes dans les études. Sans oublier le manque de ressources financières. Si on arrive à régler ces question «on peut faire de nouvelles hypothèses et trouver de nouvelles façons d’améliorer le traitement des patients et patientes», explique Ferretti.

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *