• Edition actuelle

Profile

Souad Abderrahim… Une alchimie à la croisée de la pharmacie et de la mairie

Texte : Moncef Mezghenni

Dessin : Ali Mendalaoui

– 1 –

Souad Abderrahim, originaire du village d’El-Metouia, à la périphérie de Gabès, née à Sfax en 1964. Elle est pharmacienne (une fine alchimie politique du parti Ennahdha). Sans voile ou tenue sectaire… Souad est membre du Bureau politique du Mouvement Ennahdha, mais se dit indépendante. Mariée et mère de deux filles.

– 2 –

Souad fut candidate du parti Ennahdha. A remporté la présidence de la Mairie de Tunis, à travers une course, à laquelle ont participé tous candidats des autres partis en compétition…

– 3 –

Il est remarquable que Madame Souad soit la seule femme ne portant pas le voile, parmi les femmes du parti des Frères Musulmans Ennahdha. Elles sont toutes voilées ou portant le niqab. Elle apparaît à la Chambre des représentants, et pendant ses activités politiques, tête nue et habillée à la manière des autres femmes tunisiennes modernes.

– 4 –

Souad Abderrahim dispose d’une histoire avec le hijab, porté à l’université, et à la faculté de pharmacie de Monastir (ville natale d’Habib Bourguiba). Elle, membre de la mouvance de tendance islamique, depuis ses études secondaires à Tunis.

– 5 –

Elle fut contrainte de débarrasser de son hijab, sans conviction au début, puis à l’arrivée du Général Zine-El-Abidine Ben Ali au ministère de l’Intérieur, puis le premier ministère. Pour aboutir à la direction du pays suite au coup d’État contre le président à vie: Habib Bourguiba.

– 6 –

Le régime de Ben Ali a tenté une ouverture généralisée dès la prise du pouvoir. Les prisonniers politiques ont été libérés, la plupart du parti Ennahdha dirigé par Rached Ghannouchi. Pour finir à une intransigeance qui a conduit à une campagne sécuritaire contre le voile et le niqab chez les femmes, ainsi que la barbe chez les hommes. Sous prétexte que ces deux comportements sont révélateurs d’une appartenance sectaire et politique, pour ne pas dire une opposition et résistance politique.

– 7 –

En se débarrassant de son voile, Souad n’a nullement délaissé ses convictions et même son appartenance au mouvement islamiste Ennahdha. Uniquement, elle a pensé que l’habit ne peut faire le moine.

– 8 –

Mais quand Ben Ali fut déchu suite à un soulèvement populaire après 23 ans, le 14 janvier 2011, Souad Abderrahim n’a pas remis son hijab, faisant comme si le président Ben Ali était au pouvoir.

– 9 –

Le parti du mouvement Ennahdha voyait l’apparence de Mme Souad une forme à la fois de divertissement et de diversité. Fruit de la spécificité de la situation, car cette femme croit aux principes du Mouvement Islamiste, mais aussi représente une sorte de «pluralité» que le parti aime bien faire apparaitre. A savoir une certaine tolérance et modernisme dans la pensée des Frères Musulmans.

– 10 –

Souad Abderrahim insiste concernant son indépendance. A l’inverse du mouvement Ennahdha, qui la considère sienne. Certains observateurs considèrent que la mairie peut constituer une possible passerelle (et nullement certaine) pour le Palais Présidentiel. Le cas de Jacques Chirac, président de la République française après un passage par la Mairie de Paris. Le président iranien Ahmadinejad venu de la Mairie de Téhéran et Erdogan arrivé au palais présidentiel via la Marie d’Istanbul) : Les mairies des capitales sont-elles devenues une passerelle vers le palais présidentiel? D’autres considèrent que certaines mairies ont porté plusieurs prétendants, mais ont avorté avant de les placer dans le palais présidentiel.

– 11 –

Certains du parti de Souad Abderrahim, voient que nul peuple ne peut réussir sous la direction d’une femme… D’autres pensent qu’il faut mieux laisser une chance à une femme pour diriger les affaires municipales. Des femmes espèrent une amélioration des services municipaux sous la présidence de Souad. A l’inverse de ceux qui espèrent que le parti Ennahdha laisse cette femme œuvrer en collaboration avec les autres élus du Conseil Municipal en toute liberté.

– 12 –

L’ascension de Souad Abderrahim à la présidence de la Mairie de la capitale tunisienne, constitue réellement un événement historique: Elle est la première femme à remporter le poste de Maire de Tunis depuis sa création de la municipalité en 1789. Chose anodine : Le Maire de Tunisie portait aussi le titre de Cheick, que cette femme va porter au féminin certainement.

– 13 –

Souad Abdel Rahim ne peut travailler que sous la lumière de l’opposition, porteuses d’équations politiques certaines: les décisions municipales sont semblables à celles prises dans une officine, mais avec des spécifications, des approbations, des formes et des normes différentes et bien distinctes du monde de la pharmacie. Ajoutez-y les conflits politiques existants.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *