• Edition actuelle

Economie

« Al boraq » prends son envol!

Les nouvelles rames du LGV.

Par Sarra BELGUITH

* La nouvelle ligne LGV court de Tanger à Casablanca sur 350 km, avec des pointes de vitesse oscillant entre 180 et 320 km/h, reliant les deux pôles économiques en 2h10 au lieu de 4h45 actuellement.

*Une véritable épopée marquée de prouesses techniques, technologiques et architecturales

 

Maroc: Al Boraq, le train le plus rapide en Afrique et dans le monde arabe, avec une vitesse de pointe de 320 km/h, a été inauguré le 15 novembre dernier à Tanger par le roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron. Doté d’une rotation quotidienne de 26 navettes, cette LGV a nécessité un investissement de 23 milliards de dirhams.

 

Le lancement du premier TGV marocain, baptisé « Al Boraq », a été effectué jeudi dernier par  le président français Emmanuel Macron et le roi Mohammed VI, qui ont inauguré la ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca, présentée comme « la plus rapide d’Afrique ».

Des ouvrages d’art ont été spécialement réalisés pour la ligne du LGV.

 

Des pointes de vitesse

La nouvelle ligne LGV court de Tanger à Casablanca sur 350 km, avec des pointes de vitesse oscillant entre 180 et 320 km/h, reliant les deux pôles économiques en 2h10 au lieu de 4h45 actuellement. Un total de 70 milliards de dirhams (environ 6,5 mds EUR), dont le tiers pour la seule LVG, ont été investis ces dernières années pour la modernisation du réseau ferroviaire marocain, selon les chiffres officiels.

De l’inspiration Royale aux premiers essais dynamiques, en passant par le montage financier et les études de conception, la concrétisation du projet LGV Maroc est une véritable épopée marquée de prouesses techniques, technologiques et architecturales. Le tout, imprégné de l’authenticité et de la richesse du patrimoine culturel du Royaume et parfaitement intégré dans l’environnement.

Dans une première étape de réalisation du schéma directeur des lignes à grande vitesse, l’Office National des Chemins de Fer pilote avec professionnalisme et détermination un projet d’une technicité et d’une ampleur inédite au Maroc.

Le chantier qui avait été lancé en septembre 2011 par le président de l’époque, Nicolas Sarkozy, et avait reçu la visite en septembre 2015 de François Hollande, a permis au Maroc de se positionner comme un « hub africain ». Ce grand projet ouvre « la voie de la modernité, du développement et du progrès technologique », selon la MAP.

 

e roi Mohammed en compagnie du président de la République française lors de l’inauguration de la Ligne à Grande Vitesse qui reliera Tanger à Casablanca.

Un réseau du XXIe siècle

Le Maroc est « parti d’un réseau des années 80 pour un réseau du XXIe siècle avec une technologie de pointe », a déclaré à l’AFP le PDG de la compagnie ferroviaire française SNCF, Guillaume Pépy.  « C’est une véritable fierté d’avoir transféré la totalité de nos savoir-faire en dix ans ».La compagnie marocaine ONCF table sur six millions de passagers après trois ans d’exploitation. Le coût de la LGV, financé à 50% par la France via différents prêts, s’élève à environ 23 milliards de dirhams (2 mds EUR), soit environ 15% de plus que les estimations initiales, mais très en deçà des coûts moyens européens, selon le ministère marocain des Transports.

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a décidé de mettre en service la LGV Al Boraq, à raison de 26 navettes par jour entre Tanger et Casablanca, via Kénitra et Rabat. L’ONCF a lancé une campagne promotionnelle en offrant au public la gratuité des voyages pour trois journées, celles des 26, 27 et 28 novembre 2018 entre Tanger et Casablanca, aller et retour.

Les gares commenceront à délivrer les billets pour Al Boraq à partir de vendredi 23 novembre. Les liaisons payantes débuteront, quant à elles, jeudi 29 novembre.

Le président français  et le Roi du Maroc ont affiché leur proximité pendant les cérémonies d’inauguration. Ils ont partagé un déjeuner de travail à bord du train flambant neuf, après leur départ de l’immense gare rénovée de Tanger, grand hub maritime entre Afrique et Europe. Le lancement de la LGV est vue côté français comme une occasion de mettre en valeur le savoir-faire des entreprises.

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *