• Edition actuelle

Art

Restitution d’œuvres d’art africaines: le cas de l’Algérie

Le canon d’Alger, surnommé «Baba Merzoug» en Algérie et «Le Consulaire» en France, saisi par l’armée française en 1830. Erigé en colonne, le canon est installé depuis 1833 dans la cour de l’arsenal de Brest, dans l’ouest de la France. Photo prise en 2011.

La décision prise par Emmanuel Macron le 23 novembre de restituer 26 œuvres d’art au Bénin, a fait tache d’huile. Des questions se posent ici et là en Afrique concernant tous les aspects la question. Pourquoi 26 uniquement ? Pourquoi le Bénin ? Pourquoi la restitution ne concernerait pas l’intégralité des œuvres. Surtout que l’historienne d’art française Bénédicte Savoy et l’universitaire et écrivain sénégalais Felwine Sarr, ont remis au président français un rapport à ce sujet. Zahia Rahmani, commissaire en 2016 de «Made in Algeria», la première grande exposition sur l’Algérie en France, et responsable du domaine de recherche «Histoire de l’art mondialisée» à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, se demande avec étonnement pourquoi cette décision ne concerne ni l’Algérie ou encore l’Egypte.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *