• Edition actuelle

Politique

Nigeria: L’armée veut reprendre Baga aux djihadistes à tout prix

Par La Majalla

 

Des sources militaires et de sécurité nigériane, ont annoncé lundi que l’armée est sur le point de lancer une offensive pour reprendre la ville stratégique de Baga aux jihadistes de Boko Haram.

Il faut rapperler que des combattants du groupe de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), une faction de Boko Haram affiliée à Daech, ont pris le contrôle jeudi de Baga, un important port de pêche sur le lac Tchad, après avoir pris d’assaut deux bases de l’armée nigériane et de la Force multinationale mixte (MNJTF), qui accueille des unités du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun.

Sous condition d’anonymat, des sources militaires et des membres de milices civiles combattant aux côtés de l’armée, Des dizaines de véhicules militaires venus de la capitale régionale Maiduguri sont entrés dimanche soir à Monguno, à 50 km de Baga, dans la perspective de l’offensive pour reprendre la ville.

Selon un officier de l’armée nigériane «Des moyens militaires ont été déployés à Monguno en préparation d’une opération visant à reprendre Baga aux terroristes de Boko Haram».

«40 camions militaires transporteraient des troupes dans la ville dimanche soir », selon des témoignages recueillis auprès d’habitants de Monguno

«L’ordre a été donné de reprendre Baga aux terroristes de Book Haram. L’offensive va bientôt commencer », a indiqué une autre source militaire. Aussi, une milice civile combattant aux côtés de l’armée va participer aux opérations pour la reprise de Baga, a confirmé un de ses membres.

Dans la ville, les djihadistes parcourent les rues, maison après maison, pour trouver et tuer des miliciens, ont témoigné des habitants.

En janvier 2015, Boko Haram avait déjà pris le contrôle de Baga, tuant des centaines d’habitants. La ville avait ensuite été reprise mais les djihadistes continuent d’attaquer l’armée et les civils dans cette zone qui est un bastion de l’ISWAP.

Après la prise de Baga, Boko Haram contrôle la majorité des rives du lac Tchad, selon des sources de sécurité.

L’insurrection djihadistes, qui a débuté au Nigeria en 2009, a fait au moins 27.000 morts et provoqué une grave crise humanitaire avec 1,8 million de déplacés.

Candidat à sa propre succession en février prochain, le président nigérian Muhammadu Buhari est fortement critiqué pour son échec à éradiquer Boko Haram, comme il l’avait promis, alors même qu’il a assuré à plusieurs reprises que le groupe djihadistes était «techniquement vaincu». Sachant que ceconflit s’est aussi étendu vers les pays voisins, le Tchad, le Niger et le Cameroun.

La situation est telle dans la région que les pays du lac Tchad ont demandé, lors d’une réunion de leurs dirigeants fin novembre à N’Djamena un soutien de la communauté internationale dans leur «lutte contre le terrorisme».

 

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *