La FIFA s’associe avec l’Union africaine, l’OMS et la CAF dans une campagne de sensibilisation

Violences domestiques en Afrique

*Les raisons des violences domestiques sont multiples, à commencer par l’acceptation de l’inégalité des sexes et de normes sociales qui cautionnent la violence, ou encore des antécédents de maltraitance, d’exposition à la violence ou d’éducation coercitive pendant l’enfance.
 *Le protocole d’accord entre l’Union africaine, la FIFA et la CAF,  couvre la mise en œuvre de campagnes conjointes sur des sujets d’intérêt commun et la promotion de l’égalité des sexes, qui constitue un principe clé.

Dans le monde entier, près d’une femme sur trois est victime au cours de sa vie de violences physiques. Ces violences sont le fait du partenaire et surviennent à la maison. Ainsi, jusqu’à 38% des féminicides sont commis par le partenaire. Selon les estimations, un milliard d’enfants de 2 à 17 ans (soit la moitié des enfants de la planète) ont également subi des violences physiques, sexuelles ou émotionnelles ou des négligences au cours de l’année écoulée.
Les raisons des violences domestiques sont multiples, à commencer par l’acceptation de l’inégalité des sexes et de normes sociales qui cautionnent la violence, ou encore des antécédents de maltraitance, d’exposition à la violence ou d’éducation coercitive pendant l’enfance. L’abus d’alcool peut également entraîner des violences. Les situations génératrices de stress, telles que celles provoquées par la pandémie du Coronavirus et l’instabilité économique, multiplient les risques. En raison des mesures de distanciation physique actuellement en vigueur dans de nombreux pays, les femmes et les enfants ont en outre plus de difficultés à alerter leur famille, leurs amis ou des professionnels de la santé, qui pourraient leur apporter soutien et protection.
En Afrique, bien que la prévalence de l’acceptation et de l’incidence des violences domestiques  a reflué d’environ 10 points, ce progrès ne peut être considéré que comme un début. Avec un taux de 51 %, l’acceptation de cette forme de violences reste étonnamment élevée et est deux fois supérieure à la moyenne des autres régions en développement. 
 
Afin de lutter contre le fléau des violences domestiques sur le continent africain, la FIFA s’est alliée à l’Union africaine, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Confédération Africaine de Football (CAF) pour mener une campagne intitulée #SafeHome, pour aider les femmes et les enfants victimes de ces violences, en particulier en cette période où les mesures de confinement liées à la pandémie de Covid-19 les a rendus encore plus vulnérables en Afrique. 
Plusieurs stars du football africain soutiennent cette campagne par le biais de vidéos publiées sur les réseaux sociaux et les médias traditionnels.


 

Abel Xavier, prendra part à lacampagne #SafeHome qui sera lancée sur tout le continent africain.
 


Un protocole d’accord
 
Ainsi, le protocole d’accord entre l’Union africaine, la FIFA et la CAF,  couvre la mise en œuvre de campagnes conjointes sur des sujets d’intérêt commun et la promotion de l’égalité des sexes, qui constitue un principe clé. Parmi les autres domaines de collaboration figurent l’éducation par le football, l’intégrité dans le sport ainsi que la sûreté et la sécurité lors des matches de football.
A cet égard, le Président de la FIFA, Gianni Infantinoa indiqué qu’il est « de notre devoir d’utiliser l’immense popularité du football en Afrique pour sensibiliser les gens à cette problématique sociétale. Et le message est très clair : la violence n’a pas sa place dans nos vies, ni à la maison, ni dans le football ». Il a ajouté être ravi de lancer avec des partenaires tels que l’Union africaine, l’OMS et la CAF, cette campagne sur un sujet aussi important que la violence domestique, laquelle est exacerbée par les mesures de confinement et les restrictions de déplacement mises en place en réponse à la pandémie de Covid-19. 
Pour sa part, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus a souligné que « La violence à l’encontre des femmes est une menace importante pour leur santé et celle de leurs enfants ».Pour lui, il s’agit d’une grave atteinte aux droits humains et qu’il faut immédiatement y mettre un terme. A cet effet, il a indiqué que l’OMS est fière de se tenir aux côtés de la FIFA, de l’Union africaine et de la CAF pour le lancement de cette campagne sur le continent africain afin d’attirer l’attention sur ce problème crucial. « Nous sommes déterminés à créer un monde où les femmes peuvent vivre librement sans faire l’objet de violences ou de discriminations. », a-t-il ajouté à ce propos.
Dans le même sillage, le président de la CAF, Ahmad Ahmad, explique de son côté que dans les foyers comme sur les terrains de football, tout le monde a droit au respect et à la sécurité. « La violence domestique, physique et morale, surtout contre les enfants et les femmes, doit être dénoncée. N’ayez ni peur, ni honte d’appeler à l’aide si vous êtes victime de violences dans votre propre maison », a-t-il asséné. 

 

President FIFA


 
Pour mener, cette campagne #SafeHome sera menée sur tout le continent africain par neuf stars du football à savoir Abel Xavier, Emmanuel Amunike, Sarah Essam, KhalilouFadiga, Geremi, Rabah Madjer, Lúcia Moçambique, Asisat Oshoala et Clémentine Touré pour promouvoir des messages clés dans les vidéos qui seront postées sur les divers canaux numériques de la FIFA, ainsi que sur les canaux de l’Union africaine et de l’OMS. Elle inclut également une série d’outils multimédias à destination des associations membres de la FIFA et des médias afin de faciliter l’adaptation du message aux différents contextes locaux et d’en amplifier encore davantage la portée dans le monde.
Passe le message
Il est à noter que ce n’est pas la première fois que la FIFA enjoint ses associations membres à diffuser activement des messages de soutien aux personnes vulnérables en Afrique et ailleurs pour aider les victimes ou les personnes exposées aux dangers et autres menaces. C’est ainsi que  l’instance dirigeante du football mondial a  invité ses membres à passer en revue leurs propres mesures de prévention et de protection à l’aide du guide FIFA, pour combattre le coronavirus afin de faire en sorte que le football demeure sûr et appréciable pour toutes et tous, en particulier pour les femmes et les plus jeunes membres de la famille du football et ce, à travers une campagne intitulée « Passe le message »qui vise à préserver la santé de tous conformément aux recommandations de l’OMS et diffuse les cinq messages clés suivants : se laver les mains, se couvrir la bouche et le nez en cas de toux ou d’éternuement, éviter de se toucher le visage, garder ses distances et rester chez soi lorsqu’on ne se sent pas bien.