Quelles pistes pour gérer la 2e vague du Coronavirus en Tunisie ?

Hechemi Louzir, directeur général de l’Institut Pasteur, lors d’une conférence de presse tenue, le 02 septembre 2020, au siège du ministère de la Santé.

* depuis la réouverture des frontières le 27 juin, le retour de la pandémie s’est fait irrévocablement en un claquement de doigt. Le fantôme du virus plane sur la vie des citoyens tunisiens.
* Certains politiciens ont imputé la responsabilité du retour du virus au gouvernement précédent
* En vue de préparer la rentrée scolaire qui s’annonce difficile, les ministères de la Santé et de l’Education ont mis en place un protocole sanitaire rigoureux.
* 310 000 vaccins contre la grippe saisonnière seront disponibles à partir du 1er octobre dans les hôpitaux et dans les pharmacies privées
* un projet de vaccin tunisien a été lancé depuis le début de l’épidémie en mars dernier

 

Une deuxième vague de pandémie constitue une menace imminente pour tous les pays du monde, surtout après les records de contaminations et les retombées dévastatrices induites par la crise sanitaire.
Face à l’ampleur et au caractère inédit de cette crise mondiale, la Tunisie a pu réaliser des succès dans sa lutte contre le Coronavirus, grâce aux mesures de prévention mises en place et sa stratégie de confinement obligatoire, assez bien respectée à l’échelle nationale. Cependant, depuis la réouverture des frontières le 27 juin, le retour de la pandémie s’est fait irrévocablement en un claquement de doigt. Le fantôme du virus plane sur la vie des citoyens tunisiens.
Certains politiciens ont imputé la responsabilité du retour du virus au gouvernement précédent qui a autorisé la réouverture des frontières le 27 juin sans mesures sanitaires drastiques au niveau des aéroports et des postes frontaliers. Ils ont pointé du doigt certains responsables qui ont demandé de faire passer quelques pays de la liste rouge à la liste verte en quelques jours, d’autant plus que le test PCR n’était pas exigé à tous les voyageurs.
Le limogeage du ministre de la Santé, Abdellatif Mekki, figure appréciée des Tunisiens, par le chef du gouvernement démissionnaire Elyes Fakhfakh, en pleine crise sanitaire, a, également, suscité une grande inquiétude quant à la gestion de la pandémie.
Cela dit, des partis politiques, à l’instar de Qalb Tounes, ont appelé à la nécessité de mettre de côté les divergences pour s’unir contre la crise.

 

Le chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, lors d’une visite à l’école primaire ‘’Sami Mrabet’’, à Akouda (gouvernorat de Sousse), 15 septembre 2020.
 


 

Nouvelle liste des pays selon leur situation épidémiologique…
Le ministère de la Santé a publié, jeudi 24 septembre 2020, une nouvelle liste actualisée de la classification des pays en fonction du niveau de risque pandémique, 58 pays dans la liste verte (pays à faible risque de contamination) et 60 pays dans la liste orange (pays à moyen risque de contamination). Cette classification est susceptible d’évoluer.
Plusieurs pays ont été classés sur la liste rouge, comme la France, l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre, la Belgique, la Suisse et la Russie, selon la nouvelle classification des pays, publiée plus d’un mois après la dernière mise à jour du 20 août 2020, et qui tient compte des critères scientifiques des indicateurs épidémiologiques relatifs à l'infection au SARS-CoV-2 (COVID-19). D’autre part, la liste orange comprend des pays, comme l’Italie, la Suède, la Norvège, l’Allemagne, la Serbie, la Finlande, la Pologne, la Grèce, la Bulgarie, le Canada et la Jordanie. L’Australie, la Mauritanie, la Côte d’Ivoire, la Chine, le Cameroun, Chypre et d’autres pays ont fait leur entrée dans la liste verte.
Concernant les pays arabes, la nouvelle classification a inclus la Mauritanie dans la liste verte, et la Jordanie dans la liste orange. Le reste des pays arabes sont donc placés dans la liste de la zone rouge en raison de la forte circulation du virus.
Les personnes venant des pays classés sur les listes verte et orange peuvent entrer en Tunisie, quelle que soit leur nationalité. Seuls les Tunisiens issus de pays de la liste rouge ou les résidents en Tunisie sont autorisés à franchir les frontières tunisiennes.
Selon un communiqué du ministère, toutes les voyageurs sans exception, quelle que soit leur classification, doivent présenter un test RT-PCR négatif effectué 72 heures avant la date du voyage et sans dépasser 120 heures à l’arrivée du vol en Tunisie.
Le ministère de la Santé recommande aux personnes venant des zones vertes de s’auto-confiner une semaine au moins. Concernant les Tunisiens ou résidents en Tunisie en provenance de pays classés en zone rouge, ils doivent s’isoler pendant une période de 14 jours (7 jours dans l’un des centres de confinement obligatoire et 7 jours à domicile si le deuxième test RT-PCR est négatif).
Et d’ajouter que les voyageurs venant des pays classés en zones orange et rouge devraient effectuer un deuxième test RT-PCR entre le cinquième et le septième jour de leur arrivée en Tunisie. 
 
Liste verte des pays à faible risque de contamination.
 

 
Un protocole sanitaire mis en place pour la rentrée scolaire…
En vue de préparer la rentrée scolaire qui s’annonce difficile, les ministères de la Santé et de l’Education ont mis en place un protocole sanitaire rigoureux. Cependant, les challenges sont nombreux…
Selon le chargé de communication au ministère de l’Education, Mohamed Haj Taieb,  461 écoles et lycées sont privés de l’eau potable dans plusieurs régions du pays. Pour résoudre le problème, le ministère compte installer des citernes d’eau. Une situation déplorable qui a incité le ministère de l’Education à appliquer un protocole sanitaire dans tous les établissements éducatifs.
Ce protocole a été conçu au profit des établissements d’enseignement et de formation relevant de 6 ministères : Éducation, Enseignement supérieur, Femmes, Affaires religieuses, Affaires sociales et Emploi et formation professionnelle.
Ainsi, les élèves doivent laver les mains régulièrement. Le port du masque est obligatoire pour les élèves dont l’âge est supérieur à 12 ans, les étudiants, les enseignants et le personnel administratif.
Le protocole regroupe d’autres pratiques à l’instar de la désinfection des espaces communs une fois par jour et les toilettes deux fois par jour. Un contrôle de température à l’entrée des établissements éducatifs est recommandé, si les moyens le permettent.
Les syndicats de l’enseignement ont estimé que de telles mesures sont inapplicables dans certains établissements en raison de leurs infrastructures dégradées.
La rentrée scolaire fut exceptionnelle et progressive cette année. L’enseignement se fait par groupes et certaines matières pourraient être supprimées.
 
Liste orange des pays à moyen risque de contamination.
 

 
Décisions urgentes prises en faveur du secteur médical…
Plusieurs régions en Tunisie ont été durement touchées par le Coronavirus. La situation sanitaire à Monastir est alarmante. Les habitants de ce gouvernorat ont même menacé d’entamer une grève générale.
Une séance de travail a été tenue, au siège du gouvernorat de Monastir, le 25 septembre 2020, sous la supervision du ministre de la Santé, le Dr Faouzi Mehdi, en présence du gouverneur de Monastir et les députés de la région au sein de l’Assemblée des représentants du peuple, ainsi que les représentants des organisations nationales et de la société civile. Au cœur de cette réunion, l‘examen des décisions urgentes et drastiques pour endiguer la propagation du Coronavirus. Le ministre de la Santé a annoncé les mesures urgentes ci-après :
1-Augmentation du nombre de lits de réanimation à 18 lits réservés aux malades Covid.
2-Augmentation du nombre de lits d’oxygène de 20 lits à 60 lits.
3-Création d’une unité supplémentaire pour les lits de réanimation.
4-Création d’hôpitaux de terrain à Monastir et Menzel Nour.
5-Recrutement du personnel médical dans le secteur vital de la santé dans le gouvernorat de Monastir.
6-Lancement du centre régional d’hébergement des sujets porteurs de Covid-19 à Monastir, à partir du samedi 26 septembre 2020.
7-Numérisation de l’hôpital universitaire Fattouma Bourguiba de Monastir.
 
310 000 vaccins contre la grippe saisonnière commercialisés dès octobre….
Les experts estiment que les vaccins contre la grippe saisonnière sont sûrs et nécessaires pendant la pandémie. En effet, l'utilisation des masques, le lavage régulier des mains et la distanciation sociale…toutes ces mesures préventives prises pour lutter contre la pandémie devraient contribuer à réduire les infections liées à la grippe saisonnière.
Même si le vaccin contre la grippe est indispensable pour les populations à risque par le Coronavirus, il ne protège pas du Coronavirus, a précisé Hechemi Louzir, directeur général de l’Institut Pasteur, lors d’une conférence de presse tenue à Tunis.
“La tranche sociale la plus susceptible au coronavirus (personnes âgées, malades chroniques et femmes enceintes) est la même en ce qui concerne la grippe saisonnière’’, a-t-il révélé. 
‘’Une personne peut attraper à la fois la grippe et le coronavirus et dans ce cas de co-infection, les conséquences sont plus graves’’, a-t-il expliqué.
310 000 vaccins contre la grippe saisonnière seront disponibles à partir du 1er octobre dans les hôpitaux et dans les pharmacies privées, a assuré Louzir.
 
Un vaccin tunisien anti-covid…
Tahar Gargah, directeur général de la Santé, a annoncé la création d'un comité chargé de mener des projets de vaccin anti-covid, composé d'experts de différentes spécialités médicales et scientifiques, telles que la virologie, l'épidémiologie et l'immunologie.
Gargah a ajouté que ce comité est chargé d'identifier les personnes à risque qui devraient être vaccinées en premier, une fois le vaccin anti-covid découvert, validé et commercialisé.
De son côté, le directeur général de l’Institut Pasteur de Tunis (IPT), Hechmi Louzir, a fait savoir qu’un projet de vaccin tunisien a été lancé depuis le début de l’épidémie en mars dernier. L’équipe ayant développé un vaccin DNA (à base d’ADN) contre la rage, a pour mission de développer un vaccin du même type contre le Coronavirus.
À un stade ultérieur les résultats seront publiés. Les chercheurs passeront aux stades cliniques qui incluent les essais humains, si le vaccin se montrerait efficace sur les animaux. ‘’Il s’agit d’un Projet modeste qui en est à l’étape préclinique’’, a indiqué Louzir, notant que ‘’des expériences ont été menées en laboratoire chez les souris et les lapins’’.
Le Directeur de l’Institut Pasteur a fait remarquer que rien ne prouve que le virus ait muté et soit devenu moins virulent, surtout que les cas d’infection asymptomatiques ont augmenté.
Hechmi Louzir a, également, recommandé d’éviter les embrassades, et de respecter les mesures préventives, jusqu’à ce qu’un vaccin ou des médicaments efficaces contre le Coronavirus soient prêts d’ici six à sept mois.
 
La Tunisie reçoit un don de 25.500 tests de dépistage de l’UNICEF
L’UNICEF a fait don à la Tunisie d’une quantité de kits de dépistage contre le Coronavirus permettant d’effectuer jusqu’à 25500 tests dans le but d’intensifier les efforts nationaux en matière de lutte contre l’épidémie. Ces kits sont financés par le programme d’aide américain ‘’USAID’’.
Une cérémonie pour réceptionner ces équipements médicaux a été organisée au siège du ministère de la Santé, le 23 septembre 2020.
Le ministre de la Santé Faouzi Mahdi a fait savoir que le nombre de tests réalisés quotidiennement en Tunisie s’élèverait et ce, pour pouvoir contenir les foyers de contaminations.