« Une terre promise »

Livre d'Obama (1) ... le dernier vol d’Air Force One



* Il fait une "présentation sincère" de ses années à la Maison Blanche. Il y rapporte non seulement la narration des événements, mais aussi les interactions politiques, économiques et culturelles.

* Ceux qui liront ce livre remarqueront qu'Obama, en fait, n'a pas négligé les aspects personnels, bien que le livre soit un document politique historique important

 
Washington : Mardi dernier, le livre des mémoires de l'ancien président Barack Obama a été publié. Après avoir attendu quatre ans.
 
Ceci est la première partie d’une trilogie qui se compose de 751 pages.
 
Cela s'est presque terminé avec la fin de son premier mandat avec le raid américain ( en 2011) durant lequel Oussama Ben Laden, fondateur et chef d'Al-Qaïda fut abattu. Il a fourni de nombreux détails sur le raid, mais n'a pas révélé de nouvelles choses.
La deuxième partie du livre devrait couvrir les années suivantes de sa présidence américaine.
Outre l'anglais, la première partie devrait être imprimée dans une vingtaine de langues, dont l'arabe.
C'est le troisième livre écrit par Obama. Le premier était "Dreams From My Father" (rêves de mon père), en 1995. Le second était "Odessy y of Hope" (périple de l’espoir), en 2006. En plus d'un livre pour enfants: "Letter to My Daughters" (Une lettre à mes filles), un petit livre de 41 pages, sorti en 2010, alors qu'Obama était déjà à la Maison Blanche.
Des commentaires ont été véhiculés sur le prix bas du livre.
Son prix (27 $) n'est pas super comparé au prix des livres des deux anciens présidents : Bill Clinton et George W. Bush. Les commentaires indiquaient que le prix faisait partie du contrat signé par Obama avec la société d'édition new-yorkaise Penguin Random. (Il s'agit de la société mère à laquelle Crown est affiliée). Au cours de la décennie, Obama l'a délibérément mis à la disposition de ceux qui ne le pourraient peut-être pas se le procurer, comme de nombreux Noirs et autres minorités.
Pourtant, la valeur du contrat (65 millions de dollars) était la plus élevée de l'histoire des mémoires des présidents américains. Il s'agit d'un contrat conjoint qui comprenait «Becoming» (Transformation), les mémoires de Michelle Obama. Lequel, depuis sa sortie il y a deux ans aux deux conjoints à plus de 65 millions de dollars.
On s'attend à ce que la même chose se produise pour ce livre d'Obama.
En 2000, l'ancien président Clinton a reçu 15 millions de dollars pour "Ma vie", un livre sur ses années à la Maison Blanche. Sa femme, Hillary Clinton, a reçu 12 millions de dollars pour «Hard Choices», un livre sur ses années à la Maison Blanche.
 
Le livre d'Obama
Avant mardi, jour de la publication du livre d'Obama, des informations qui ont été fuitées sur le livre ont fait sensation. Et cela est dû à sa pertinence par rapport aux développements politiques actuels et le vif conflit entre les partis démocrate et républicain et en raison notamment de l'incertitude si le président Donald Trump allait perdre face à son rival, Joe Biden.
Dans le livre, Obama a sévèrement critiqué les dirigeants du Parti républicain, affirmant qu'ils avaient entravé la mise en œuvre de ses politiques intérieures et étrangères, surtout après avoir pris le contrôle du Sénat (en 2010).
Les commentateurs du livre ont déclaré que l'histoire se répète et que les républicains, même s'ils persuadent Trump de quitter la Maison Blanche, dresseront des barrières devant le nouveau président Biden.
Cependant, Obama a même critiqué certains de ses collègues démocrates.
Obama avait terminé le livre avant que le Parti démocrate ne choisisse Biden pour la présidence. Mais il a décrit Biden, son adjoint pendant huit ans, comme un homme respectable, même s'il prônait un discours " très indéterminé".
Pourtant il l’a flatté bien qu'il ait avoué que les différences entre eux étaient nombreuses, non pas dans les opinions politiques, mais dans leurs passés tels que la naissance et l'éducation.
Obama a aussi beaucoup critiqué le sénateur démocrate John Edwards, qui était son rival pour briguer la présidence au nom du Parti démocrate (en 2008). « C'était comme la production industrielle de plastique », dit-il de lui. « Il excitait la masse mais avait les mains vides et sans contenu. Il était comme un garçon dans un groupe qui faisant la publicité devant le centre commercial », a-t-il souligné.
Critique des républicains
Cependant, Obama a réservé la plupart de ses critiques aux dirigeants républicains, en particulier le sénateur Mitch McConnell, le chef de la majorité au Sénat depuis 2010, lorsque les républicains ont remporté les élections au Sénat et se sont dressés contre le président Obama.
Obama a écrit dans son livre : « L’action des démocrates dirigés par McConnell était insolente» et les a accusés de «vouloir gouverner par tous les moyens».
Obama a écrit qu'il était entré à la Maison Blanche et s'était engagé auprès des républicains à coopérer avec eux. Mais il a expliqué, avec colère et frustration, comment "le parti d'opposition a toujours été dans l'opposition".
Obama a raconté comment il a passé « d'innombrables heures » à chercher à inciter les républicains à soutenir son programme de santé (Obama Care) quand les sénateurs républicains avaient refusés de voter la loi mais qu’il l’a pourtant remporté avec une seul voix de différence.
Obama a écrit sur "l'atmosphère toxique" à Washington, due aux obstacles républicains. Il a évoqué les allusions selon lesquelles il était musulman et qu'il n'était pas né aux États-Unis et le fait de faire des remarques quant à sa race.
De manière inattendue, Obama a reconnu dans le livre l'hostilité à laquelle il a été confronté de la part des républicains, au cours de ses huit années à la Maison Blanche, ce qui l'a amené à se remettre en question et à s'interroger sur sa capacité à être président.
Il a écrit : «Je suis entré à la Maison Blanche sous le slogan (Oui, nous pouvons) (Yes we can). Mais j'ai été frappé par des accès de suspicion, de désespoir et de remords ».
Plusieurs fois, a-t-il dit, « je me suis demandé si j’étais la bonne personne au bon moment ».
 
« J'avoue, en écrivant ce livre, je me suis demandé sur mes années à la Maison Blanche », écrit-il. Je me suis demandé si j'étais trop hésitant à dire la vérité. Et si j’étais très prudent dans les mots et les actes. Et si j’étais vaniteux car je voulais être parfait. Et si je devais accepter  de trainer ma famille dans la boue politique. Et si j'étais capable de mettre en œuvre la sagesse du président Abraham Lincoln sur les aspects humains dans nos cœurs.
 
Dernier vol d’Air Force One
Avant d'entrer dans ces notes politiques, Obama a commencé son livre en évoquant ses aspects humanitaires et personnels, de son ancienne famille et de sa famille actuelle.
(Il y a 81 photos de famille et politiques dans le livre. En plus de la photo de couverture de lui sans cravate. La photo de couverture arrière, debout à l'intérieur de son bureau à la Maison Blanche, regardant le mémorial du président George Washington, au sud, dans le National Mall, National Square. " ).
Au début du livre, Obama a indiqué que l'idée d'écrire un livre ne lui était pas venue. Cependant, ses amis et conseillers lui ont recommandé d'écrire un livre de notes comme les présidents avant lui et que cela devait être un gros livre complet.
Obama a dit qu'il s'attendait à écrire sur toutes les années de la Maison Blanche en 500 pages. (La première partie est venue avec 751 pages.)
Il a dit qu'avec l'aide d'autres personnes, il avait commencé à archiver tout ce qui était lié à ses années de présidence à la Maison Blanche. Mais il ne s'est mis à écrire la première phrase du brouillon du livre que le jour où il a embarqué pour la dernière fois à bord d'Air Force One, de Washington à Hawaï, où il est né et a grandi.
Il a écrit : « Après le décollage de l'avion, je suis allé avec Michel au cockpit, et nous avons remercié l'équipage pour leurs années de service, et on nous a rappelé des événements amusants. Ensuite, nous avons remercié le personnel puis les conseillers et les assistants. Ensuite, nous nous sommes assis sur nos sièges.
"Le sentiment général à l'intérieur de l'avion était un mélange de bonheur et de tristesse", a-t-il ajouté. D'une part, Michelle et moi avons parlé du président (Trump) qui a prêté serment il y a quelques heures, et qui entrera à la Maison Blanche à ma place. Il diffère radicalement de ma politique pendant les huit années passées à la Maison Blanche ».
Obama a également déclaré : « Mais d'un autre côté, nous avons dit que nous avons accompli beaucoup de choses. Et nous avons fait tout ce que nous pouvions et que nous en resterons fiers pour le reste de nos vies. »
Ensuite, Obama a demandé à ses collaborateurs de lui fournir un bloc-notes jaune et un stylo. Et il a commencé à écrire les premiers mots de ce livre.
Obama a révélé que, malgré le grand développement du monde de l'écriture informatique, il préfère toujours écrire au stylo sur du papier.
Il a écrit : « J'ai trouvé qu'écrire sur un écran d'ordinateur me donne le sentiment que ce que j'écris est beau, coordonné et organisé. Mais écrire avec un stylo sur du papier exprime davantage mes idées non coordonnées et non organisées.
Cependant, ce n'est qu'après son installation à Hawaï qu'Obama a vraiment pris un vrai départ dans l'écriture de ce livre. Environ un mois plus tard, il a écrit : « En un mois, Michelle et moi avons changé nos habitudes de la Maison Blanche. Nous faisions la grasse matinée et nous prenions un petit-déjeuner tardif. Ensuite, nous faisions de longues promenades sur la plage et nagions à l'océan, et à la fin de la journée, nous retournions à un dîner lent et confortable avec de vieux amis.
 
Le but du livre
Voici les objectifs du livre, comme le présentait Obama:
Premièrement, il fait une « présentation sincère » de ses années à la Maison Blanche où il rapporte non seulement la narration des événements, mais aussi les interactions politiques, économiques et culturelles.
Deuxièmement, il fournit au lecteur une image complète du travail à la Maison Blanche qui n'est pas très différente de celle dans n'importe quel bureau et où l’on découvre que «les hommes et les femmes de la Maison Blanche, sont comme les autres personnes, ressentent le succès et l'échec, coopèrent et ne sont pas toujours d'accord et que parfois ils deviennent nerveux ou se détendent.
Troisièmement, le livre regorge d'aspects personnels et humains, afin d'inspirer aux générations nouvelles et futures que «l'action politique n'est pas malveillante et elle n'est pas sale et que c'est un acte noble que d’être au service de la nation et de la société.
Quatrièmement, il traite de ce qu'il a appelé « mon héritage mixte », faisant référence à son père étant noir du Kenya, et sa mère blanche du Kansas et mettant en relief l'impact de cette mixité sur lui, socialement et politiquement.
Enfin, celui qui jette un bref coup d'œil sur ce livre constate que bien que le livre soit un document politique historique important, Obama n'a en fait pas négligé les aspects personnels.
(A continué)