Mechichi en France : « Qui dit immigration clandestine, dit aussi terrorisme » ?!

Le Chef du gouvernement tunisien avec son homologue français

* Le chef du gouvernement tunisien a assuré que la partie française s’est montrée convaincue que l’approche sécuritaire est « utile mais insuffisante » dans le traitement de la question migratoire. 
 *Le FTDES estime, par ailleurs que la déclaration controversée de Hichem Mechichi n’est, en aucun cas, une erreur de communication mais semble bien intentionnelle et appuyée par la disposition de la Tunisie à rapatrier de France tous ses compatriotes en situation irrégulière.

La première visite à l’étranger du Chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, a été de l’avis des observateurs un bide sans nom. En effet,  deux jours après son arrivée à Paris, Mechichi a été reçu, par son homologue, le Premier ministre français Jean Castex. Dans une déclaration à la presse à l’issue de l’entretien de ce dernier avec la délégation tunisienne, le numéro 1 de l’exécutif tunisien a indiqué sans détour que la question migratoire et « le besoin d’optimiser la coopération dans ce domaine » ont été d’emblée soulevés.

L’accent a été mis sur « la nécessité d’une approche concertée entre les deux pays, basée sur le développement solidaire et l’investissement dans les régions exportatrices de migrants irréguliers ».

 Deux pays au diapason ?

Le chef du gouvernement tunisien a assuré que la partie française s’est montrée convaincue que l’approche sécuritaire est « utile mais insuffisante » dans le traitement de la question migratoire. « Nous travaillerons avec la France sur cette question », a-t-il néanmoins tempéré, laissant sous-entendre l’heure est au rapprochement des points de vue.

Mais voilà que dans un entretien accordé à France 24, Mechichi a indiqué que « la Tunisie est disposée à recevoir les Tunisiens que la France veut expulser de son territoire en raison de leurs liens supposés avec des mouvances radicales, à condition qu’ils soient traités de façon humaine », lors de ladite expulsion.

« Tout ressortissant se trouvant illégalement sur le territoire français, ou constituant une menace pour les Français, a vocation à rentrer chez lui », a-t-il renchéri, se voulant manifestement conciliant. Toujours à propos de ces retours forcés, Mechichi se dit quoi qu’il en soit « confiant quant à la capacité de la Tunisie à éviter que cela puisse constituer une source de danger pour le pays ».Jusque-là tout semblait être politiquement et diplomatiquement correct jusqu’à ce que M.Mechichi ne commette sa première bourde communicationnelle. En effet, il n’a pas hésité, au cours d’une interview sur France 24, à qualifier les migrants de terroristes.  « Qui dit immigration clandestine, dit aussi terrorisme »… Cette déclaration du Chef du gouvernement, a fait réagir plusieurs activistes des droits de l’Homme dont l’illustre Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES). 


 

Interview accordée par Hichem Mechichi à la chaîne France 24.

« La déclaration faite récemment par le chef du gouvernement Hichem Mechichi, lors de sa visite à Paris, concernant le lien entre la migration irrégulière et le terrorisme témoigne d’un manque d’expérience et d’une faible maîtrise des dossiers ce qui nuit à l’image des Tunisiens », a souligné le forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) dans un communiqué.

En effet, le FTDES s’est insurgé, mercredi 16 décembre 2020 contre le chef du gouvernement Hichme Mechichi et sa déclaration, estimant, dans un communiqué, que cette déclaration « dénote un manque d’expérience et une faible maitrise des dossiers ce qui nuit à l’image des Tunisiens ».

Le forum ajoute que « ce genre de déclarations confirme l’écart entre la classe politique et le peuple tunisien qui est, à chaque fois, confronté à une nouvelle déception », peut-on lire dans ce communiqué. Et d’expliquer que « ce sont justement ces frustrations qui poussent les jeunes à la migration irrégulière comme l’ont montré différentes études et rapports réalisés sur ce sujet ».

Le FTDES estime, par ailleurs que la déclaration controversée de Hichem Mechichi n’est, en aucun cas, une erreur de communication mais semble bien intentionnelle et appuyée par la disposition de la Tunisie à rapatrier de France tous ses compatriotes en situation irrégulière.

Pour sa part, le député Mongi Rahoui a qualifié les déclarations de Hichem Mechichi dans lesquelles il associe terrorisme et immigration clandestine, d’«irresponsables ». Dans une déclaration à Majallah le député a estimé qu’une telle position ne présage rien de bon pour l’avenir politique du pays.

Rappelons que ces déclarations ont été dénoncées par bon nombre de politiciens notamment Yassine Ayari. Des partis politiques, tel que le Courant Démocrate ont également publié des communiqués de condamnation.