Les lumières des JCC 2020, plus fortes que les ténèbres du Coronavirus…

Les Journées cinématographiques de Carthage ont été fondées en 1966 par feu le cinéaste tunisien Taher Cheriaa. Jusqu'en 2014, elles ont alterné avec les Journées théâtrales de Carthage, mais depuis, les JCC sont devenues un événement annuel. En raison de la pandémie COVID-19, le festival a failli être annulé, comme tant d’autres manifestations culturelles.

Les JCC 2020 qui ont débuté le 18 décembre 2020, à Tunis, ont attiré un large public malgré la pandémie. Selon les statistiques du festival, 17 000 spectateurs ont regardé environ 120 films tunisiens et étrangers pendant les six jours du festival. Malgré le protocole sanitaire renforcé, la 31e édition des JCC, qui s'est achevée mercredi 23 décembre 2020, a réussi à attirer un grand public.

: Le poète tunisien Anis Chouchène à la cérémonie d’ouverture des Journées cinématographiques de Carthage, le 18 décembre 2020
Le poète tunisien Anis Chouchène à la cérémonie d’ouverture des Journées cinématographiques de Carthage, le 18 décembre 2020

Les cinéphiles ont afflué vers les cinémas, qui pour la plupart d'entre eux étaient remplis à pleine capacité, certains annonçant même un dépassement des 30% des sièges disponibles.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le festival a rendu hommage à la diva de la chanson tunisienne  Naâma, décédée le 18 octobre 2020, à l’âge de 86. La chanteuse Leila Hjaiej a interprété quelques chansons de la cantatrice, dont ‘’Habibi ya ghali’’, ‘’Ech Alina’’, et ‘’Houma yamma’’.

Les stars masquées…

Les stars les plus glamour se sont succédé sur le tapis rouge, à l’ouverture des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), et ont essayé, comme à chaque apparition, de donner le meilleur côté look. Le bling bling était à l’honneur ! Cependant, un groupe d’artistes a étrangement  attiré l’attention. En effet, ils étaient tous déguisés et habillés d’une manière originale. Leurs photos ont été massivement partagées sur les réseaux sociaux. Les internautes n’ont pas manqué de les railler. Certains ont même lancé un appel aux autorités pour améliorer la situation du secteur.

La chanteuse Leila Hjaiej interprète les chansons de l’artiste tunisienne Naâma, décédée le 18 octobre 2020.
La chanteuse Leila Hjaiej interprète les chansons de l’artiste tunisienne Naâma, décédée le 18 octobre 2020

Plusieurs prix décernés…

Les JCC 2020 ont choisi d’attribuer un Tanit d’honneur à l’acteur égyptien Abdel Azize Makhyoune, remis par le chef du cabinet du ministère des Affaires culturelles.

Lauréat Chabaka:

1- Le prix Fondation Maison de Tunisie a été attribué au projet ‘’Grain de Beauté ‘’ de Amine Boukhris (Tunisie),

2- Le prix CNCI a été attribué au projet ‘’Les saisons de Jannet ‘’ de Moufida Fedhila (Tunisie),

3- Le prix TV5 Monde a été attribué au projet ‘’Angle Mort’’ de Lotfi Achour (Tunisie),

4- Le prix OIF a été attribué au projet ‘’Les routiers de l’espoir’’ de Ahmadou Bamba Diop (Sénégal),

5- Le prix supplémentaire offert par Dreamer’s House a été attribué au projet ‘’Les saisons de Jannet’’ de Moufida Fedhila (Tunisie).

Un groupe d’artistes à l’ouverture des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), le 18 décembre 2020.
Un groupe d’artistes à l’ouverture des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), le 18 décembre 2020

Lauréats Takmil:

1- Le prix OIF au film ‘’’The sharpness edge of Nature’’ de Alexandre Sibomana (Rwanda),

2- Le prix CNCI au film ‘’Black Médusa’’ de Ismaël Louati (Tunisie),

3- Le prix IFT au film ‘’We are inside’’ de Farah Kassem (Liban).

La cérémonie de clôture… ‘’ Ils nous ont quittés, en 2020…’’

La cérémonie de clôture a été, quelque part, exceptionnelle à plus d’un titre, puisqu’il n’y avait aucune compétition, donc sans remise des Tanits. Cela dit, elle a été l’occasion de rendre hommage à des professionnels du cinéma tunisien qui sont partis en 2020, avec la projection de la vidéo ‘’Ils nous ont quittés, en 2020…’’.

‘’Nous avons travaillé dur et essayé de présenter une édition digne de la réputation des Journées cinématographiques de Carthage. Les JCC dans le contexte de la pandémie ont été spéciales. Nous remercions le public d'être venu sans crainte et d’avoir respecté le protocole sanitaire’’, a indiqué le directeur général du festival, Ridha Behi, qui a révélé que la prochaine édition se déroulerait du 30 octobre au 6 novembre 2021. Les spectateurs ont pu découvrir quelques nouveautés en avant-premières comme le dernier film de Kaouther ben Henia ‘’L’homme qui a vendu sa peau’’, ‘’Le disqualifié’’ de Hamza Ouni ou ‘’La fuite’’ de Ghazi Zaghbani.

: Hommage à la mémoire d’un grand nombre de symboles et pionniers du cinéma tunisien, le 22 décembre 2020, à la Cité de la culture Chedli Klibi
Hommage à la mémoire d’un grand nombre de symboles et pionniers du cinéma tunisien, le 22 décembre 2020, à la Cité de la culture Chedli Klibi

La musique étant l'expression éternelle de l'amour, l'artiste tunisienne Raoudha Abdallah a interprété une chanson intitulée ‘’Anta al-Houlm’’ (C’est toi rêve), spécialement composée pour le festival par Mona Chtourou. L’assistance a pu, également, suivre une comédie musicale produite par Chedly Arfaoui intitulée ‘’La machine de lumière’’,  interprétée par le violoniste tunisien Ziad Zouari. Le spectacle avait mélangé plusieurs genres artistiques, tels que la musique, la danse, l'opéra et bien sûr l'art de la ‘’paix’’.

Les amateurs de cinéma ont fait leurs adieux à la 31e édition, en regardant le court métrage ‘’Bolbol’’ de la réalisatrice Khadija Lemkacher qui met en vedette Fatma Ben Saidane, Fethi Akkari et Chedly Arfaoui.

Bolbol est le personnage principal du film. C'est une femme dans la cinquantaine, mariée à un ivrogne qui ne sort tous les soirs que pour rentrer ivre très tard dans la nuit. ‘’Bolbol’’ passe donc son temps seule assise sur le balcon de son appartement dans un immeuble délabré que le temps a patiné.

Hommage à la mémoire des pionniers du cinéma tunisien…

Le directeur artistique du festival, Brahim Letaief, a déclaré lors de la cérémonie de clôture: ‘’Il n'y a pas de meilleur moment que la cérémonie de clôture pour revenir sur ceux qui ont marqué l'histoire du cinéma et se rappeler de leurs films primés au cours des trente sessions précédentes. C'est aussi l'occasion idéale de se souvenir de tous les techniciens et artistes décédés et d'honorer leurs contributions en coulisses à de grandes réalisations cinématographiques qui resteront à jamais gravées dans l'histoire du cinéma tunisien, arabe et mondial.’’

Le festival a rendu hommage à plusieurs techniciens, critiques et professionnels de l'audiovisuel, à l’instar de Lotfi Siala, Faouzi Thabet, Mustafa Negbo, Hussein Al-Soufi, Cherif Bousnina et Mohamed Ali Cherif, tous décédés en 2020.