Zimbabwe : Démissionne du vice-président

Le co-vice-président du Zimbabwe, Kembo Mohadi, a démissionné lundi, à la suite de fuites de conversations téléphoniques qu'il aurait eues avec des femmes mariées. Mohadi a déclaré que sa décision de démissionner était le résultat d'un «pèlerinage d'introspection» et visait à lui donner un «espace pour traiter mes problèmes en dehors de la sphère gouvernementale». «A la suite de la désinformation autour de mes prétendues unions immorales, maladroitement orchestrée par les médias, je démissionne de mes fonctions de vice-président de la République du Zimbabwe en vertu de l'article 96 (2) de la Constitution du Zimbabwe (n° 20), loi de 2013 avec effet immédiat», a ajouté Mohadi. Dans l'une des conversations audios divulguées, une personne ressemblant à Mohadi aurait invité sa prétendue amante mariée à venir à son bureau afin qu'ils puissent entretenir des relations intimes. L'ancien vice-président, cependant, a insisté sur le fait qu'il était innocent et qu'il était victime de « distorsion de l'information, de clonage de voix et de menaces et de sabotage politique».