Samira Fadhli ... première femme voilée, porte-parole de la Maison Blanche

Lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, les Américains et le monde ont été surpris par une femme voilée et musulmane, parlant au nom de l'administration américaine des plans du président Joe Biden pour soutenir et sauver l'économie et les petits projets à la lumière de la pandémie de Covid-19. Samira Fadhli est une avocate américaine et experte en financement du développement communautaire et directrice adjointe du Conseil économique national de l'administration Biden. Elle était auparavant codirectrice de la Federal Reserve Bank of Atlanta.

Samira Fadhli est la fille de Muhammad Yousuf Fadhli et Rafika Fadhli, deux médecins, de la région du Cachemire objet de convoitise entre l'Inde et le Pakistan, qui ont immigré dans les années 1970 aux États-Unis.

Fadhli est l'une des 20 employés de l'administration Biden, d'origine cachemirienne ou indienne. En tant que directrice adjointe du Conseil économique national, elle se concentre sur les projets de l'industrialisation, de l'innovation et de la concurrence intérieure. Le conseil travaille également à l'élaboration de la politique économique du pays et prodigue les conseils au président américain.

Une carrière réussie

Samira Fadhli est titulaire d'un Master en sciences sociales de l'Université Harvard, avec mention honorable, et d'un doctorat en droit de la Yale Law School.

Elle a commencé sa carrière en tant qu’assistante à l'Unité de développement économique et social de la Yale Law School et a contribué à la création de la banque Community Development Financial Foundation (CDFI).

Elle a également travaillé chez ShoreBank, une filiale de la banque CDFI.

Fadhli a également travaillé pour le Trésor américain sur des questions liées aux institutions de financement participatif, au crédit au logement et au financement des petites entreprises, et a travaillé en tant que conseillère principale et chef de cabinet du secrétaire-adjoint au Trésor pour les affaires internationales, un poste qui a marqué l'apogée de sa carrière entre 2010 et 2011.

Elle a rejoint l'administration Obama en tant que conseillère politique principale au Conseil économique national, couvrant la retraite, la protection des consommateurs, le développement social et économique. Et elle a agi en faveur du renforcement de la protection de l'épargne-retraite.

Elle a travaillé à la Federal Reserve Bank d'Atlanta, en Géorgie, en tant que codirectrice du Département du développement économique et social.

Elle a aidé à concevoir des programmes visant à revitaliser les marchés du crédit dans les régions à faible et intermédiaire revenu après la récession de 2011 à 2013.

En raison de son intelligence et de ses idées exceptionnelles, l'ancien président de la Réserve fédérale d'Atlanta, Dennis Lockhart, a recommandé son intégration au comité consultatif car elle possède une vaste expérience malgré son jeune âge.

 

Intérêt pour les droits de l’homme

Mais Fadhli dispose d’une autre voie dans le domaine des droits de l'homme. Avant d'occuper des postes importants dans divers départements américains, elle a travaillé à l'Organisation mondiale de la santé et au Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, et a également participé à de nombreuses missions relatives à la liberté religieuse et aux droits humains internationaux lors de ses tournées humanitaires en Palestine, au Cachemire et au Pakistan.

Fadhli pense que le développement économique est la seule voie de la paix qui ne peut être réalisée qu'en répondant aux besoins humains.

 

La vie familiale

Samira Fadhli a grandi dans l'État de New York et a un frère et une sœur. Elle est issue d'une famille qui fait valoir le travail, l'éducation et le service social.

A propos de l'histoire de son émigration, Samira raconte: «Mes parents ont grandi dans des conditions très modestes, et ils n'avaient pas la possibilité d’une ascension sociale, mais ils ont été bien éduqués».

Samira Fadhli, est mariée et a 3 enfants. Elle vit à Atlanta, en Géorgie. Elle et son mari, médecin, s'engagent bénévolement dans des activités communautaires et assurent des formations qui donnent aux gens la possibilité de l’accès au travail, à un logement décent et à une vie décente.