Deuxième Ramadan sous Covid-19 : Quels changements ?

Le ramadan concerne près de 2 milliards de personnes dans le monde. Il débute ce mardi dans la plupart des pays musulmans pour un mois. Pour la deuxième fois consécutive, il se déroule dans un contexte sanitaire auquel il va falloir s'adapter. Par exemple, seules les personnes vaccinées contre le Covid-19 seront autorisées à effectuer le traditionnel pèlerinage à La Mecque.

Le mois saint de la religion musulmane se déroulera, à partir de mardi ou de mercredi selon les pays. Le jeûne du ramadan est l'un des cinq piliers de l'islam. Durant ce mois, les musulmans doivent notamment s'abstenir de manger et de boire du lever au coucher du soleil.

Mais dans certains pays, les restrictions sont moins sévères que l'an passé. Prenons l'Indonésie, pays avec la plus grande population musulmane du monde. Les mosquées ont été rouvertes, ce qui n'était pas le cas l'an passé. Et le gouvernement autorise les rassemblements dans les restaurants le soir, lors de la rupture du jeûne.

En Algérie, des mosquées seront ouvertes en journée uniquement pour les prières mais elles appliquent un protocole sanitaire strict. Idem en France, bien que le couvre-feu limite les prières du soir. En Egypte aussi, les fidèles pourront participer à des prières dans les mosquées. Mais dans d'autres pays, comme le Liban ou le Maroc, un couvre-feu est instauré.

En Tunisie, où le dernier ramadan s'est déroulé en plein confinement général, le gouvernement a dû cette année faire marche arrière sur l'allongement du couvre-feu à 19h et revenir revenu ce week-end à un couvre-feu à 22h, face à une levée de boucliers.