Madagascar : Colère des PME du BTP

À Madagascar, dans le quartier d’Ampefiloha, un quartier populaire de la capitale, ils étaient une cinquantaine d’employés du BTP à protester contre le gouvernement. La raison : près de deux cents PME (Petites et moyennes entreprises) de construction en Bâtiment et travaux publics (BTP) n’ont pas été rémunérées par l’État depuis huit mois, pour des travaux routiers commandés et dont le marché leur a été attribué.

Jerry Rakotomanana est en colère. Gilet jaune sur le dos et casque de chantier, il est venu réclamer son argent. L’État lui doit, à ce jour, 192 millions d’ariarys, soit 43.000 euros.

« On est vraiment en instance de clôturer notre entreprise puisqu’on n’arrive pas à payer nos employés, nos fournisseurs et même la banque pour rembourser ce qu’on doit. On est vraiment en difficulté », précise-t-il.

Jerry n’est pas le seul dans ce cas. Il survit grâce à son autre compagnie de services, mais nombreux sont ceux qui ont mis la clé sous la porte.

Depuis le mois d’octobre 2020, le Trésor public, sur ordre du Premier ministre, a stoppé les paiements du Fonds routier, l’entité chargée de rémunérer les entreprises. Certaines compagnies ont stoppé les travaux et d’autres se sont endettées auprès des banques pour livrer à temps.