Tchad : Qui tient la ville de Nokou ?

L’armée et les rebelles du Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (Fact) se font toujours face dans la province du Kanem, à environ 250 kilomètres de la capitale Ndjamena. L’armée a envoyé de nombreux renforts en début de semaine dans la ville de Mao. Les rebelles affirment être entrés, hier jeudi, dans la ville de Nokou, à une cinquantaine de kilomètres des forces tchadiennes.

C’est une bataille de communication. Les rebelles du Fact affirment hier matin avoir abattu un hélicoptère de combat de l’armée tchadienne venu bombarder leurs positions. La destruction de cet appareil leur a permis, disent-ils, d’avancer et de rentrer dans la ville de Nokou. Deux personnes à bord de l’appareil sont décédées, un Tchadien et un Ukrainien.

Ils affirment que l’armée évite désormais tout combat au sol, préférant les bombardements aériens. Et pour cette raison indique le porte-parole du mouvement rebelles, ils vont systématiquement abattre tout appareils qui survolera leurs positions. Cela s’applique aux appareils tchadiens, mais également français, préviennent-ils, qu’ils accusent d’aider et renseigner Ndjamena sur leurs positions.

Une information confirmée de sources militaires tchadiennes. Elles indiquent qu’un hélicoptère MI de l’armée tchadienne qui participait à ces affrontements a été abattu par les rebelles. Les mêmes sources affirment que le Fact a bénéficié de renforts venus de Libye.