Dopage et corruption aux JO : L’affaire traine encore

L'ancien patron de l'athlétisme mondial, Lamine Diack, condamné à Paris dans une affaire de corruption autour du dopage en Russie, va rentrer au Sénégal après avoir versé une caution de 500.000 euros à la justice française, a-t-on appris hier lundi de sources concordantes.

A 87 ans, Lamine Diack, qui a fait appel de cette condamnation, était retenu en France en raison de sa mise en examen dans une deuxième affaire, portant sur des soupçons d'achat de votes dans l'attribution des Jeux olympiques.

Dans ce second dossier, l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF, 1999-2015) s'était vu confisquer son passeport dans la cadre d'un contrôle judiciaire imposé par les juges d'instruction.

Mais la juge chargée des investigations a récemment levé son interdiction de quitter le territoire, sous réserve que l'ancien champion verse une caution de 500.000 euros correspondant à l'amende encourue, et à condition qu'il continue de répondre aux convocations judiciaires, confirmant des informations de la presse sénégalaise.

«Il a versé les 500.000 euros la semaine dernière», a indiqué un de ses avocats, Me Simon Ndiaye, précisant que Diack avait «encore des formalités administratives à remplir» avant de revenir au Sénégal.

Un club de football réputé, le Jaraaf de Dakar (championnat d'élite), a vendu une partie de son patrimoine foncier pour payer la caution, a affirmé hier son président Cheikh Seck.