Zahi Hawass... le célèbre archéologue qui révélé les secrets des Pharaons

L'Arabie Saoudite l’a honoré, pour ses excellentes découvertes en archéologie

Le Caire : Sans nul doute, aucun enthousiasme au monde, ne peut égaler celui du Dr Zahi Hawass, célèbre archéologue égyptien, au passage du convoi des momies royales, du musée égyptien de Tahrir au musée des civilisations, sachant que l'homme a consenti beaucoup d'effort et contribué à faire de ce transfert, le plus grand événement en Egypte.

Hawass, qui est apparu sur les écrans d’un nombre incalculable de chaînes, pour évoquer le transfert des momies royales, est considéré comme une référence en archéologie et un des révélateurs des secrets de l’ancienne Egypte. Voici un résumé de sa vie et de sa carrière :

Zahi Hawass est né dans un petit village près de Damiette, en Égypte.

Bien qu'il rêvât à l'origine de devenir avocat, il a obtenu en 1967, une licence en Art et Antiquités grecques et romaines de l'Université d'Alexandrie.

Il décroche en 1979, un diplôme en égyptologie de l'Université du Caire.

 

Parcours professionnel :

Zahi Hawass a été inspecteur des pyramides, à l'âge de 33 ans. Il a aussi bénéficié de la bourse Fulbright de l'Université de Pennsylvanie à Philadelphie, pour étudier l'égyptologie.

En 1983, il obtient une maîtrise ès arts, égyptologie, et en archéologie syro-palestinienne.

En 1987, il décroche un doctorat en égyptologie, du Groupe des études supérieures en art et archéologie dans le Monde méditerranéen.

Après 1988, Hawass a enseigné l'archéologie, l'histoire et la culture égyptiennes à l'Université américaine du Caire. Mais aussi, à l'Université de Californie à Los Angeles.

Hawass a été nommé inspecteur en chef du plateau de Gizeh, pour en devenir en 1998 le Directeur. En 2002, il a été nommé Secrétaire général du Conseil suprême égyptien des antiquités.

Il a été promu fin 2009, par l'ex-président Hosni Moubarak au poste de vice-ministre de la Culture.

Le 29 janvier 2011, en pleines manifestations, Hawass s’est déplacé au Musée égyptien pour découvrir que bon nombre de dépôts, ont été pris d'assaut et que de nombreuses antiquités avaient été endommagées. La police y a pris place, pour sécuriser les lieux.

Il a été nommé ministre d'État aux Affaires des Antiquités, un poste gouvernemental créé par Moubarak le 31 janvier 2011, suite au remaniement ministériel, au lendemain des événements de 2011.

Hawass a été reconduit le 30 mars 2011 au même poste dans le Gouvernement d’Essam Sharaf. Suite à quoi, il a tweeté: «Je suis très heureux d'être à nouveau ministre des Antiquités!»

L’archéologue a été conférencier en Égypte et dans le monde, pour la promotion du tourisme de son pays, à travers le monde entier, en coopération avec le ministère du Tourisme du pays. Il est aussi l’auteur d’un nombre incalculable d’articles hebdomadaires pour divers journaux et magazines. Il continue surtout à œuvrer comme archéologue et consultant.

Il a écrit et co-écrit de nombreux livres liés à l'égyptologie, notamment : «La malédiction des Pharaons», «Mes aventures avec les momies», «Le roi Toutankhamon» et «Les trésors du tombeau». Ce dernier livre a été publié à l’occasion d’une grande exposition au Royaume-Unis. Il a également écrit sur Toutankhamon pour le magazine bimensuel «Ancient Egypt».

 

Découvertes :

Zahi Hawass est célèbre pour de nombreuses découvertes récentes, notamment les tombes des constructeurs des pyramides à Gizeh, et la vallée des momies dorées dans l'oasis de Bahariya. À Gizeh, il a révélé la pyramide de Khéops. En 2005, dans le cadre du projet égyptien de la momie, parrainé par la National Geographic Society pour en savoir plus sur les schémas de maladie, de santé et de mortalité dans l'Égypte ancienne.

Il a dirigé une équipe qui opéré une tomographie pour examiner la momie du roi Toutankhamon.

Aussi des scanners ont été opérés sur les momies. Hawass compte bien dénouer les énigmes qui entourent la vie et la mort de personnalités importantes telles que Hatchepsout et Néfertiti.

Zahi Hawass a œuvré dur pour préserver les antiquités de son pays, exigeant même le retour des pièces exposées dans des musées internationaux en dehors de l'Égypte, y compris la statue de Néfertiti au musée de Berlin. Aussi, craignant le pillage, il a tout fait pour encadrer les fouilles.

Il est préoccupé par la préservation des antiquités égyptiennes. Devant la gravité que représente le pillage, il a déclaré : «Je ne serais un être humain, si je ne ferais rien pour mettre fin à ce fléau, en l’absence d’une force pouvant assurer la sécurité».

 

Distinction :

L'Arabie Saoudite l’a honoré, pour ses excellentes découvertes en archéologie.

Hawass a reçu le Prix de l’Excellence de l'État égyptien, en récompense de sa direction du projet de restauration du Sphinx.

En 2002, il a reçu le Prix d'or de l'American Academy of Achievement. Ainsi que «l'Obélisque de verre», décerné par des chercheurs américains pour ses efforts pour la protection et la préservation des antiquités égyptiennes anciennes.

En 2003, il a obtenu une adhésion internationale à l'Académie russe des sciences naturelles (RANS), et en 2006, été choisi comme l'une des 100 personnalités les plus influentes au monde, par le magazine Time.