Brevets sur les vaccins : La balle à Washington

Lever les brevets sur les vaccins contre le Covid-19, afin d’accélérer leur diffusion aux pays pauvres, qui manquent cruellement de doses : Le soutien surprise à cette mesure, formulé par la Maison Blanche, continue de faire débat dans l’Union européenne, bousculant l’agenda des Vingt-Sept, réunis en sommet pendant deux jours à Porto.

«On doit être prêt à débattre de ce sujet-là dès lors que des propositions concrètes seraient mises sur la table, a réagi ce samedi Charles Michel, le président du Conseil, qui représente les Etats membres. [Mais] sur la question de la propriété intellectuelle, nous ne pensons pas que, à court terme, cela puisse être une solution magique.» «Ce n’est pas quelque chose qui va amener des vaccins dans les mois qui viennent, ni peut-être même dans l’année qui vient. Or il faut des vaccins maintenant», a renchéri la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Les Etats-membres se montrent majoritairement sceptiques sur la proposition américaine – par ailleurs relayée par le pape François – y voyant un coup médiatique de la nouvelle administration. A l’instar de la chancelière allemande, Angela Merkel, qui a redit ce samedi son opposition à une levée des brevets : «Je ne pense pas que la levée des brevets soit la solution pour rendre les vaccins disponibles à un plus grand nombre de personnes, a expliqué la dirigeante. Je crois que la créativité et l’innovation des entreprises sont nécessaires et pour moi, cela inclut les brevets».