Un livre américain: Comment Israël a mis la main sur 15 millions de dollars d'armes iraniennes

Washington : À la fin de 2001 et au début de 2002, suite aux attentats terroristes du 11 Septembre contre les États-Unis, qui ont secoué le monde, provoquant une colère américaine immesurable, mais aussi, le début d’une coordination occidentale pour envahir l'Afghanistan, et renverser le gouvernement taliban, à savoir toute une décennie, à la recherche d’Oussama Ben Laden, le fondateur et chef d’Al-Qaïda qui était à l’origine des attentats terroristes, Israël a combattu dans le cadre d’une opération de moindre envergure pour saisir un navire qui transportait des armes de l’Iran, destinées aux Palestiniens.

Caractéristiques de ce livre, relatant des détails, concernant la saisie du navire «Karine» :

Des détails qui ont vu le jour le 12 septembre 2001, une journée après l’attaque des États-Unis, par des terroristes.

Le mois suivant, ce navire est arrivé en Iran, au moment même où les États-Unis annonçaient l'opération «la Liberté permanente» en Afghanistan.

En janvier 2002, Israël a mis la main sur le navire. Le mois-même, qui a vu 18 pays (pour passer à environ 50) se joindre à l'invasion de l'Afghanistan.

Pour ces raisons, peut-être, la guerre contre le terrorisme a couvert l'affaire du navire«Karine». Jusqu'au mois dernier, avec l’apparition de ce livre, qui a mis la lumière sur des faits classés secrets :

L'auteur du livre est le général Amos Gilboi, chef du renseignement du Tsahal et ancien attaché militaire à Washington. Il est l’auteur d’autres livres, dont: «La défense silencieuse d’Israël: soixante ans dans le renseignement israélien»

Ce livre a été édité (et traduit de l'hébreu vers l’anglais) par Yonan Jeremy Pope, expert en renseignement israélien et journaliste pour le Jerusalem Post. Il est l'auteur du livre«Y a-t-il justice en Cisjordanie?  Le problème israélo-palestinien devant les tribunaux».

 

Quelques chapitres du livre :

  • Le grand projet et la vieille haine.
  • Planification.
  • Un coup d'état au niveau du renseignement.
  • Participation des Américains.
  • Les préparatifs.
  • Un jour avant.
  • Le jour de l'attaque.
  • Répercussions internationales.

Le livre décrit la cargaison comme suit: «Cinquante-cinq tonnes d'armes iraniennes de haute qualité, y compris des missiles qui peuvent détruire de grandes villes israéliennes... Dans le but d’accomplir un objectif commun à l'Iran, Hezbollah, et l'Autorité palestinienne».

Selon le livre, l'opération consiste «la première du genre, où qu'Israël met la main sur un grand cargo palestinien de contrebande d'armes». L’auteur se vante du fait que des soldats ont abordé le navire à partir d’embarcations militaires. Aussi, d’autres sont descendus d'hélicoptères.

Le livre explique la participation des forces et des services de renseignement américains, avec Israël dans la traque et la saisie du navire. Le président George W. Bush a salué l'opération. Il a attaqué le dirigeant palestinien Yasser Arafat, et a juré de ne plus traiter avec lui. En effet, il a rompu avec Arafat jusqu’à la mort de ce dernier, trois ans après la saisie.

Le livre faisait référence à deux phases de cette participation américaine : La première, lorsque le navire a disparu des yeux des Israéliens. La seconde, lorsque le mauvais temps a empêché la saisie du navire. Dans les deux cas, les forces et les services de renseignement américains ont été d’un grand secours.

Bien que le livre ne porte pas toutes les informations, il semble que les forces et les services de renseignement américains ont été impliqués dans toutes les phases, sauf l’abordage.

Outre le rôle de Yasser Arafat, le livre détaille ceux joués par d'autres dirigeants palestiniens. En achetant le bateau à un marchand libanais. Aussi, l’escale du navire à Port Soudan pour remplacer son équipage par des Palestiniens. De même, la préparation du convoi, sur l'île de Qeshm en Iran.

Parmi ces palestiniens, on trouve Imad Mughniyeh, un dirigeant du Hezbollah, que le livre décrivait comme le«cerveau» de l’opération.

Environ 20 ans plus tôt, Mughniyeh aurait été le«cerveau» de l'attaque contre le quartier général des Marines américains à Beyrouth, qui a entraîné la mort de 241 soldats américains.

En 2008, vingt-cinq ans après l’attaque contre les Marines et sept ans après la saisie du navire, les services de renseignement américains et israéliens ont été impliqués dans une autre action. A savoir la mort de Mughniyeh à Damas. Qui a participé à une célébration de l'anniversaire de la révolution iranienne, sans savoir que des inconnus avaient substitué un des pneus de sa Mitsubishi, avec un autre bourré d’explosifs.

En plus de l'importance, aussi niveau militaire, que du renseignement, de l’affaire Karine, son importance historique a évolué pour engendrer un tournant dans la politique américaine à l'égard du conflit entre Israël et les Arabes. En effet, après des décennies à blâmer les Russes et les gouvernements arabes révolutionnaires, les États-Unis ont trouvé le principal coupable. A savoir l’Iran :

 

Premièrement : ils ont été choqués par l’envoi d’armes par l’Iran d’une valeur de 15 millions de dollars aux Palestiniens.

Deuxièmement :Les 200 roquettes Katyushade la cargaison, ont soulevé un grand souci chez les Etats-Unis, tant ce genre d’armement peut facilement atteindre les grandes villes israéliennes.

Ainsi, les États-Unis ont commencé à tenir l'Iran pour responsable du danger d'éliminer Israël. Une attention moindre est accordée aux Russes, et les gouvernements révolutionnaires en Irak, en Syrie et en Libye.

Cependant, deux ans après l’affaire du navire, les États-Unis eux-mêmes ont aidé l'Iran à accroître sa menace contre Israël. En envahissant l'Irak, ils ont contribué à l’accroissement du pouvoir del'Iran en Irak, puis en Syrie.

 

Le titre du livre: «A Raid on the Red Sea: The ISRAELI CAPTURE of the Karine A»

Auteur: Amos Gilboa

Éditeur: Potomac, University of Nebraska

Date: mars 2021

Nombre de pages: 320

Prix: Version papier: 28,27 dollars... Version électronique: 26,86 dollars