FMI : Un programme pour la RDC

Après deux années de négociations, le conseil d'administration du FMI a validé ce programme établi de commun accord avec les autorités du pays. C'était l'ambition du président Félix Tshisekedi depuis son accession au pouvoir. Sur trois ans, la RDC devrait recevoir un milliard et demi de dollars par tranche en échange de réformes et de respect de certains critères de gestion.

La RDC va recevoir un milliard de dollars et demi sur trois ans. Le premier décaissement de 217 millions de dollars devrait intervenir dans les prochains jours. Mais après cela, il va falloir remplir des conditions…

Cela passe par un budget réaliste en termes de dépenses. Trop souvent au Congo, les dépenses publiques ne correspondent plus à la loi de finances adoptée au Parlement. Il va falloir aussi contrôler le cadre macro-économique, le déficit public, les réserves de change, respecter les procédures de passation de marchés, rétablir la TVA, rationaliser le système fiscal et parafiscal, publier l’ensemble des contrats miniers, passés comme à venir et même réformer le système des retraites.

La RDC et le FMI se sont mis d’accord pour allouer une part plus importante des ressources de l’État aux dépenses sociales. Il faudrait aussi au cours de ses trois années que la Banque centrale améliore sa surveillance du système bancaire. Pour le gouvernement, ce sera l’environnement des affaires et les structures qui peuvent jouer un rôle clef dans la lutte contre la corruption, comme la Cour des comptes, l’Inspection générale des finances et même l’agence de prévention et de lutte contre la corruption. Tous les six mois, les performances de la RDC seront évaluées.

Si toutes les réformes sont respectées, le conseil d’administration du FMI donnera ou non son accord à un nouveau décaissement. Sous Joseph Kabila, deux programmes avaient été adoptés. Le second en 2009 avait été interrompu deux ans plus tard par les autorités congolaises.