Forum Génération Égalité 2021

Une feuille de route mondiale pour l’égalité entre Femmes et Hommes

*Le Forum Génération Égalité 2021 a été un point d’inflexion mondial majeur pour l’égalité des sexes

* Le Forum a lancé un Plan d’accélération mondial pour l’égalité entre les femmes et les hommes

*40 milliards de dollars pour promouvoir l'égalité entre femmes et hommes

 

En 1995, à Pékin, se tenait le premier grand rendez-vous féministe international. En 2021, soit 26 ans plus tard, la France se veut le nouveau carrefour de la défense mondiale des droits des femmes.

A Paris, du 30 juin au 2 juillet 2021au Carrousel du Louvre, le Président Emmanuel Macron a organisé le Forum Génération Égalité, coprésidé par la France et le Mexique, placé sous l'égide d'ONU-femmes, L’Egalité entre les femmes et les hommes, de la grande cause du quinquennat à une grande cause mondiale lors du Forum Génération Égalité. Ce n'est pas la première fois que le président français fait sa profession de foi féministe face aux journalistes du monde ; il a d'ailleurs fait de cette cause l'une des grandes priorités de son quinquennat. Aux femmes « qui voulaient simplement être libres de conduire, qui revendiquent simplement de ne pas porter un voile ou d'avorter, nous sommes là pour leur dire que leurs combats sont les nôtres », lance-t-il encore.

Paris a réuni donc, des chefs d’État et de gouvernement, des dirigeants d’organisations internationales, des militants et militantes de la société civile et d’organisations de jeunesse, des ministres, le Président du Conseil européen, des dirigeantes et dirigeants d’organisations non-gouvernementales, des philanthropes et des dirigeants d’entreprises du secteur privé, pour porter des engagements concrets afin de faire progresser les droits des femmes et des jeunes filles partout dans le monde. Le Forum a lancé un Plan d’accélération mondial pour l’égalité entre les femmes et les hommes, conduit par six coalitions d’action, ainsi qu’un mécanisme de suivi de l’Agenda « Femmes, Paix, Sécurité et Action humanitaire » dans le but de réaliser l’égalité entre les femmes et les hommes au cours des cinq prochaines années et de répondre aux risques croissants qui pèsent sur les droits des femmes en raison de la pandémie de COVID-19.

Le Forum de Paris a déjà attiré plus de 40 000 participants en ligne. Paul Kagame, Président du Rwanda, Melinda French Gates, co-présidente de la Fondation Bill et Melinda Gates, MC Soffia, rappeuse brésilienne, et Anne Hathaway, actrice et ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies, interviendront notamment au cours des trois jours d’événements en ligne.

Ouvert par ses co-organisateurs, Emmanuel Macron, Président de la République française, et Andrés Manuel López Obrador, Président du Mexique, ainsi que par António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, et Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, initiatrice du Forum. Kamala Harris, Vice-présidente des États-Unis, Uhuru Kenyatta, Président du Kenya, Nadia Murad, lauréate du prix Nobel de la paix, Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne, et Aya Chebbi, militante féministe tunisienne, comptaient également parmi les intervenants notables de cet événement d’ouverture. La cérémonie a accordé une place centrale aux voix des militants de la société civile et des femmes défenseurs des droits humains. Hillary Clinton, ancienne secrétaire d’État américaine qui défend depuis longtemps l’égalité entre les femmes et les hommes, a participé à un dialogue intergénérationnel avec Julieta Martinez, militante pour le climat.

 

« Des quotas, oui, mais ce n'est pas assez, ce n'est jamais assez ! », s'écrie Phumzile Mlambo-Ngucka, directrice exécutive d'ONU-femmes à la tribune du Forum génération égalité. « Les femmes ne représentent qu'un quart des parlementaires, des responsables, des émissaires en matière de climat ou de paix et des grands médias du monde entier », dénonce-t-elle. Le ton est donné. En cette deuxième année de pandémie mondiale, où les femmes ont été en première ligne, en tant qu'actrices mais aussi au niveau de son impact économique, il s'agit de trouver les meilleurs outils pour une réelle égalité.

De son côté, Emmanuel Macron s'inquiète d' « Un vent mauvais qui se remet à souffler dans beaucoup de sociétés, car des forces patriarcales veulent reprendre le pouvoir dans une internationale du conservatisme, et remettre en cause des décennies d'acquis ». « Je suis féministe et je le revendique ! », ajoute le président français à l'ouverture de la conférence.

Le Forum alimente une imposante coalition pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Il s’agit d’un moment crucial pour les militantes, les féministes, les jeunes et les alliés, pour parvenir à un changement transformateur pour les générations à venir.

Le Forum a eu lieu à un moment clé. La pandémie de COVID-19 n’a fait qu’exacerber les inégalités déjà présentes : plusieurs rapports font état d’une augmentation des cas de violences faites aux femmes, ainsi que des répercussions économiques néfastes plus importantes causées à la fois par l'accroissement du volume du travail non rémunéré des soins et de l’assistance aux personnes et par le fait que les femmes exercent généralement des emplois plus précaires, mal rémunérés et qui relèvent du secteur informel. Les femmes de couleur et les femmes autochtones sont confrontées à des risques et des obstacles encore plus importants. Nous vivons une crise de l’égalité entre les hommes et les femmes, et les aboutissements du Forum Génération Égalité offrent une chance unique de pouvoir y remédier.

Accélérer les progrès en matière d’égalité entre les femmes et les hommes

Le Forum Génération Égalité 2021 a été un point d’inflexion mondial majeur pour l’égalité des sexes. Cet événement historique a rassemblé gouvernements, entreprises et agentes de changement du monde entier dans le but de définir et annoncer des investissements et des politiques ambitieux. Ensemble, ces parties prenantes se sont engagées dans un plan de cinq ans pour accélérer l’égalité, le leadership et les chances pour les femmes et les filles du monde entier. Ces travaux aboutiront en 2026.

Le parcours d’action quinquennal du Forum s’articule autour des éléments suivants un plan d’accélération mondial — une feuille de route mondiale pour l’égalité entre les hommes et les femmes qui vise à tenir la promesse du programme d’action de Beijing et à atteindre les objectifs de développement durable. L’objectif implique l’ensemble des secteurs de la société — gouvernements, société civile, secteur privé, entrepreneurs, syndicats, artistes, universitaires et influenceurs sur les réseaux sociaux — afin de mettre en œuvre des mesures urgentes et un renforcement de la prise de responsabilités.

Moins de paroles, plus d'argent

Le Forum Génération Égalité est à l’origine de réformes majeures et mobilisera de nouveaux investissements prévus par le Forum, représentent la contribution collective la plus considérable jamais réalisée au profit de l’égalité entre les femmes et les hommes au niveau mondial.

Le Forum met l’accent sur des engagements concrets, plus particulièrement sur la mise en œuvre et le financement de l’égalité entre les femmes et les hommes. Les chefs d’État et de gouvernement de la France, des États-Unis, du Kenya, de l’Argentine, de la Géorgie, de la Finlande, du Canada, de l’Allemagne et de l’Afrique du Sud, ainsi que des dirigeants de l’Union européenne, d’organisations internationales et du secteur privé, ont annoncé des engagements d’envergure, notamment :

40 milliards de dollars supplémentaires de nouveaux investissements qui bénéficieront aux femmes et aux filles, avec des engagements d’un montant total de 17 milliards de dollars attendus de la part des gouvernements au cours des trois jours du Forum, un engagement de 2,1 milliards de dollars annoncé par la Fondation Bill et Melinda Gates lors de la cérémonie d’ouverture pour faire progresser l’accès des femmes aux postes décisionnels, la santé reproductive et l’autonomisation économique, ainsi qu’un investissement de 420 millions de dollars de la Fondation Ford pour lutter contre les menaces qui pèsent sur les droits des femmes en raison de la COVID-19. La Banque mondiale s’est engagée à réaliser des investissements majeurs au profit de ses programmes dans douze pays africains pour combattre les inégalités entre les femmes et les hommes.

La mise en œuvre de réformes et de programmes majeurs pour faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes. Le président du Kenya a annoncé une stratégie nationale et l’affectation de ressources pour prévenir et combattre les violences sexistes. Le Premier ministre du Canada a présenté l’engagement pris par son pays d’investir dans un système de soins qui profite aux femmes et aux filles, et la Présidente de la Géorgie a exposé sa volonté de piloter un changement de la législation sur la définition juridique du viol. La Vice-présidente des États-Unis a pris des engagements en matière de réformes et de ressources s’agissant des violences sexistes, de la sécurité économique des femmes et des droits et de la santé sexuels et reproductifs.

La France offre 100 millions de dollars pour améliorer l’accès aux moyens de contraception et à la planification familiale

Le Président Emmanuel Macron, a souligné son engagement d’affronter la crise de l’égalité entre les femmes et les hommes, et a déclaré : « A travers le Forum Génération Egalité, l’objectif de la France est de redire haut et fort, sans concession, que les droits des femmes et des filles sont universels, comme le sont l’ensemble des droits humains, partout, tout le temps. Ce modèle que défend la France n’est pas une négation de nos différences. Il s’agit de ne réaffirmer qu’aucun relativisme culturel ou religieux, aucun particularisme régional ou identitaire, ne justifie qu’une femme ne puisse jouir des mêmes droits et des mêmes opportunités qu’un homme. La méthode française pour parvenir à ce résultat est celle d’une action internationale concertée, un multilatéralisme par les actes. Le gouvernement français a annoncé un engagement de 100 millions de dollars pour améliorer l’accès aux moyens de contraception et à la planification familiale.

António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, s’exprimant de Paris, a salué l’objectif ambitieux du Forum qui constitue une occasion « de corriger un déséquilibre mondial, à l’aide de militants, de décideurs et de personnalités de toutes les générations, pour faire de notre monde une société plus juste et porteuse de plus d’égalité entre les femmes et les hommes. »

Le Forum englobe plus de 110 événements conçus pour stimuler l’action en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, y compris une scène digitale gérée par les jeunes. Les sessions dédiées aux coalitions d’action, à savoir les six thématiques identifiées comme les plus porteuses de changement pour accélérer l’égalité femmes-hommes (la justice et les droits économiques, la violence basée sur le genre, l’autonomie corporelle et les droits et santé sexuels et reproductifs, l’action féministe sur la justice climatique, les mouvements et le leadership féministes, les technologies et l’innovation au service de l’égalité femmes-hommes), étaient un volet essentiel du programme de l’événement.

Macron : le combat est loin d’être gagné

Reconstruire une «économie plus égalitaire», combattre les violences contre les femmes, soutenir les militantes, soutenir l'éducation des filles: Emmanuel Macron avait déclaré que le combat pour l'égalité entre les femmes et les hommes est encore loin d'être gagné. Ce qui est encore une bataille aujourd'hui doit devenir une évidence demain ; il a demandé aux Etats des engagements concrets, notamment financiers pour défendre la démocratie. Kamala Harris la première femme vice-présidente des États-Unis a déclaré par visioconférence que «Pour cela, nous devons lutter pour l'égalité hommes-femmes » et a rappelé l'intention de l'administration Biden de relancer le partenariat de Washington avec ONU-Femmes, agence des Nations unies dédiée à l'égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes, auquel l'ancien président américain Donald Trump avait mis un terme.