Rania Toukebri, 1ère astronaute tunisienne arabe et africaine

Pour la future astronaute Rania Toukebri, viser la lune ne lui fait pas peur !
Rania Toukebri, ingénieur aérospatial et future astronaute.

* L'accès des femmes à l'espace, non seulement en tant qu'astronautes mais en tant qu'utilisatrices et créatrices de services spatiaux comme l'observation de la Terre et les télécommunications par satellite, est encore loin d'être égal.

* Je vais d'abord m'entraîner avec une équipe internationale pour une mission de retour sur la lune.

* Mon plus grand projet c'est de pouvoir utiliser les applications spatiales pour le progrès de l'humanité sur terre ou dans l'espace extra atmosphérique.

 

 

L’ingénieur aérospatial et première astronaute tunisienne, arabe et africaine, Rania Toukebri alias «Miss Space Dragon Queen», a été sélectionnée pour une pré-mission. Il s’agit de la première phase de la mission lunaire.

Dans une interview accordée à «La Majalla», madame Toukebri nous livre quelques détails concernant sa mission et ses futurs objectifs.

 

Un parcours professionnel honorable…

Ingénieur en aérospatial, Rania Toukebri travaille sur la conception et l'intégration des vaisseaux spatiaux: Satellites, Lanceurs. Elle a travaillé sur plusieurs projets d'exploration de l'espace (télescope PLATO, Satellite Jupiter Icy Moons  de L'ESA), défense planétaire (Projet AIM entre la NASA et ESA qui a pour objectif protéger la terre des astéroïdes) etc. Elle est experte dans les cryptounités,  et la sécurisation des informations satellitaires, elle fait des recherches sur la technologie Quantum pour la communication satellitaire. 

Elle est mentor pour le programme «Space for Women» des Nations unies, elle encadre des femmes du monde entier pour travailler dans le spatial. Elle est aussi coordinatrice régionale de l'Afrique au Space  Advisory Council en support des Nations unies. Elle travaille à lancer les programmes spatiaux nationaux et gérer un programme pour l'éducation spatiale pour les africains.  

Elle a été déléguée au Comité des Nations Unies sur les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique et donne des recommandations pour les sous-comités techniques et légales.

Elle a été parmi les meilleurs experts dans l´industrie spatiale en Afrique en 2019 et a reçu le prix pionnier de la part de Space Advisory Council en support des Nations Unies en 2021.

 

Rania Toukebri, à la 56e session du Comité des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique, 2019.

Quelle est la personne qui vous inspire dans votre travail et vie quotidienne ?

Les grandes personnes qui ont pu changer le destin de l'humanité malgré les obstacles; Ghandi, Luther King, ainsi que Valentina Terechkova qui a été la première femme cosmonaute et la première et la plus jeune femme à avoir volé dans l'espace.

 

La conquête de la lune semble être inégale. Sur des centaines d’astronautes que le monde compte aujourd’hui, seulement quelques dizaines sont des femmes dont la moitié sont américaines et russes. Pourquoi sont-elles si peu nombreuses ?

L'accès des femmes à l'espace, non seulement en tant qu'astronautes mais en tant qu'utilisatrices et créatrices de services spatiaux comme l'observation de la Terre et les télécommunications par satellite, est encore loin d'être égal. Mais il y a des signes de progrès.

L'un est le programme Space4Women géré par le Bureau des affaires spatiales des Nations Unies (UNOOSA), qui vise à garantir les avantages de l'espace atteignent les femmes et les filles et que les femmes et les filles jouent un rôle actif et égal dans la science, la technologie, l'innovation et l'exploration spatiales. On m'a désignée comme Mentor dans ce programme en Juin 2021.

 

Est-il vrai que les femmes astronautes résistent mieux ?

C´est correct.

  • La petite taille est un avantage dans les engins spatiaux. Les femmes ont besoin de moins d'espace pour se déplacer et consomment moins d'oxygène, de nourriture et de carburant que les hommes.
  • Dans les vols spatiaux simulés, les femmes ont surpassé les hommes dans les commandes d'exploitation pour les rendez-vous dans l'espace.
  • Les femmes avaient également certains avantages médicaux par rapport aux hommes. Les futures astronautes avaient surpassé les hommes dans les tests d'isolement. Les femmes étaient moins sujettes aux crises cardiaques. Les preuves scientifiques de l'époque suggèrent que les femmes étaient également moins sensibles que les hommes aux radiations, à la solitude, à la monotonie, à la solitude, à la chaleur, au froid, à la douleur et au bruit que les hommes. (Les recherches d'aujourd'hui ne concordent pas nécessairement avec tout cela, en particulier en ce qui concerne la sensibilité aux rayonnements. D'un autre côté, les données modernes indiquent que les femmes dans l'espace présentent de meilleurs seuils auditifs que les hommes.)

 

Vous avez été sélectionnée pour vous former et vous envoyer vers la Station spatiale internationale (ISS). Comment avez-vous reçu l’offre ?

Je veux juste préciser que je ne pars pas en mission ISS avec Telnet. Je pourrai être contactée sur des missions à venir sous pavillon tunisien, que ce soit auprès d'entreprises privées ou au sein d'une agence spatiale tunisienne à l'avenir. 

Mais pour l'instant, je vais d'abord m'entraîner avec une équipe internationale pour une mission de retour sur la lune. Ma sélection pour ma mission a été confirmée le 12 août 2021, et c'était le même jour que la cérémonie de signature entre, Roscosmos  et Telnet. Bien qu'il n'y ait pas de relation entre les deux missions.

La conquête spatiale est devenue notre prochain objectif, et les missions à venir verront plus d'astronautes travailler pour ouvrir une nouvelle ère pour les humains dans l'espace.

 

 

Pouvez-vous nous décrire vos sentiments à l’annonce de cette sélection ?

J'étais extrêmement excitée, ça paraissait surréaliste !

 

Pouvez-vous nous fournir plus de détails sur votre mission ?

Je vais commencer par des pré-missions, commençant par une première simulation le mois prochain. 

Je vais participer à un projet scientifique international, basé sur la réalisation d'une simulation de mission lunaire analogique dans un laboratoire de recherche spécialisé isolé du temps et de la lumière naturelle. Le projet a été organisé par des scientifiques et des ingénieurs de l'ESA en tant que Centre de formation des astronautes analogiques. La simulation analogique sera réalisée en Pologne. Le projet sera mis en œuvre à partir du 27 septembre 2021.

Au cours de cette mission scientifique, je participerai à des expériences interdisciplinaires liées à la robotique, l'interaction homme-machine, l'aquaponie, la géologie, la biologie spatiale et la médecine. J'apprendrai également les procédures requises pour la santé, la sécurité et l'efficacité tout en travaillant dans un environnement isolé et difficile pour me qualifier pour les prochaines missions spatiales.

 

Conquérir l’espace, est-ce votre rêve ultime ou bien avez-vous d’autres projets en tête ?

Mon plus grand projet c'est de pouvoir utiliser les applications spatiales pour le progrès de l'humanité sur terre ou dans l'espace extra atmosphérique. Principalement,  je travaille à éduquer les jeunes africains et à lancer des programmes spatiaux en Afrique pour qu'on puisse résoudre les problèmes majeurs du manque d'eau, nourriture, catastrophes naturelles etc. 40% des cibles des objectifs de développement durable de l'ONU reposent sur l'utilisation de la science et de la technologie spatiales.

On est capable de changer les conditions actuelles dans la région africaine qui est bien plus riche qu'on ne l'imagine et avec des capacités humaines extraordinaires.