Centrafrique : Retrait des Casques bleus gabonais

Le Secrétariat des Nations Unies a pris la décision de rapatrier tout le contingent gabonais qui faisait partie de la MINUSCA, en raison d’allégations de viols sur cinq filles en Centrafrique. Le contingent qui avait été déployé dans ce pays d’Afrique Centrale était composé de 450 militaires.

C’est suite à des accusations d’abus sexuels en cours de traitement, que les Nations Unies ont pris la décision, mercredi dernier, de retirer le contingent gabonais des effectifs de la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine).

Dans un communiqué, la MINUSCA a indiqué qu’elle a été alertée sur des allégations d’abus sexuels commis par le contingent militaire gabonais déployés dans le centre de la Centrafrique. «La gravité de ces allégations et de la politique de tolérance zéro des Nations Unies», la MINUSCA a indiqué avoir dépêché une mission pluridisciplinaire sur les lieux, chargée d’évaluer la situation et pris des mesures de préventives.