Union européenne : L’«incident» avec Washington est clos

L’«incident» est clos : le haut représentant de l’Union pour la politique étrangère, Josep Borrell, a affiché, hier, à Washington, sa volonté de tourner la page de la crise franco-américaine sur le dossier Aukus, qui avait refroidi les relations entre les Etats-Unis et Bruxelles, saluant une coopération transatlantique renforcée.

«Nous n’allons pas être masochistes et insister encore et encore sur nos problèmes, nous devons les surmonter et regarder vers l’avenir», a-t-il dit à des journalistes au lendemain de sa rencontre avec son homologue américain, Antony Blinken. «Il y a eu un incident, il y a eu quelques malentendus, il y a eu un manque de communication, tout cela a déjà été dit», a-t-il relevé. «C’est bon, c’est fini, allons de l’avant. Commençons à travailler ensemble plus étroitement», a-t-il ajouté.

En septembre, Josep Borrell avait exprimé la «solidarité» de l’Union européenne à l’égard de la France dans la crise sans précédent qui l’opposait aux Etats-Unis. En cause, l’annonce par le président américain, Joe Biden, d’une nouvelle alliance dans la région indopacifique avec l’Australie et le Royaume-Uni, qui est venue annuler un important contrat de sous-marins passé entre Paris et Canberra. Les autorités françaises ont dénoncé un «coup dans le dos» et une «rupture de confiance».